aller au contenu

  • Samedi 30 août 2014
  • Plan du site

Page précédente

Styliste ongulaire (H/F)

Le marché du stylisme ongulaire connaît un essor mondial sans cesse croissant. De plus en plus de personnes, soucieuses de leur apparence, comprennent que leurs mains peuvent représenter un atout de communication et de séduction important.

focus du dossier du mois styliste ongulaire

Le métier est inscrit dans le répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME) sous l’intitulé « prothésiste ongulaire ». Cette désignation, aux résonances un peu trop médicales, s’efface peu à peu dans l’usage courant derrière l’expression « styliste ongulaire ». Ainsi est mise en valeur la mission de ce professionnel : embellir les mains et les pieds de ses clients.

I Un métier aux différentes facettes

Un métier technique

Le métier de styliste ongulaire (code ROME : D1208) est majoritairement exercé par des femmes.
La styliste ongulaire questionne sa cliente sur ses habitudes, ses allergies, ses traitements médicaux (par exemple, on ne pose pas de faux-ongles à une personne diabétique)… Elle tient compte de la morphologie des mains, de la nature de l’ongle… Chaque cliente et ses ongles sont uniques. Elle choisit la méthode la mieux adaptée à sa cliente afin de renforcer l’ongle avec un produit, voire de le décorer dans un but esthétique. La réussite de ce travail repose sur la qualité des produits utilisés et la dextérité de la styliste ongulaire, d’où l’importance d’une bonne formation.

Voici les techniques principales que toute bonne styliste ongulaire doit exercer :

1/ L’Extension pour un ongle court ou rongé
La styliste ongulaire peut coller un faux-ongle en plastique sur l’ongle naturel (une « capsule » ou « tip ») ou apposer sous l’ongle naturel un papier autocollant (appelé « chablon ») qui servira de support lors du modelage.

2/ Le Modelage
Il existe 2 types de produits à poser (sur l’ongle naturel, la capsule ou le chablon) qui nécessitent des techniques de pose et des compétences différentes :
- La résine (méthode « historique » souvent préférée au gel pour la pose de décorations) : application d’un mélange (poudre + liquide) qui se transforme en résine. Cette matière est très modelable et durcit à l’air libre (pas besoin de lampe UV).
- Le gel (méthode plus récente qui tend à supplanter la résine) : application sur l’ongle de plusieurs couches de gels UV (gel de base, gel de construction et gel de finition) qui durcissent sous une lampe UV.
La styliste ongulaire doit poser son produit à la stricte limite de l’ongle et des cuticules (qui ne doivent pas être recouverts) afin d’éviter les décollements.

3/ La French ou French Manucure
Elle dessine une bande de couleur (généralement blanche) afin de reproduire la démarcation naturelle de la zone de pousse de l’ongle (le bout de l’ongle).

4/ Le Remplissage
La pose de faux-ongles (en gel ou résine) nécessite un entretien toutes les 3 à 4 semaines selon la rapidité de la pousse des ongles. La styliste ongulaire doit cacher le vide entre l’ongle renforcé et l’ongle naturel.
Elle raccourcit les ongles et réduit l’épaisseur du gel ou de la résine par limage (manuel ou
non) pour préparer les ongles à recevoir de nouvelles couches de gel ou de la résine.

5/ Les Réparations
Il s’agit de réparer un ongle ébréché, cassé ou manquant. La styliste ongulaire utilise les mêmes techniques que pour l’extension d’ongle.

6/ La Dépose
Lorsque la cliente souhaite arrêter le renforcement de ses ongles, la styliste ongulaire doit enlever les produits :
- Pour une pose en gel : elle lime le gel et les éventuelles capsules jusqu’à la limite de l’ongle naturel, sans agresser l’ongle (c’est-à-dire sans l’échauffer).
- Pour une pose en résine : les ongles sont trempés dans une solution qui fait fondre la résine. Les ongles naturels réapparaissent intacts et n’ont pas été abîmés.


Quelques règles s’imposent pour ce métier :

Se faire poser des faux-ongles n’est pas un acte anodin : la styliste ongulaire ne doit pas abîmer les ongles naturels de ses clientes et doit respecter un certain nombre de règles.

