« Marie-Hélène Frémont, directrice générale de l’Institut National des Métiers d’Art.
Les métiers d’art, c’est un secteur de 281 métiers, dans 16 domaines économiques. On recense
38 000 entreprises, 60 000 emplois, 1 000 formations qui vont du CAP jusqu’à Bac +2, voire Bac +5. Pour exercer ces métiers d’art, il faut avant tout être passionné, exigeant, tenace, avoir une dimension et une appétence créative. Il y a une demande de plus en plus forte des consommateurs à acquérir des biens sur mesure, qui ont une âme, qui ont une empreinte humaine. Ce sont absolument des métiers d’avenir. »

« On est bottier de père en fils depuis 1931, mon père avant moi et mon grand père avant mon père. Je m’appelle Eric Fayot, je suis bottier à Paris depuis 1998.
Bottier, ça veut dire quelqu’un qui fabrique des chaussures à la demande, sur mesure. Chaque création, chaque paire de soulier est unique. C’est un métier qui laisse libre-court à l’imagination et à l’esthétisme. »

« Je m’appelle Mélanie Marque, je suis podo-orthésiste depuis Novembre 2013. Ce métier regroupe tout ce que j’adore faire : la couture, donc le piquage ici pour le cuir. J’adore échanger, créer avec le client une paire de chaussures qu’il pourra être content de mettre. »

Mélanie Marque (avec une cliente) : « Et voici les essayages ! On va reculer un peu le pied… »
La cliente : « Oui, je suis très à l’aise à l’intérieur… Impeccable, ça a été rapide ! »

Mélanie Marque : « C’est vraiment le plaisir de créer, c’est ce point-là que j’adore. »

Eric Fayot : « Il faut être manuel, il faut être inventif aussi. Ce qui me plait le plus dans mon métier, c’est que je suis indépendant. Je travaille le cuir, une matière noble. C’est l’impression de travailler dans un matériau unique, chaque peau est unique, une odeur particulière, une sensation particulière. »

Mélanie Marque : « On crée des modèles de chaussures, avec différentes couleurs, différents types de cuir, différents matériaux aussi, parce qu’on n’utilise pas que le cuir, il y a d’autres tissus aussi dans la réalisation de la chaussure. On est vraiment sur la création de la chaussure. »

Eric Fayot : « Ce sont des métiers d’excellence, comme dans les grandes maisons de couture. C’est plein de petits gestes différents, plein de petites astuces différentes. Il faut au moins 4 à 5 ans en termes de formation. Il y a du travail, il y a de l’avenir, on fera toujours des chaussures. Il y a les bottier d’art et il y a les bottiers orthopédistes où il y a plus d’opportunités de travail. »

Mélanie Marque : « C’est vraiment un métier d’avenir en fait, parce qu’il y a toujours de la création. La mode change tout le temps, donc on a toujours cette envie de créer des modèles. »

A bientôt pour le prochain dossier.