Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Mon information

A qui s'adresse la VAE ?

La VAE concerne tous types de public : les salariés du privé (en CDI ou en CDD) ou intérimaires, les non salariés, les agents publics (titulaires ou non), les demandeurs d’emploi indemnisés ou non, les candidats à un concours administratif, les bénévoles ayant une expérience associative ou syndicale ainsi que toute personne avec ou sans qualification reconnue désirant en acquérir une, la compléter ou l’adapter afin de reprendre une activité.

Votre VAE si vous êtes salariés en CDI ou CDD

Pour qui ?

Toute personne justifiant de 3 années d’activité, continue on non, à temps partiel ou à temps plein, sous un ou plusieurs statuts (salariés, travailleurs indépendants, bénévoles, Demandeurs d’emploi, etc.). Aucune limite d’âge, aucune condition de diplôme ou de niveau scolaire requis.

Sur quels critères ?

Pour les salariés en CDI :
Aucune ancienneté dans l’entreprise n’est requise.

Pour les salariés en CDD :
24 mois consécutifs ou non, quelle qu’ait été la nature des contrats successifs au cours des 5 dernières années ; dont 4 mois, consécutifs ou non, sous contrat à durée déterminée au cours de 12 derniers mois. « Sauf en cas de changement d’employeur, le salarié doit respecter un délai de franchise de 5 ans pour présenter une nouvelle autorisation d’absence, dans le même but ».

Quels sont les droits ?

Pour les salariés en CDI ou CDD :

D’une durée de 24 heures de temps de travail, consécutives ou non, le congé de VAE permet au salarié de s’absenter soit pour participer aux épreuves de validation, soit pour être accompagné dans la préparation de cette validation.

Comment procéder ?

La demande d’autorisation d’absence, formulée par le salarié, doit parvenir à l’employeur au plus tard 60 jours avant le début des actions de validation.

Elle précise le diplôme, le titre ou le certificat de qualification concernés ; la nature, les dates et la durée (24 h maximum) du congé de validation.

Dans les 30 jours suivant la réception de la demande, l’employeur fait connaître sa réponse par écrit à l’intéressé. Il peut reporter au maximum de 6 mois l’autorisation d’absence. Ce report doit être justifié par des raisons de service explicitées dans la réponse.

L’autorisation d’absence n’est pas nécessaire pour une VAE se déroulant hors temps de travail ou à la fin d’un CDD.

A l’initiative de qui ?

Pour les salariés en CDI ou CDD
A la suite de l’entretien professionnel, par exemple, l’employeur comme le salarié peuvent envisager une VAE.

  • L’employeur dans le cadre du plan de formation : le salarié doit donner son consentement ; il dispose d’un délai de 10 jours pour prendre sa décision.
  • Le salarié, dans le cadre de son Droit individuel de formation (DIF) et/ou d’un Congé individuel de formation (CIF).

La demande de prise en charge et quel financement ?

Pour les salariés en CDI ou CDD
Le salarié se procure auprès de son OPCA un imprimé de demande de prise en charge de congé VAE.
Composé de 3 volets, il est à compléter par le bénéficiaire, le centre de validation et l’organisme d’accompagnement s’il est différent du centre de validation.
Il le retourne à son OPCA complété et accompagné de l’autorisation d’absence de l’employeur, du ou des devis et d’une lettre de motivation.

Les dépenses engagées pour la VAE sont imputées :

  • sur le Plan de formation (l’employeur remplit et transmet à son OPCA une demande préalable de prise en charge de congé de VAE).
  • sur  le CIF, pour une demande à l’initiative du salarié.

Votre VAE si vous êtes non salarié

Pour qui ?

Toute personne justifiant de 3 années d’activité, continue on non, à temps partiel ou à temps plein, sous un ou plusieurs statuts (salariés, travailleurs indépendants, bénévoles, Demandeurs d’emploi, etc.).
Aucune limite d’âge, aucune condition de diplôme ou de niveau scolaire requis.

Pour quels publics ?

Chefs d’entreprise non salariés, travailleurs indépendants, membres des professions libérales, commerçants, artisans, professions agricoles,...
La VAE est assimilée à un droit personnel à la formation tout au long de la vie et étendu à l’entourage proche (conjoints, collaborateurs, associés, auxiliaires familiaux pour les artisans, membres de la famille pour les professions agricoles).

