Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé

Bougez ! Katell

Katell a fait une école d’audiovisuel pour être scripte et monteuse, elle est aujourd'hui professeure de yoga.

Mon parcours

« Je suis née en France, à Paris, mais assez vite mes parents nous ont emmenées, avec mes sœurs, vivre à l’étranger, au Maroc, au Sénégal, au Nigéria, on changeait assez régulièrement. J’ai passé le Bac en Afrique aussi, et ensuite je suis rentrée en France pour faire une école d’audiovisuel. J’ai pris option montage. En sortant de cette école, je me suis rendue compte que la pellicule était en train d’arriver à la fin de sa vie, il fallait passer au virtuel.

Donc j’ai commencé à travailler dans une chaîne de télé, puis deux, puis trois. J’étais intermittente du spectacle, donc sans patron fixe. Je travaillais le jour chez l’un, le soir chez l’autre, ça ne me convenait pas, j’en avais marre d’être enfermée, je voulais être dehors, je ne voulais plus être avec des machines.

Donc au bout de 14 ans, mon employeur principal m’a proposé un CDI de 20 heures par semaine environ, en sachant que j’étais à plus de 100 heures par semaine chez les uns et les autres, je me suis dit : qu’est-ce que je vais faire avec ça ? Mais c’était ça ou on mettait fin à l’entente. J’ai dit non, j’ai pris un sac à dos et je suis partie, au Sri Lanka. »

« Qu’est-ce que j’ai vraiment envie de faire ? »

« En rentrant, je me suis accordé du temps pour me dire : maintenant, qu’est-ce que j’ai vraiment envie de faire ? Et j’ai fait ce que j’avais toujours eu envie de faire, la formation pour être professeure de yoga, qui s’appelle l’EFY à Paris. C’est une école sur 4 ans. En parallèle, je continuais quelques piges, parce que le statut d’intermittent me permettait quand même de faire ces cours plus facilement. Ensuite, j’ai demandé à l’AFDAS de me financer les autres années pour pouvoir faire une reconversion. L’AFDAS ne pouvait me payer cette reconversion que si je restais dans le milieu de l’audiovisuel et donc du coup, je me suis autofinancée. »
 

Le déclic

« Au bout de 2 ans de la formation, ma professeure de ville m’a proposée de la remplacer pour une année, et il se trouve qu’au bout de cette année, elle n’est pas revenue. Donc j’ai continué et en fait, je crois que j’ai trouvé ma vocation. 

En 2015, j’ai terminé l’école de yoga et en sortant de l’école, je me suis mise à mon compte, j’ai continué à avoir d’autres employeurs, en associations, dans des CE. L’année d’après, j’avais vraiment envie de travailler avec les femmes enceintes, j’ai fait la formation à l’institut De Gasquet. Du coup j’ai commencé à ouvrir les cours pour les femmes enceintes, à la maison. Là je commence à me lancer dans les stages, et j’attaque à la rentrée, en Octobre, une formation Yoga et Ayurveda : qu’est-ce qu’on peut améliorer dans le yoga par l’ayurveda et comment on peut utiliser l’ayurveda en alliance avec le yoga. »

Ce qui me plaît

« Ce que j’aime le plus dans ce métier, c’est tout ce travail sur la femme enceinte, avec la femme enceinte, l’accompagner avant et après. Ensuite, c’est cette liberté au niveau du travail, je n’ai pas de patron.

Professeure de yoga, c’est vraiment le contact avec les gens. Ils arrivent sur le tapis et ils nous confient les clés. On voit tout, comment ça bouge, leurs blocages, on lit les corps. Il y a une magie qui s’opère. Les gens, d’un coup, ils ont lâché prise. En fait c’est ça : c’est aider les gens à reprendre possession de leur corps, leur souffle, se reconnecter à soi-même et ensuite, prendre la route.

Le bilan, c’est que c’est super parce que j’ai changé les machines pour des gens et… ça n’a pas de prix, tout simplement ! » 

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Google+ (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)

Informez-vous sur le marché du travail