Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Bougez !

Bougez ! Bertrand

Bertrand, après une carrière d'une quinzaine d'années en tant qu'ingénieur dans l'industrie, s'est reconverti en plombier-chauffagiste et a créé son entreprise.

"J'ai bougé plusieurs fois dans ma vie..."

"Je m'appelle Bertrand, j'ai 53 ans, j'étais imprimeur et ingénieur dans une société du sud de la France, et aujourd'hui je suis plombier-chauffagiste. 

J'ai bougé plusieurs fois dans ma vie, d’une part géographiquement, puisque je suis natif du Sud-Ouest, j'ai fais mes études à Paris et je me retrouve aujourd'hui dans le Sud-Est de la France ; et d’autre part professionnellement, puisque j'ai commencé avec une filière technique, un bac C et un diplôme d'ingénieur.

En fin d’école d’ingénieur, j’ai commencé une carrière dans l'industrie où je suis resté 15 ans, où j’ai fais principalement deux sociétés : Kodak-Pathé, où j'ai eu plusieurs postes dans le cadre du service après-vente.

J'avais la volonté de redescendre dans le Sud et j'ai pu profiter d’une opportunité pour descendre sur le secteur de Montpellier. Après j'ai changé de société, et j’ai retrouvé un poste dans la région de Nîmes en tant que directeur d'une usine."

"Pourquoi j'ai bougé ? La volonté d’améliorer ma qualité de vie, et de retrouver la motivation dans ma vie professionnelle. "

"Le déclic du changement de métier s’est fait progressivement, par rapport à une certaine lassitude, à une certaine divergence de point de vue sur la manière de gérer l'entreprise. 

Dans tout métier, il y a des côtés positifs et des côtés négatifs. Quand la balance s’inverse, quand les côtés négatifs du métier l'emportent sur les côtés positifs, je pense qu’il est temps de se poser des questions et de changer de voie.

Je suis donc allé voir Pôle emploi. Je savais déjà ce que je voulais faire, je suis allé les voir en leur disant : "Voilà, je voudrai changer de carrière et je veux être plombier."
 

"Pôle emploi m'a aidé..."

"Ce qui m'intéressait, c'était sur deux aspects : un premier aspect avec un marché potentiel de réparations, un marché de neuf, de rénovations, pour les clients qui veulent faire évoluer leur habitation, et les nouvelles technologies qui apparaissent dans le secteur, que ce soit sur le solaire, sur la géothermie, qui tournent autour des énergies renouvelables.

Pôle emploi effectivement m'a aidé dans la mesure où ce sont eux qui m'ont mis en relation avec l'AFPA qui m’a permis de reprendre totalement une formation. J'ai commencé par un premier CAP Installateur sanitaire et thermique qui dure 11 mois, puis j’ai enchaîné par un CAP d'Agent de maintenance en chauffage de six mois. La formation complète a duré pratiquement deux ans. 

Après, je me suis assez rapidement mis à mon compte, en essayant de travailler chez les clients comme si c'était pour moi. J'ai créé ma société en 2006. J'avais un réseau de relations, par le sport, par les enfants, qui fait qu'on commence d’abord en général par travailler pour ses amis, ses copains. Et après le bouche-à-oreille fait suite..."

"Ce qui me plaît dans mon boulot, c'est la liberté de vie que je peux avoir"

"Le bilan est plutôt positif. C'est un métier qui demande beaucoup de temps, c’est très chronophage, il n’y a pas de régularité : il se peut que je travaille sur 3 mois 60 heures par semaine et après avoir une période d’accalmie. 

Ce qui me plaît dans mon boulot, c'est la liberté de vie que je peux avoir. D’être artisan autonome, le fait de pouvoir gérer mon emploi du temps en fonction de mes clients, de mes impératifs et de mes aspirations de vie personnelles. C'est sans arrêt un nouveau renouvellement, et la satisfaction d'avoir un produit qui est fait pour un client, mais avec mes mains et avec mon savoir-faire. »

L'une des contraintes, c'est l'aspect financier : il est évident que je gagne moins bien ma vie qu’auparavant, mais qui est largement compensé par la qualité de vie que j’ai pu gagnée !

Quelqu'un qui a envie de bouger, je lui conseillerais de valider son choix avec son entourage et de bien accepter les contraintes du métier. Parce que forcément, bouger implique des modifications de l'entourage : de sa famille et de son aspect financier. Et de prendre avant tout un métier qui le passionne !"

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Nouvelle fenêtre)
Formulaire de recherche d'offres

Offres d'emploi