Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Les conseils de Pôle emploi

Entretien, tutorat, parrainage, prise de poste… Tout ce qu’il faut savoir sur l’intégration

1 CDI sur 3 est rompu avant la première année*. Et le turnover dans les entreprises françaises (moyenne entre les entrées et les sorties) est de 16,8 %**. Deux chiffres qui prouvent qu’un recrutement ne s’arrête pas à la signature du contrat de travail. L’intégration d’un nouveau collaborateur doit être préparée, accompagnée et surveillée.

Les entretiens réguliers de suivi : pour faire grandir chaque collaborateur

Ne laissez pas un nouveau collaborateur s’adapter seul à son nouveau milieu ! Des entretiens réguliers doivent être programmés. Leur fréquence ralentira au fil du temps : hebdomadaires dans un premier temps puis mensuels, trimestriels, annuels. Ces entretiens ne doivent pas être menés tambour battant, entre deux portes, mais programmés et conduits autour d’un dialogue positif :

  • laisser le collaborateur s’exprimer sur son quotidien et sur son approche de ses fonctions,
  • le questionner sur ses attentes,
  • le valoriser en insistant sur ses points forts et féliciter ses réalisations ou avancées les plus marquantes,
  • déterminer, avec lui, les points d’amélioration et définir des axes pour y parvenir,
  • bannir les comparaisons avec d’autres collaborateurs,
  • projeter le salarié dans le futur en évoquant, en toute transparence, les projets à venir.

Ces entretiens doivent instaurer un climat de confiance réciproque entre le salarié et votre entreprise. Le collaborateur doit se sentir compris et épaulé. Et cela, même lors d’un entretien de recadrage, parfois nécessaire suite à une erreur. Le dialogue reste le meilleur allié d’une bonne et solide intégration.

Tutorat, parrainage, parcours de découverte : des méthodes efficaces pour l’intégration

L’intégration d’un nouveau collaborateur, c’est comme découvrir un pays étranger : il faut un guide local. Offrir les services d’un guide accompagnateur à un nouvel employé, c’est aussi lui donner un sésame pour maîtriser les aspects techniques de son poste et comprendre la culture de votre entreprise. Différentes approches existent.

  • Le tutorat : sur le principe de l’apprentissage, le tutorat permet à un salarié en poste d’accueillir et de former un nouveau collègue. Pour cette raison, le choix du tuteur est clé : il doit être volontaire (cette fonction s’ajoute à sa charge de travail habituelle), d’une grande expertise métier, pédagogue et capable d’évaluer les progrès de « son élève ». Le tutorat est une méthode efficace dans le cas d’un remplacement sur un poste. Il s’agit alors d’organiser le passage de relai entre le partant (retraite, promotion interne…) et l’arrivant en les installant, ensemble, sur le même poste.
  • Le parrainage ou le mentorat : le parrain ou le mentor est un collaborateur choisi en dehors du service du nouvel embauché. Il a la charge de l’accueillir, de le présenter aux autres collaborateurs, de le conseiller et de l’orienter, à l’image d’un coach. Un bon mentor permet au nouveau salarié de se familiariser avec la culture de l’entreprise et les méthodes de travail.
  • Le parcours de découverte : donner la possibilité au nouveau salarié de tester différents postes de travail permet à la fois de l’intégrer auprès de ses collègues mais aussi de lui faire comprendre le fonctionnement général de l’entreprise. Cette méthode est conseillée pour des emplois s’inscrivant dans une chaîne de travail ou pour des emplois nécessitant une coopération interservices.

Fiche pratique : l’accueil et l’intégration des nouveaux embauchés

Que faire en cas de rupture d’un CDI ?

L’intégration ne suffit pas toujours. Que ce soit à votre demande ou celle de votre salarié, il n’est pas rare de voir un CDI se terminer avant même la première année. Si la rupture est initiée par l’entreprise, vous devez :

  • convoquer le salarié à un entretien préalable,
  • si le licenciement est confirmé, envoyer une lettre de licenciement en recommandé A/R spécifiant le motif du licenciement et le statut du salarié,
  • informer le salarié s’il doit effectuer tout ou partie de son préavis,
  • lui remettre les documents suivants : certificat de travail, attestation Pôle emploi, reçu pour solde de tout compte.

Notez qu’un licenciement économique impose la consultation des représentants du personnels (à partir de 2 salariés) et une notification à l’administration.

* Dares, janvier 2015
** Dares, juillet 2015

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Google+ (Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre)

La newsletter entreprise de Pôle emploi consacre un numéro spécial à l’intégration et la formation des nouveaux collaborateurs (n°4, mars 2017).

À la Une. Recruter quelqu’un qui vient d’être formé, ça marche

Dossier. Réussir la période d’intégration d’un nouveau salarié

Zoom sur. Les aides à la formation AFPR et POEI

→ Lire la newsletter