Mad skills : osez être vous !

Vous avez un parcours et des savoir-faire originaux ? Vos passions sortent des sentiers battus ? Vous êtes actif dans une association ?... Les recruteurs se montrent de plus en plus attentifs à ces éléments de différenciation qu’ils appellent les « Mad skills ». Voici quelques conseils pour les valoriser. 
 

Mad skills : osez être vous !

Vous avez dit « Mad skills » ?

Bien sûr, les savoir-faire et les savoir-être priment lors d’un recrutement. Mais ils ne font pas tout ! Aujourd’hui, il faut aussi savoir mettre en valeur ce qui fait son originalité, sa singularité, pour se démarquer. 

Dans le cadre de vos activités professionnelles ou en dehors, vous avez développé des qualités ou des compétences originales, qui peuvent être utiles à l’entreprise : les « Mads skills » ou « compétences folles ». Alors, n’hésitez pas à les mettre en avant dans votre CV ou lors de vos entretiens ! 

Des « Mad skills » développées au travail…

Soyez rassurés, les « Mad skills » ne sont pas toujours si folles que cela ! Vous êtes par exemple barman, et vous savez préparer plus de 250 recettes de cocktails ? C’est un sacré atout dans la restauration ! Personne n’est aussi doué que vous en calcul mental ? Vous pouvez réaliser de tête les opérations les plus complexes ? Quoi de plus pratique dans des métiers où l’on jongle avec les chiffres, comme comptable ou commercial ?

Après 10 ans dans les assurances, vous avez changé de voie pour devenir fleuriste ? Vous avez quitté l’école tôt et vous vous êtes formé/e sur le terrain ? Ne le cachez pas ! Assumez ce parcours original. Ce vécu est une richesse, car vous avez ainsi pu confronter les milieux et les expériences. Et les recruteurs le voient d’un très bon œil ! A vous de valoriser tous les aspects de votre existence.

… et en dehors

Souvent cantonnés à une petite « rubrique », vos hobbies n’ont rien d’accessoires sur un CV. Ils sont le reflet de votre singularité et des domaines dans lesquels vous excellez peut-être. Et qui sait, vous avez certainement de belles histoires à raconter à ce sujet sur vous au recruteur ?

Vous candidatez pour un poste d’ajusteur ou de vendeur ? Ne croyez pas que votre passion pour le maquettisme n’intéresse que vous ! Comment ne pas être patient et minutieux quand on consacre plus d’une centaine d’heures à peindre une voiture miniature ? Et si, par chance, le recruteur a la même passion que vous, vous serez déjà sur la même longueur d’onde ! L’affect joue énormément au moment d’un entretien.

Vous pratiquez la Capoeira ? Plus qu’un sport, c’est une philosophie, qui vous a rendu/e plus « zen » et ouvert/e sur les autres. De vraies qualités quand on veut par exemple devenir aide-soignant/e ou travailler dans un service d’assistance informatique.

Du chant lyrique à la danse, en passant par la peinture… les activités artistiques sont quant à elles perçues comme un signe de créativité. Un atout dans des entreprises en quête d’innovation, comme les start-up.

Un sens du collectif à valoriser

Les recruteurs apprécient bien sûr les personnes qui s’investissent dans le milieu associatif. Vous êtes bénévoles pour donner des cours de français ? En tant que chaudronnier, vous parrainez de jeunes talents venant des quartiers ? Vous êtes le/la dirigeant/e d’un club de handball amateur ? Toutes ces activités renvoient de vous l’image d’une personne qui s’engage au service des autres et du collectif. C’est un vrai plus sur votre CV !

Les réseaux sociaux, vitrine de vos « Mad skills »

Sous réserve d’avoir un compte public, Facebook ou Instagram peuvent vous aider à donner de la visibilité à vos « Mad skills ». Vous êtes passionné/e de Luth, et vous avez participé à un festival de musique médiévale ? N’hésitez pas à publier des vidéos, des photos sur cet évènement. Qui sait, ces informations seront peut-être vues par un recruteur ? Ces derniers consultent aussi évidemment les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo. Il peut être intéressant d’y publier ponctuellement des posts sur des actions que vous menez, par exemple dans le cadre associatif. 

Le conseil d’Amélie Favre Guittet, coach RH et fondatrice de l’agence Madircom

« Sur le CV, je suis assez partisane du fait que toute la partie où l’on met habituellement en avant ses hobbies soit une vraie rubrique. Et pas seulement, une rubrique « fourre-tout ». Si vous avez des « Mad skills », il faut les développer comme s’il s’agissait d’expériences professionnelles. N’hésitez pas à faire des vraies phrases, à expliquer depuis quand vous faites cette activité, pourquoi elle vous plaît… Si vous avez gagné des prix, remporté des compétitions, obtenu des résultats avec votre association… c’est l’occasion de les mettre en avant ! Après, une fois que vous serez en entretien, vous allez pouvoir valoriser des savoir-être que vous avez développés grâce à ces « Mad skills » et faire le lien avec des qualités attendues dans l’entreprise. Entre les « Hard skills »*, les « Soft skills »** et les « Mad skills », à vous de trouver le bon dosage et de jouer sur les 3 tableaux. »

*savoir-faire métier
**savoir-être