Sous quelles conditions ?

Condition de mise en œuvre du financement : être à jour du versement d’une contribution spécifique destinée au financement de la Formation Professionnelle Continue (FPC).

La demande de prise en charge totale ou partielle des frais liés à une VAE est à adresser au Fond d’Assurance Formation (FAF) qui gère leur contribution au titre de leur formation professionnelle continue.

Rappel : Le FAF fixe les priorités, les critères et les conditions de prise en charge des demandes.

Récapitulatif de certains FAF concernés en fonction des critères professionnels :

  • Commerçants, travailleurs indépendants... Association pour la Gestion du Financement des Chefs d’Entreprise (AGEFICE)
  • Médecins libéraux : Fonds d’Assurance Formation des Professions Médicales (FAF-PM)
  • Autres membres des professions libérales : Fonds Interprofessionnel pour la Formation des Professionnels Libéraux (FIF-PL)
  • Exploitants agricoles : Fonds pour la formation des entrepreneurs du vivant (VIVEA)
  • Exploitants de la pêche et des cultures maritimes : Fonds d’Assurance Formation de la Pêche et des Cultures Maritimes
  • Artisans : FAF qui gère leur contribution au titre de leur FPC - coexistence de FAF nationaux et régionaux.

Votre VAE en tant qu'agent de la fonction publique

La loi de modernisation de la fonction publique du 2 février 2007 étend aux fonctionnaires de l’Etat et hospitaliers plusieurs dispositifs de formation déjà instaurés pour les salariés du secteur privé, et notamment le congé VAE.

La loi relative à la fonction publique territoriale du 19 février 2007 étend ces mêmes dispositions aux fonctionnaires territoriaux.

Actuellement, seuls les agents de la fonction publique d’Etat et les agents territoriaux bénéficient des nouveaux dispositifs de VAE.

Objectifs

Permettre à l’agent de bénéficier, à sa demande, d’un congé en vue de participer ou de se préparer aux actions de validation des acquis de son expérience par un diplôme, titre ou certification inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).
A noter : ces actions de VAE peuvent également être financées par l’administration dans le plan de formation, donnant alors lieu à une convention administration - agent - organisme concourant à la validation.
Une décharge partielle de service peut également être octroyée à l’agent engagé dans une procédure de VAE.

Pour qui ?

Tout fonctionnaire justifiant de 3 années d’expérience (consécutives ou non ; issue de son activité professionnelle, syndicale, bénévole...) en rapport direct avec la certification visée.

A noter : les agents non titulaires occupant un emploi permanent et les assistants maternels et familiaux bénéficient également du congé pour VAE.
A noter : les agents en congé parental ont accès à la VAE.

Fonction publique d’Etat et territoriale

Les dispositifs, créés par la loi du 2 février 2007, sont mis en œuvre et précisés par le décret d’application du 15 octobre 2007 concernant la réforme de la formation professionnelle des fonctionnaires d’Etat et par le décret du 26 décembre 2007 concernant la réforme de la formation professionnelle des fonctionnaires territoriaux.

Les agents peuvent suivre une démarche de VAE dans le cadre :

  • du plan de formation (site du Carif-Oref). Les actions de validation, financées par l’administration dans le cadre du plan de formation, sont réalisées en application d’une convention conclue entre l’administration, l’agent et l’organisme valideur.
  • du congé VAE (fonction publique d’Etat) (site du Carif-Oref).
  • du congé VAE (fonction publique territoriale) (site du Carif-Oref). La durée du nouveau congé de VAE est fixée à vingt-quatre heures de temps de travail, éventuellement fractionnable, par an et par validation.


Fonction publique hospitalière

Les agents hospitaliers, titulaires ou non titulaires, peuvent bénéficier de la VAE dans le cadre :

  • du plan de formation, sous réserve de l’accord de l’autorité administrative,
  • du congé de formation.

Des textes d’application de la loi du 2 février 2007 sont attendus pour le congé VAE et le DIF.

Pour les territoriaux

Mise en œuvre

Durée : maximum 24 heures de temps de service par an et par validation.
A noter : ce temps est éventuellement fractionnable.
Pour compléter la préparation ou la réalisation de la VAE, l’agent peut utiliser son droit individuel à la formation (DIF).

Maintien du traitement et des indemnités
A noter : si l’agent est en congé parental, il reste en position de congé parental et ne bénéficie pas des droits à service effectif, rémunération et indemnité.

