L’assurance, un vivier d’emplois garanti

Vous avez un penchant pour la relation client ? Des compétences commerciales liées à des qualités d’écoute et de conseil ? Voilà quelques-uns des ingrédients nécessaires pour travailler dans l’assurance, et notamment chez Covéa (MAAF, GMF, MMA, Fidélia), qui a cette année près de 2 400 postes à pourvoir dans de nombreux domaines.

L’assurance, un vivier d’emplois garanti

Plus de détails avec Jacques Feytis, DRH de Covéa, premier assureur de biens et de responsabilité pour les particuliers en France, second assureur des professionnels et des entreprises. 

Covéa représente un ensemble de marques parmi les leaders du marché de l’assurance en France. Quelle est l’actualité du groupe en termes de recrutement ?

Malgré le contexte économique actuel, l’assurance reste un marché dynamique et très compétitif. Nos clients ont peut-être eu moins de sinistres, mais ils sont toujours là, et la compétition entre les acteurs du marché, jusque dans le recrutement, ne va que s’intensifier. Nous avons toujours besoin de conquérir de nouveaux clients, d’être présents commercialement auprès d’eux, de les fidéliser.

Sur la relation client, où se situe notre plus gros volume de recrutements, nos besoins sont donc les mêmes. Nous prévoyons 900 embauches dans ce domaine, sur les quelques 2 400 postes à pourvoir en moyenne chaque année, et en 2020 en particulier.
Nous recherchons également des talents dans tous nos domaines, également dans l’IT, la relation commerciale, le marketing et les métiers support.

La relation client étant votre cœur de métier, quels sont les besoins précis en la matière ?

La relation client va s’incarner dans le domaine commercial, à travers des postes de conseiller en agence et conseiller sur plateau téléphonique, mais également dans le domaine de la gestion/indemnisation. Ce dernier implique des techniciens dans la gestion de sinistre et ses modalités, avec une forte dimension relationnelle et d’accompagnement psychologique. Ces besoins, nous les avons sur tout le territoire. Chez Covéa, nous concentrons toute cette activité en France. Nous avons des plateaux à la fois dans des petites villes telles qu’Arras, Troyes et Saint-Étienne, et dans les métropoles telles que Lyon, une zone très tertiaire où nous avons de fait plus de mal à recruter.

Quels métiers en tension avez-vous identifiés ?

Il y a des métiers plus techniques propres à l’assurance, les « métiers du chiffre », très recherchés sur le marché, tels que les métiers de statisticiens ou encore de data scientists. Nous proposons également des postes dans la gestion et à la souscription du risque, qui supposent des compétences spécifiques généralement acquises en entreprise, ou encore des emplois de développeurs, architectes software, administrateurs système, product managers, etc.
Comme dans beaucoup de secteurs, l’assurance se digitalise. Chez Covéa, nous ne souhaitons pas pour autant de relation totalement désincarnée avec les clients ; et nous y sommes très attachés. C’est un métier de l’humain avant tout.

Au-delà de sa formation et de son expérience, quelles compétences/atouts le candidat doit-il mettre en avant pour travailler dans le domaine de l’assurance ?

Outre les compétences techniques acquises en formation ou en entreprise, je dirais – et cela peut paraître paradoxal – que l’assurance suppose de l’empathie.
Sur les volets commercial et relation client, vendre des contrats et des services exige de la compréhension, du conseil, nécessaires à l’analyse des risques que le sociétaire va devoir couvrir. Ce besoin d’ouverture, de qualité d’écoute et d’empathie naturelle pourrait paraître décalé par rapport à l’image classique de l’assureur, mais de ces qualités dépendent la performance. Et c’est encore plus vrai dans la gestion de sinistre.
Chez Covéa, nous accordons beaucoup d’importance aux compétences comportementales.
Si Pôle emploi est un acteur incontournable dans notre recherche de candidats, il peut également nous indiquer des personnes développant des qualités humaines nécessaires à nos métiers. Cela nous permet de recruter des profils plus originaux, n’ayant pas nécessairement d’expérience dans l’assurance.

Mobilité, formation… quels sont vos arguments aujourd’hui pour attirer les jeunes diplômés, mais aussi les profils expérimentés ?

Notre priorité est que les collaborateurs de Covéa évoluent dans un environnement bienveillant qui encourage la coopération, l’échange et l'esprit d'équipe. Nous avons également des dispositifs de formation et des opportunités de mobilité interne pour encourager l’évolution et la diversification des parcours professionnels.
L’assurance, nous en sommes conscients, n’est pas un métier qui fait vibrer. En revanche, en travaillant dans ce secteur, et notamment chez Covéa, on découvre que c’est un métier intéressant, avec des conditions de travail agréables.
Parce que les jeunes sont exigeants et en quête de sens, l’assurance est justement un métier de sens ! C’est un métier de protection, qui exige de rentrer dans l’intimité de la vie quotidienne des individus, pour solutionner, soutenir. L’assurance est là dans les coups durs.

Quels sont les leviers de recrutement privilégiés par Covéa ?

Nous recrutons nous-mêmes tous nos CDI, en nous appuyant notamment sur Pôle emploi. Pour les CDD, qui occasionnent plus de rotation, nous avons recours à des cabinets spécialisés. Comme tout le monde, le contexte nous impose actuellement d’opérer nos recrutements en visio. Mais nous comptons bien revenir, lorsque nous serons sortis de la crise, à des méthodes plus originales et performantes, tels que des ateliers réunissant une cinquantaine de candidats dans un lieu propice aux échanges.
Cette dernière expérience a d’ailleurs été très concluante, permettant aussi aux candidats de connaître les points forts et points d’amélioration à apporter à leur présentation, qu’elle aboutisse ou non. Ce sont des ateliers donnant/donnant, riches d’enseignements pour eux et pour nous.

Découvrez toutes les offres d’emploi dans le secteur de l’assurance.