Elle doit refuser certaines clientes :
− Les jeunes de moins de 16 ans : ongles pas assez matures et risque plus élevé de malformation de l’ongle.
− Les personnes sous traitement médicamenteux aux stéroïdes ou traitement antibiotique prolongé : problème d’adhérence des produits.
− En cas de maladies de l’ongle (mycose,…) : elle doit repérer ce type d’infection (connaissances acquises en formation) afin d’éviter de contaminer les autres clientes.
− Les personnes allergiques aux produits.
− Mais aussi : au-delà du 7ème mois de grossesse, en cas d’intervention chirurgicale proche, dans certains métiers (médicaux, restauration…) etc.

Elle doit avoir une hygiène irréprochable ! La styliste ongulaire doit, dans l’idéal, attribuer une lime à chaque cliente et désinfecter ses instruments. Elle doit gérer la propreté des instruments et des locaux : nettoyage, stérilisation et élimination des déchets.
Un limage très abrasif des ongles (pour préparer le modelage), s’il n’est pas bien pratiqué, peut produire des dégâts considérables sur les ongles : ongles plus fragiles et cassants, réduction de la protection naturelle de l’ongle et donc risque d’absorption des toxines des matières chimiques (résines, colles, gels…).
Une pose d’ongles mal effectuée peut entraîner des mycoses, des déformations de l’ongle, des douleurs lancinantes, des repousses difficiles, des moisissures (lorsque la capsule est mal collée).

Un métier artistique

Il existe une multitude de décorations possibles pour les ongles : jeux de couleurs, dessins, strass, stickers… On parle de décorations ou d’« Art Nails ». Les stylistes ongulaires peuvent laisser libre court à leur inspiration, leur imagination et à leur sens créatif. Les décorations personnalisent les ongles : des plus discrètes aux plus exubérantes, elles reflètent souvent une part de la personnalité de la cliente.
Les prothésistes ongulaires doivent faire preuve d’une grande habileté manuelle car les motifs sont petits et demandent de la précision au moment du tracé. Une bonne concentration et une bonne résistance à la fatigue sont nécessaires. Elles doivent par ailleurs se montrer rapides et réactives pour enchaîner les poses d’ongles. Elles proposent leurs créations et doivent se renouveler pour satisfaire leurs clientes. Elles doivent aussi se tenir très au courant des dernières tendances en matière de mode.

Un métier de contact

Pendant le temps de pose (1h à 1h30 environ), la styliste ongulaire discute avec sa cliente. Elle doit s’adapter à chacun et pouvoir aborder différents sujets (la pose d’ongles concerne de nombreuses personnes, de tout âge et de tout niveau social). Une bonne relation avec la cliente, qui est venue pour se détendre, est importante. La styliste ongulaire doit attirer et fidéliser la clientèle : elle doit avoir une bonne présentation, écouter, conseiller.
Avoir porté ou porter soi-même des faux ongles est indispensable : elle peut mieux parler de ses services, apporter des conseils, comprendre ses clientes. Elle est surtout la meilleure vitrine de son entreprise !
Elle doit avoir le sens de l’observation et de la psychologie : en observant les mains des clientes, on observe facilement la différence entre des mains ayant une peau soignée et des mains habituées aux travaux ménagers comme la vaisselle, le ménage, la lessive... En développant ce don d'observation, elle pourra s’adapter à la clientèle et proposer des soins adaptés.

Un métier commercial

Les produits évoluent vite et les marques sont très nombreuses sur le marché. La styliste ongulaire doit donc être vigilante sur le choix des produits qu’elle utilise : un produit peu cher lui permettra peut-être de proposer des tarifs moins importants, mais si la qualité de ce produit est mauvaise, ses clientes se plaindront et ne feront pas une bonne publicité.
La polyvalence est requise pour exercer ce métier. En effet, la styliste ongulaire est souvent amenée à être hôtesse d’accueil, vendeuse (prise de rendez-vous, encaissement,…), maquilleuse, etc.
Lorsqu’elle est à son compte, elle doit, en plus de son activité de prothésiste, gérer ses stocks, choisir ses fournisseurs, faire de la publicité, encaisser l’argent...

