Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
A l'affiche

Etes-vous prêts à adhérer aux valeurs de l'Economie sociale et solidaire ?

Sébastien Darrigrand, délégué général de l'Union des employeurs de l'économie sociale et solidaire (UDES) nous explique les grands principes de ce secteur qui met en avant ses valeurs. Et qui recrute.

Quels sont les grands principes de l'économie sociale et solidaire (ESS) ?

L'ESS regroupe des entreprises de droit privé, à but non lucratif ou à lucrativité limitée. Elles sont organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations, fondations, entreprises sociales et solidaires, qui se distinguent par leur finalité sociale ou sociétale. Leur fonctionnement est fondé sur un principe de solidarité, avec un mode de gestion démocratique et participatif. Leurs bénéfices sont majoritairement consacrés au maintien ou au développement de leur activité, principalement tournée vers la personne.

Comment est-elle structurée et comment évolue-t-elle ?

Globalement, le secteur associatif agit sur des problématiques d'insertion et les services aux personnes. Le secteur mutualiste opère dans la santé, la prévoyance, l'assurance et les activités sanitaires et sociales. Le secteur coopératif, lui, se retrouve dans tous les secteurs de l'économie. Depuis 2014, les sociétés commerciales peuvent entrer dans le champ de l'ESS, dès lors qu'elles respectent ses principes et développent des actions concourant à l’utilité sociale. Aujourd'hui, l'ESS est en train de « polliniser » l'économie classique, avec notamment un grand débat sur l'engagement sociétal des entreprises.

Quels sont les besoins en main d’œuvre ?

Nous avons un fort enjeu démographique : nous allons, en effet, faire face à 700 000 départs à la retraite d'ici à 2025. Dans le même temps, 400 000 créations de postes sont prévues d'ici à 2022 sur les métiers du « prendre soin » : petite enfance, bien vieillir, etc. Une filière verte est également en train de se développer autour de l'économie circulaire, le recyclage, les circuits courts, etc. Aujourd'hui, outre d'importants besoins dans les services à la personne pour des profils de niveau CAP à bac+2 – avec des diplômes spécifiques dans le domaine sanitaire et médico-social –, nous recherchons aussi des profils de cadres experts en gestion de projet, recherche de financement ou encore en organisation du travail, car l'ESS doit s'adapter à un environnement de plus en plus concurrentiel.

Quels conseils pouvez-vous donner aux demandeurs d'emploi qui souhaitent rejoindre l'ESS ?

Ils peuvent tout d'abord se renseigner en ligne sur différents sites (lire encadré). Nous allons également à la rencontre des jeunes, par exemple sur des salons tels que Jeunes d'Avenirs. Lorsque nous rencontrons des candidats, nous prenons en considération leur appétence pour le secteur et ses valeurs. Ils doivent avoir une certaine connaissance de l'écosystème de l'entreprise, de son mode de fonctionnement et de ses activités. Et montrer en quoi leur projet professionnel s’inscrit en lien avec les principes défendus par l’ESS.

Pour en savoir plus sur l’économie sociale et solidaire :

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Google+ (Nouvelle fenêtre)