Recherche d'emploi : stop à l'autocensure !

La loi interdit les inégalités de traitement entre candidats à l’embauche. Pourtant, 15% des actifs déclarent avoir été victimes de discriminations dans le cadre de leur recherche d’emploi. Si, en France, la discrimination à l’embauche reste une réalité, celle-ci n’est cependant pas toujours du fait des recruteurs. Retour sur ces blocages qui vous empêchent parfois de dévoiler votre potentiel.

paragraphe-image-23

Ne pas s’autocensurer dans ses candidatures

« Mon profil est beaucoup trop atypique. Jamais ils ne prêteront attention à mon CV ». Cette phrase, pleine de découragement, ne l’avez-vous pas déjà formulé à votre encontre à l’occasion de votre recherche d’emploi ? Si tel est le cas, alors vous faites partie des candidats qui s’autocensurent. Rassurez-vous, vous êtes loin d’être les seuls. Face à une offre d’emploi, de nombreux candidats décrètent qu’ils ne sont pas à même de postuler. Non pas que l’emploi proposé ne leur plait pas, mais simplement parce qu’ils estiment que jamais leur candidature ne sera retenue.

Des secteurs exclus a priori par les candidats eux-mêmes

L’exemple le plus courant est celui du secteur du développement informatique où les femmes restent très largement sous-représentées. Une sous-représentation qui n’est pas liée aux recruteurs, mais aux femmes elles-mêmes qui, statistiquement, se dirigent peu vers ces métiers qu’elles jugent trop masculins. De même, certains candidats, convaincus de ne pas avoir le bon bagage académique, s’interdisent de postuler à certaines offres. D’autres encore, estiment que leur âge ne leur permet pas de prétendre à certains postes. Si tel est votre cas, sachez que cette autocensure peut vous faire passer à côté du job de vos rêves.

Des recruteurs de plus en plus ouverts aux profils atypiques

En effet, du côté des employeurs, le changement d’état d’esprit est réel. Certes, le cursus académique et l’expérience professionnelle restent les éléments les plus analysés par les recruteurs. Cependant d’autres compétences sont désormais appréciées et peuvent même venir contre balancer un parcours académique atypique, comme l’explique Isabelle Bastide, dans son ouvrage le recrutement réinventé. « Pendant longtemps, les procédures centrées sur le CV étaient efficaces pour évaluer les compétences techniques et le savoir-faire. Mais elles ont montré leurs limites concernant l’évaluation des compétences comportementales et transversales. Or, toutes les études le montrent, les compétences humaines sont de plus en plus recherchées ». Avant d’ajouter : « Élargir le champ des compétences suppose de sortir des profils formatés et standardisés, et de recruter des personnes ayant un parcours moins conventionnel ou étant issues de formations différentes ».

Qui ne tente rien…

Alors si votre profil sort des standards, n’hésitez plus : candidatez ! Vous aurez peut-être une très bonne surprise.