Les conditions de travail

  •     Elle travaille assise toute la journée et penchée sur les mains de ses clientes (entraînant parfois des problèmes au niveau des lombaires, des épaules, des poignets et des doigts). Ses gestes sont répétitifs (appui sur les coudes et les avant-bras).
  •     Il faut avoir une bonne vision de près.
  •     C’est un univers poussiéreux (à cause des ongles limés).*
  •     Le travail s’exerce aussi les samedis.
  •     L’amplitude horaire peut être importante, de 9h à 19h, voire au-delà pour les personnes à leur compte.
  •     Pour les personnes travaillant à domicile : de nombreux déplacements sont à prévoir.

II L’importance de la formation

Pour exercer la profession de styliste/prothésiste ongulaire, il est indispensable de posséder un CAP en soins esthétiques et corporels ou un diplôme ou un titre de niveau égal ou supérieur homologué ou enregistré au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Quelques questions à poser pour mieux choisir sa formation

Voici quelques points à aborder avec l’école ou le formateur (ne le faites pas par téléphone, rendez-vous sur place pour voir les lieux et discuter en face-à-face) :

- Il est conseillé de vérifier que le diplôme délivré est bien enregistré au niveau V au RNCP.
- Le formateur indépendant ou le centre de formation doit posséder un numéro d’agrément, indispensable pour la prise en charge de la formation (c’est une déclaration administrative auprès de la Préfecture et en aucun cas un gage de qualité du contenu de la formation).
- Le contenu de la formation : les techniques abordées, les cours théoriques (santé, hygiène, maladies fréquemment observées…)… Demandez un programme détaillé.
- La pratique : la durée, le temps sur une main d’entraînement puis sur des vrais modèles (demandez qui se charge de trouver les modèles).
- Le nombre d’élèves par session et la disponibilité du formateur (le formateur consacre-t-il tout son temps aux stagiaires ou fait-il lui-même de la prothèse ongulaire en même temps sur les clientes ?). Vous pouvez vous rendre au centre en tant que modèle pour observer le fonctionnement du formateur.
- La durée de la formation et les horaires de la formation. Les formations de 4/5 jours ne paraissent pas suffisantes pour exercer, elles permettent seulement de découvrir le métier, de faire une initiation. Pour exercer, il faut compter au minimum 3 semaines.
- Le tarif (hors taxe ou TTC ? avec ou sans le matériel ?) et les modalités de paiement (paiement en plusieurs fois).
- Le matériel et les produits mis à disposition.
- Les documents fournis pendant et à la fin de la formation (attestation par exemple).

Tous ces points doivent être établis par écrit dans le cadre d’une convention.

III Vous souhaitez vous lancer dans le métier ?

Mieux vaut le savoir, les débouchés sont peu nombreux et il faut être très motivé si vous souhaitez exercer ce métier.

Si vous décidez d’exercer à votre compte


- Choisissez votre statut (auto-entrepreneur, microsociété…) et votre lieu d’exercice (à domicile, en magasin…).
- Constituez-vous une clientèle : par le bouche-à-oreilles, par la publicité, les prospectus, le démarchage (attention le budget est conséquent et il faut être patient). Et la fidéliser : une cliente revient toutes les 3 à 4 semaines pour le remplissage. 18 mois en moyenne sont nécessaires pour arriver au seuil de rentabilité d’au moins 6 clientes par jour et 2 ans pour avoir un bon rendement. Les prothésistes ongulaires qui réussissent ont 7 à 9 clientes par jour et enchaînent les poses d’ongles toutes les 1h15 environ.
- Vous devez disposer de fonds pour l’achat du matériel de base : lampe UV, limes, bloc polissoir, pinceaux, capsules, coussin repose main pour le confort de la cliente, aspirateur de table, bâton de manucure, ciseaux et pinces à cuticules, ponceuse, produits (gel ou résine), etc. Prévoyez un budget d’environ 450 à 860€ pour le kit avec les produits, auquel il faudra rajouter le loyer, les charges etc.

Si vous décidez d’exercer comme salariée

- Postulez dans  des salons de coiffure, des salons d’esthétique, des centres commerciaux…
- Consultez les offres sur pole-emploi.fr en sélectionnant « prothésiste ongulaire » dans le moteur de recherche.

Publié le 12 January 2012

Haut de page


Page précédente