Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Nucléaire

Maintenance nucléaire : 12 métiers à la loupe

La maintenance est essentielle pour garantir la sûreté des installations nucléaires. La filière du nucléaire compte 12 métiers de la maintenance pour effectuer des dépannages, réparations, réglages, révisions, contrôles et vérifications de machines et de matériaux présents sur le site. 12 métiers phares recherchés par les entreprises !

Automaticien, calorifugeur, chaudronnier-tuyauteur, échafaudeur, électricien, logisticien nucléaire, mécanicien sur machines tournantes, mécanicien-robinetier, peintre en revêtement industriel, soudeur, technicien en contrôle non destructif, technicien en radioprotection : tels sont les 12 métiers de maintenance dans la filière du nucléaire.

Des métiers qui se déclinent au masculin comme au féminin, des métiers que l’on retrouve également dans l’industrie classique (agro-alimentaire, métallurgie, pétrochimie, etc.)... à une différence près : l'une des spécificités de l'industrie du nucléaire réside dans son haut niveau d'exigence, avec pour maître-mot : sûreté. Le respect des consignes de sécurité est primordial. C'est un univers où il faut être précis, minutieux, attentif, réactif.

Pour travailler dans cette filière, il est nécessaire de suivre des formations et d’obtenir des diplômes et des accréditations spécifiques, notamment sur les normes de sécurité. Vous disposez d'une formation industrielle ? Votre formation de base peut être renforcée par une spécialisation dans les métiers de l'énergie et dans ceux du nucléaire (habilitations, compagnonnage, tutorat, ...).

Le recrutement se fait de deux manières :

  •  Par contrat d’apprentissage,
  •  Par recrutement direct chez les sociétés prestataires une fois le diplôme obtenu.

Dans chaque famille, des ponts entre les métiers sont possibles, les perspectives d'évolution professionnelles sont réelles : un échafaudeur peut aussi être calorifugeur et inversement, un mécanicien robinetier peut devenir chef d'équipe en un an, etc.

La filière nucléaire offre des emplois durables et qualifiés. Par ailleurs, les contrats sont rarement de courte durée et les salaires sont supérieurs à d'autres secteurs d'activité.

La maintenance dans l'industrie nucléaire

Différentes opérations sont effectuées, de manière quotidienne ou programmée, par des professionnels extérieurs qui travaillent au sein d’entreprises sous-traitantes et qui interviennent en renfort du personnel d’EDF lors des interventions suivantes :

  • Maintenance quotidienne : les professionnels effectuent une surveillance de façon continue de l'état des équipements et réalisent les ajustements et réparations nécessaires. 
  • Maintenance annuelle programmée : tous les ans, chacune des tranches de la centrale est arrêtée pendant 5 à 6 semaines pour un rechargement en combustible et des opérations d'entretien de grande ampleur.
  • Visite décennale : tous les 10 ans, une inspection complète et détaillée de la tranche est effectuée : cuve, circuit primaire, générateur de vapeur, enceinte de confinement, etc. Sa durée est de l’ordre de 90 jours. A son issue, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) donne l’autorisation de poursuivre l’exploitation de la centrale pour 10 ans supplémentaires.
  • Lors de la construction ou du démantèlement de centrales.

Chaque année, c'est environ 20 000 intervenants extérieurs répartis au sein de 600 entreprises prestataires qui participent à la maintenance des centrales d’EDF.

12 métiers de la maintenance

  

Automaticien (H/F)

L’automaticien (fiche ROME I1302) est la personne chargée d’installer et de programmer des équipements automatisés et des machines-outils. Il doit aussi s’assurer de leur bon fonctionnement par des entretiens réguliers. Il intervient lorsqu’une panne se déclare (identifier l’origine du dysfonctionnement et réparer le dispositif automatisé).

En centrale nucléaire, l’automaticien gère l’ensemble des activités de maintenance préventive et corrective réalisées sur les systèmes de contrôle commande et de régulation.

  • Formations : BEP, BP, Bac Pro, BTS, licence pro avec spécialité électronique, électrotechnique, CIRA...

Calorifugeur (H/F)

Le calorifugeur, aussi nommé « monteur en isolation thermique » (fiche ROME F1613), est l’opérateur chargé, sur un chantier, de poser des matériaux isolants sur les tuyauteries, cuves, appareils pour les protéger de l'environnement extérieur, et éviter les pertes ou gains de chaleur.

Il intervient en hauteur, en coopération avec les échafaudeurs.

  • Formations : CAP, BEP, Bac pro, BTS dans un domaine technique (préférence pour chaudronnerie et métallerie). 

Chaudronnier - Tuyauteur (H/F)

ChaudronnierLe chaudronnier (fiche ROME H2902) : travaille le métal (acier, carbone, inox, alliages, aluminium, cuivre, titane...) sous forme de tôles (feuilles, plaques) et de barres (profilés, tubes). Il trace, découpe, met en forme, assemble, installe, contrôle ses fabrications.

Le métier de tuyauteur (fiche ROME H2914) est un prolongement qui consiste à réaliser les réseaux de tuyauterie entrant dans la construction des grands sites industriels dont les centrales nucléaires. Il réalise les réseaux de tuyauterie qui véhiculeront des fluides liquides ou gazeux à des températures ou des pressions plus ou moins élevées. Il réapre et modifie les circuits de tuyauterie (maintenance).

  • Formations : CAP chaudronnerie, Bac pro TCI, Bac STI2D, BTS maintenance ou CRCI, DUT génie mécanique.