Contacts

  • Administration
  • Points relais conseils


Pour la fonction publique d’état

Mise en œuvre

  • Durée par validation : maximum 24 heures de temps de service (éventuellement fractionnables).
  • Délai de franchise : un an entre deux congés pour VAE.
  • Dépôt de la demande au plus tard 60 jours avant le début des actions de VAE. Celle-ci indique la certification visée ; les dates, la nature et la durée des actions de VAE ainsi que le nom des organismes intervenants.
  • Réponse de l’administration dans les 30 jours suivant la réception de la demande.Le refus ou le report de la demande doivent être motivés.

A noter : si la collectivité accepte de prendre en charge les frais de participation et, éventuellement, de préparation à une action de VAE, elle conclut une convention avec le fonctionnaire et les organismes intervenants, précisant la certification visée, la période de réalisation, les conditions et modalités de prise en charge des frais de participation et, le cas échéant, de préparation.

Obligation de présence : à l’issue du congé pour VAE, l’agent remet à l’administration une attestation de présence effective délivrée par l’autorité chargée de la certification.
En cas d’absence sans motif valable, l’agent perd le bénéfice du congé pour VAE et, le cas échéant, rembourse à l’administration les frais qu’elle a pris en charge dans ce cadre.

Maintien de la rémunération

Contacts

  • Administration
  • Points relais conseils 

Votre VAE si vous êtes demandeur d'emploi

Pour qui ?

Toute personne justifiant de 3 années d’activité, continue on non, à temps partiel ou à temps plein, sous un ou plusieurs statuts (salariés, travailleurs indépendants, bénévoles, demandeurs d’emploi, etc.).
Aucune limite d’âge, aucune condition de diplôme ou de niveau scolaire requis.

Sur quels critères ?

Demandeurs d’emplois indemnisés ou non indemnisés, justifiant de 3 ans d’expérience professionnelle ou bénévole en lien avec la certification visée.

Quels sont les droits ?

  • D’être disponible à l’emploi, tout en étant engagé dans une démarche VAE.
  • De pouvoir se présenter au jury de validation, ou continuer son accompagnement à la préparation à cette validation, tout en ayant retrouvé un emploi, pendant sa démarche VAE.


Comment procéder ?

Il faut que le demandeur d’emploi en informe son conseiller ou référent, il n’est tenu d’aucune autre obligation particulière vis à vis de Pôle emploi. En effet, la VAE est un droit individuel. Il doit simplement être disponible à l’emploi, sachant que la VAE n’est pas une période de formation, mais un service. A ce titre il peut être sollicité par Pôle emploi pour des offres en relation avec son profil.

A l’initiative de qui ?

A la suite d’un entretien (premier entretien, autres...), le demandeur d’emploi comme le Pôle emploi peuvent envisager une VAE. Le Pôle emploi, dans le cadre de plan d’action. Le demandeur d’emploi peut être convoqué pour participer à une prestation Pôle emploi (atelier VAE).
Le demandeur d’emploi, dans le cadre de son droit individuel, peut solliciter une information, un conseil, ou une orientation sur une démarche VAE.

La demande de prise en charge et quel financement ?

Pour tous les bénéficiaires :

  • gratuité pour les demandeurs d’emploi pour l’accès à un titre professionnel du Ministère chargé de l’emploi,
  • pour le secondaire jusqu’à BAC+2 (Éducation nationale), gratuité des différentes phases du processus (accueil, information, conseil, recevabilité, jury, documents) hormis l’accompagnement,
  • chéquiers VAE ou aide à la VAE par les conseils régionaux pour les autres certifications.


Nature de l’aide

Peuvent être prises en charge par Pôle emploi les dépenses concernant :

  • les droits d’inscription auprès de l’organisme certificateur,
  • les prestations d’accompagnement,
  • les actions de validation proprement dites (frais de constitution du jury, de déplacement, de copie, de timbres ainsi que tous les frais liés à la mise en situation tel que l’achat ou la location de matériel

Attention : lors d’une validation partielle, les actions de formation engagées en vue d’obtenir la certification dans sa totalité, ainsi que les frais liés à cette formation (transport, repas et hébergement) sont pris en charge dans le cadre des actions de formation conventionnées et des aides aux frais associés à la formation.
Dans le cas où la personne aurait retrouvé un emploi, ces actions ne pourront être prises en charge par Pôle emploi que lorsque la demande initiale de démarche VAE aura été faite pendant la période de chômage et au regard de la certification initiale visée.

