Des terrains de sport à l’agence bancaire

Chemseddine Mrenda est aujourd’hui Responsable d’agence LCL à Marseille. Pourtant, rien ne prédestinait ce pratiquant de rugby à haut niveau à une carrière dans la banque. Retour sur un parcours à la fois atypique et inspirant.

paragraphe-image-13

Après avoir rejoint le groupe bancaire il y a quatre ans en qualité d’alternant, au sein de l’agence LCL- cannebière,

Chemseddine Mrenda est aujourd’hui seul aux commandes et manage deux collaborateurs.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours avant de rejoindre LCL ?

Je suis âgé de 29 ans. Je suis né à Marseille et je vis aujourd’hui dans le 11ème arrondissement. Avec le recul, je constate que mon parcours est fait de remises en question et de changements ! Au lycée, je me suis orienté vers une filière professionnelle gros œuvre, bâtiment et maçonnerie. Depuis toujours, je suis passionné par le sport et je pratique - encore aujourd’hui - le rugby à 13 à haut niveau. J’ai donc choisi rapidement de me réorienter vers une filière sport, en passant mon certificat de Qualification Professionnelle Animateur de Loisir Sportif (CQP – ALS).
Pour ce faire, je suis passé par l’École de la 2ème chance qui m’a permis de me remettre dans la vie scolaire en travaillant le langage et l’écriture. En 2012, alors âgé de 21 ans, après avoir obtenu mon BP JEPS - Brevet Professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport - je deviens éducateur sportif durant un an et demi, puis éducateur culturel.

Lors de votre parcours comment avez-vous été accompagné par Pôle emploi ?

D’abord en 2014. Je venais de terminer mon contrat d’animateur sportif et je me posais la question d’une réorientation. Durant une année j’ai été accompagné par Pôle emploi. Puis, l’APELS* m’a proposé un parcours de formation en partenariat avec LCL en Méditerranée. J’ai décidé de tenter ma chance.
C’est à ce moment-là que Pôle emploi m’a à nouveau aidé. Depuis la fin de mon contrat d’éducateur sportif, j’étais demandeur d’emploi et je percevais une allocation. Pour continuer à percevoir cette allocation tout en effectuant ma formation, un agent Pôle emploi m’a aidé à remplir le dossier administratif. C’est ce qui m’a permis de me lancer dans les métiers de la banque !

Pourquoi avoir choisi le secteur bancaire, qu'est-ce qui vous a plu dans les métiers de la banque ?

Au moment d’intégrer la formation, j’étais plein d’hésitations. Je me posais alors la question de devenir pompier professionnel ! Un métier très différent de celui de banquier !  Je me suis beaucoup renseigné et j’ai discuté avec des pompiers. Très vite, j’ai compris que ce métier ne me conviendrait pas à long terme.
La banque, en revanche, m’offrait la possibilité de faire carrière et de progresser. C’était pour moi un choix de métier pérenne, avec de vraies perspectives d’évolutions.

Comment avez-vous préparé votre candidature, avez-vous mis vos compétences en avant ?

Je me suis interrogé sur mes compétences et j’ai aussi interrogé mes proches. Est-ce que je suis réellement à l’écoute des autres ? Est-ce que je suis capable de devenir banquier ? Autant de questions que je me suis posées et que j’ai posées à mon entourage. J’avais besoin du soutien et de l’avis de ma famille. Tous m’ont dit que ce métier pouvait me convenir. Alors j’ai décidé de me lancer à fond afin de mettre toutes les chances de mon côté.

Comment s'est passé votre accueil au départ ? Avec-vous senti des a priori du fait de votre parcours « atypique » ?

J’avais 25 ans lorsque j’ai rejoint LCL. A l’époque, je faisais partie d’une promotion APELS. Nous étions 12 et nous avons tous été embauchés comme alternants durant une année ; période à l’issue de laquelle j’ai été embauché en CDI. Je dois dire que les équipes Ressources Humaines nous avaient très bien préparés. Nous avons été accueillis par tous les collaborateurs avec bienveillance. En fait, je pense que les collaborateurs étaient surtout curieux de nous connaître ! Je n’ai senti aucune rivalité. Et puis un jour le Directeur général de LCL est venu nous rendre visite à Marseille. Je me souviens encore de son discours. Il a dit « dans la banque, il y a des profils très variés. Mais ce que nous aimons avant tout, ce sont les gens courageux ». Je me suis immédiatement reconnu dans ce discours. Dans le sport, je me suis toujours donné à fond et je m’emploie à faire la même chose chaque jour au travail !

Comment avez-vous fait pour évoluer au sein de l'agence jusqu'à devenir Responsable d’Agence ?

Le monde professionnel peut être difficile. C’est la raison pour laquelle je conseillerai à tout le monde de conserver un échappatoire. Pour moi, c’est le sport, mais cela peut être autre chose, par exemple la lecture, le dessin ou la musique ! Il faut trouver un moyen de se ressourcer et de prendre du recul. Dans mon équipe, j’ai la chance d’être entouré de sportifs et je les encourage à pratiquer leur sport le plus souvent possible !

*NDLR : agence pour l’éducation par le sport
Pôle emploi a signé un partenariat avec l’APELS. Pour en savoir plus sur cette opportunité et si elle peut vous correspondre, c’est ici