Échafaudeur (H/F)

Le métier d’échafaudeur (fiche ROME F1502) consiste à mettre à disposition des autres corps de métier des moyens d’accès spéciaux ou des postes de travail pour leur permettre d’intervenir en toute sécurité sur des matériels en hauteur. L’activité consiste à monter, en équipe, des ouvrages métalliques suivant des plans définis par assemblage de tubes et de pièces métalliques (planchers, profilés, échelles, portillons…).

Dans les centres nucléaires, ces travaux sont réalisés pour permettre d’effectuer des réparations sur des matériels dans le cadre d'opération de maintenance de tranche.

  • Formations : CAP/BEP métallerie, maintenance industrielle ou bâtiment, Bac Pro ou BTS mécanique appréciés, certificat de qualification professionnelle « monteur échafaudage ».

Électricien (H/F)

L'électricien (fiche ROME I1309) réalise le raccordement à une installation électrique existante, remet en conformité le chantier, identifie les dysfonctionnements, répare, change les pièces, vérifie l'étalonnage des instruments de mesure et de soudage. 

  • Formations : BEP, Bac pro, BTS électricien ou électrotechnique, Bac STI2D, DUT génie électrique, expérience de chantier de 5 ans minimum.

Logisticien nucléaire (H/F)

Le logisticien nucléaire (fiche ROME I1309) assure la préparation logistique des chantiers où il intervient en amont, pendant et en aval de la prestation de maintenance. Il réduit les risques radiologiques sur les chantiers, assure le gardiennage et approvisionne des chantiers, décontamine...

Le logisticien est en charge d'assister et de gérer les déchets radioactifs, d'exploiter des installations et ateliers, et de réaliser des déplacements de matériels.

  • Formations : BEP agent d'assainissement, logistique nucléaire, Bac Pro, BTS environnement nucléaire, certificat de qualification professionnelle.

Mécanicien sur machines tournantes (H/F)

Le mécanicien sur machines tournantes (fiche ROME I1304) entretient, révise ou reconstruit des machines tournantes (pompes, turbines, compresseurs, ventilateurs, ...) lors des inteventions de réparation ou dans le cadre de visites de maintenance programmées sur les unités de production. 

Exemple : le mécanicien sur machines tournantes gère la maintenance de pièces maîtresses au sein de la centrale comme le groupe turbo-alternateur.

  • Formations : Bac STI2D, Bac Pro, BTS spécialité mécanique, environnement nucléaire, maintenance, électrotechnique, DUT, licence pro, certification de qualification professionnelle.

Mécanicien robinetier (H/F)

Le mécanicien robinetrier (fiche ROME I1310) réalise la maintenance corrective et préventive, à dominante mécanique, des équipements, installations, matériels de robinetterie. Il assure donc l'entretien de la robinetterie et des motorisations associées. Il réalise des essais, des dépannages ou du diagnostic à l'aide d'outillages spécifiques. Ce métier s'exerce généralement en équipe sur l'installation client et requiert une grande disponibilité ainsi que l'observation stricte des règles de sécurité et de sûreté.  

  • Formations : Bac STI2D, Bac pro, BTS spécialité mécanique, environnement nucléaire, maintenance, électrotechnique, DUT, licence pro.

Peintre en revêtement industriel (H/F)

Le peintre en revêtements industriels (fiche ROME F1606) assure la protection des ouvrages et des matières contre les agressions (corrosion, contamination) pour garantir leur pérennité et leur maintien en propreté radiologique.

Il applique également des revêtements de sols industriels spéciaux (stratifiés, ignifugés, étanches...).

Ce métier se distingue de la peinture en bâtiment en raison des exigences specifiques en termes de matériaux et de techniques employées.

  • Formations : CAP / BEP peinture industrielle, DUT génie civil, certificat de qualification professionnelle peinture industrielle.

Soudeur (H/F)

Le soudeur (fiche ROME H2913) réalise des travaux d'assemblage, d'installation, de modification et de maintenance des réseaux de tuyauterie ou de grands ensembles chaudronnés.

  • Formations : CAP, BAC STI2D, Bac pro, DUT génie mécanique avec formation spécifique au soudage.

Technicien en contrôle non destructif

Le technicien en contrôle non destructif (fiche ROME H1506) réalise des contrôle des soudures de canalisation ou de structure métallique faisant l'objet d'un suivi régulier. Il recherche des défauts par des contrôles surfaciques (ressuage ou magnétoscopie). Il recherche aussi des défauts à l'intérieur de la structure du métal par radiographie ou ultrasons. 

  • Formation : accessible avec un Bac Pro technicien en chaudronnerie industrielle ou à Bac+2 avec le BTS techniques physiques pour l'industrie, suivie d'une formation avec un BTS à dominante mécanique. Accessible aussi avec certification, titre professionnel et formation par compagnonnage.

Technicien en radioprotection (H/F)

Le technicien en radioprotection (fiche ROME H1303) participe à la prévention des risques radiologiques dans tous les domaines, de la préparation à l'éxecution des travaux. Il réalise des mesures courantes de radioprotection et des visites de surveillance sur les chantiers.

  • Formations : Bac pro environnement nucléaire, BTS radioprotection, DUT Hygiène Sécurité Environnement (HSE), formation en interne possible pour non diplômés.

 

Source : http://www.le-nucleaire-recrute.com/

 Source : http://www.le-nucleaire-recrute.com, rubrique « S’orienter ».

Pour en savoir plus sur les formations...

Consultez les sites suivants :

Vous pouvez également vous informer auprès de votre conseiller Pôle emploi.

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Google+ (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)

Le Dossier - La maintenance dans le nucléaire