Montant de l’aide et versement

Dans sa région, chaque directeur régional de Pôle emploi fixe les barèmes de prise en charge pouvant varier en fonction du niveau de certification visé.
La prise en charge par Pôle emploi est complémentaire ou subsidiaire aux dispositifs financés par les conseils régionaux, généraux ou toute autre collectivité publique et par les OPCA.
A titre indicatif : Coût moyen de prise en charge par Pôle emploi pour chaque bénéficiaire : 640 €.

Conditions d’attribution

L’aide est versée par Pôle emploi au bénéficiaire ou à l’organisme certificateur (même si l’intéressé n’a plus la qualité de demandeur d’emploi). Et ce, en cofinancement d’un autre financeur.

Avantages pour l’employeur

Demande établie conjointement par le demandeur d’emploi et son conseiller Pôle emploi (modèle national arrêté par Pôle emploi) et déposée au plus tard dans le mois suivant le jour de la réunion du jury de validation.

L’aide Pôle emploi à l’accompagnement à la VAE est exclue de l’assiette des cotisations de Sécurité sociale, de la CSG et de la CRDS. Elle est exonérée de l’impôt sur le revenu.

Votre VAE si vous êtes bénévole

Quels publics ?

Le Passeport Bénévole permet aussi bien aux demandeurs d’emploi qu’aux actifs en poste de faire fructifier leurs expériences bénévoles dans leur projet professionnel.
Contrairement aux idées reçues la proportion d’actifs ayant une activité bénévole est très importante.

En effet selon l’étude « La France Bénévole 2007 » :

  • 30% des actifs sont également bénévoles sur leur temps libre, pour seulement 23% des retraités et 18% des inactifs
  • 20% des demandeurs d’emploi ont une activité bénévole.
  • dans le réseau France Bénévolat, qui accueille et oriente les candidats au bénévolat vers les associations, environ 1 candidat au bénévolat sur 3 est demandeur d’emploi.


Comment l’utiliser ?

  • Lors d’un entretien programmé (SMP, autres,...)
  • Lors d’une information collective


Quel outil ?

Le Passeport de compétences bénévoles

Où le trouver ?

Dans les centres « France Bénévolat ». Coordonnées des centres et infomations sur « Passeport Bénévole »

Qu’est ce qu’il permet ?

  • Décrire précisément chacune des missions réalisées bénévolement,
  • Décrire les démarches de formation suivies grâce aux associations bénéficiaires.

Qui le complète ?

L’intéressé : seul ou avec l’aide de la structure associative.
Consultez également les éléments complémentaires sur le site « Passeport Bénévole ».

Qui l’atteste ?

Les responsables des structures (Président, vice président, dirigeants syndicaux,...).

Qu’est ce qu’il permet ?

  • De décrire précisément chacune des missions réalisées bénévolement.
  • De décrire les démarches de formation suivies grâce aux associations bénéficiaires.

Qui le complète ?

L’intéressé : seul ou avec l’aide de la structure associative.
Consultez les éléments complémentaires sur le site « Passeport Bénévole ».

Qui l’atteste ?

Les responsables des structures (Président, vice président, dirigeants syndicaux,...).

Quelle est sa légitimité ?

Il a été conçu et réalisé avec l’appui des plus grandes associations du territoire :

  • Secours populaire,
  • Secours Catholique,
  • Croix Rouge,
  • Association des Paralysés de France.

Il a été conçu et intégré dans les dispositifs VAE de Pôle emploi et de l’AFPA.

Quels buts et pourquoi l’utiliser ?

  • Il rend visible et formalise les activités bénévoles exercées.
  • Il donne du sens aux missions effectuées en tant que bénévole.
  • Il renforce le projet professionnel.
  • Il est une preuve tangible pour la démarche VAE.
  • Il apporte des éléments supplémentaires pour l’atelier VAE.
  • Il permet de prendre en considération d’autres pistes de projet professionnel (secteurs d’activités non identifiés par le candidat).
  • Il favorise une accessibilité à l’emploi.


Consultez la brochure "Le passeport bénévole"

Publié le 23 September 2011
PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Google+ (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)