Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Urbanisme

Géomètre-topographe, késako ?

Opérateur géomètre, technicien géomètre, géomètre-expert… Tous ces professionnels, bien que de niveaux différents, travaillent dans un même but : à l'aide d'appareils sophistiqués, ils mesurent, calculent, délimitent et dessinent des plans pour des projets d'aménagements. Un travail donc à la fois de terrain et de bureau.

Un géomètre peut travailler aussi bien dans un cabinet, une entreprise de travaux publics, une entreprise à caractère public (SNCF, EDF…) que dans le secteur public (équipement, collectivités…). Le travail de base reste le même, tous les géomètres font de la topographie, c'est l'utilisation des données topographiques qui est différente. 

Descriptif des métiers

Le topographe ou opérateur géomètre procède aux relevés métriques qui permettent d’établir un plan et une carte exacte de tous les détails d’un terrain.
Ces mêmes techniques sont utilisées pour établir le plan qui fait apparaître le cadastre, lequel recense et délimite tous les domaines fonciers (terrains, exploitations, immeubles…) et leurs propriétaires. Le repérage satellite (GPS) est, désormais, un outil indispensable à ce métier.

Le technicien géomètre topographe établit des plans et des cartes à toutes les échelles à partir de relevés. Ces plans représentent tous les détails apparents du sol en tenant compte des limites juridiques, des contraintes fiscales et du cadastre.
Il participe aussi aux projets d’aménagement urbain et rural, aux implantations industrielles ou aux estimations de biens. La fonction comporte une bonne part de travail de bureau pour traiter les données recueillies sur place.

Le géomètre expert se distingue de ses collègues topographes ou géomètres topographes par un niveau de formation plus poussé du type ingénieur.
Exerçant en libéral, il dispose du monopole des études et travaux topographiques qui fixent les limites des biens fonciers. Il réalise au sein de son entreprise les études et documents nécessaires à l’aménagement topographique.
Il peut aussi collaborer à l’établissement de plan d’occupation des sols (POS), expertiser la valeur d’une propriété agricole, préparer des règlements en copropriété ou faire de la gestion d’immeubles. Le géomètre expert est obligatoirement membre de l’ordre des géomètres.

Les géomètres topographes travaillent dans les cabinets de géomètres experts, les sociétés de topographie, les bureaux d’études des entreprises du BTP.
Dans le secteur public, ils travaillent au service du cadastre, dans l’enseignement, à l’Institut géographique national (IGN).

Lieux d’exercice du métier

En cabinet

Dans un cabinet, on retrouve des géomètres-experts, des ingénieurs géomètre, des techniciens géomètre et des opérateurs géomètre. Il faut bien distinguer ces métiers, car ils ne correspondent ni aux mêmes diplômes, ni aux mêmes salaires, ni aux mêmes fonctions.

Les clients du cabinet peuvent être :

1)Le secteur public et para-public

- Il s'agit de l'Etat (par le biais des DDE - direction départementale de l'équipement), d'organismes parapublics, des Conseils Généraux et Régionaux et des collectivités locales (mairies…).
- Les missions confiées : des projets d'urbanisme (création d'un lotissement communal, aménagement d'une rue, d'un quartier…), de remembrement…

2) Le secteur privé

- Il s'agit d'entreprises, d'aménageurs privés, de notaires…
- Les missions confiées : des projets d'urbanisme (création d'un bâtiment, d'une usine, d'un lotissement privé…), de gestion de copropriété…

3) Les particuliers

- La demande des particuliers est en progression.
- Les missions confiées : délimitation d'un terrain en vue d'une construction, d'une vente, d'un litige entre voisins (haie trop haute, trop près…)…

Les activités d'un cabinet sont très diversifiées :

1) Le foncier
Il s’agit de mesurer et de délimiter une propriété foncière. Cela peut se faire en cas de litiges entre voisins (un mur ou une haie trop près, un chemin mitoyen…), sur demande d’un notaire lors de la vente et du découpage d’un terrain en plusieurs parcelles… C’est ce qu’on appelle le « bornage », et seul un cabinet avec un géomètre-expert est habilité à le faire. Celui-ci délivre un « certificat de garantie de terrain » qui fixe les limites réelles et juridiques de la propriété (différentes de celles du cadastre souvent approximatives ou des limites apparentes).

2) La topographie
La topographie consiste à mettre sous forme de plan un bâtiment ou un terrain.
La topographie représente une part de moins en moins importante de l'activité d'un cabinet, car celui-ci a maintenant à sa disposition des outils très perfectionnés qui facilitent cette tâche (GPS, photos satellites…). De plus en plus, les cabinets mettent l'accent sur la polyvalence et se tournent vers de la gestion de projet (l'ingénierie).

3) L'urbanisme
Il existe 2 types d'urbanisme :
- L’urbanisme réglementaire qui consiste à planifier et à réglementer l’évolution d’une ville ou d’une commune : définition de zones constructibles, à quel rythme rendre ces zones constructibles, quel pourcentage réserver aux espaces verts et d’espaces communaux, quelles règles appliquer en matière de stationnement… L’objectif est de faire évoluer progressivement la ville et d’adapter le nombre d’habitants avec les équipements municipaux : l’arrivée de nouveaux habitants nécessite de prévoir des places suffisantes à l’école par exemple. C’est le géomètre-expert, parfois aidé d’un ingénieur, qui rencontre les différents interlocuteurs avant d’élaborer un document appelé « PLU » (Plan local d’urbanisme) ou « carte communale » dans les plus petites communes.

- L’urbanisme opérationnel consiste à élaborer des projets de construction en respectant les règles d’urbanisme réglementaire : création d’un lotissement, réhabilitation d’une rue ou d’un quartier, construction d’une structure communale… Une fois de plus, c’est le géomètre-expert qui intervient. Il rencontre différentes personnes : élus, habitants, paysagistes, architectes… Il organise en général de nombreuses réunions afin d’adapter son projet aux besoins. Le géomètre-expert doit tout prévoir dans son projet : le raccordement aux différents réseaux (eau potable, eau pluviale, eaux usées, électricité, téléphone…), l’éclairage, le stationnement, les espaces verts… C’est un travail de conception qui se fait sur la durée.

4) L'ingénierie ou maîtrise d'œuvre
De plus en plus de cabinets se tournent vers l'ingénierie (c'est-à-dire qu'ils supervisent les travaux) pour le compte de clients comme une mairie.

5) La copropriété
Un cabinet peut se voir confier l'élaboration du règlement de copropriété d'un immeuble, un lotissement… Le technicien n'intervient pas, c'est le géomètre-expert, fort de ses connaissances réglementaires et techniques, qui s'en charge. Il établit un cahier des charges où est définit le fonctionnement juridique de la copropriété : quel est le montant des charges, comment sont gérées les parties communes…

6) L'aménagement rural ou remembrement
Le Conseil Général peut confier aux cabinets ayant reçu un agrément du Ministère de l'Agriculture la mission de remembrer une commune ou un territoire. L’objectif est de regrouper des terres agricoles ou forestières appartenant à un ou plusieurs propriétaires, mais divisées en nombreuses parcelles trop petites ou trop dispersées pour être correctement exploitées. Ce remembrement permet de regrouper des exploitations agricoles plus facilement exploitables. En général le remembrement s’accompagne d’aménagement rural : recalibrage d’un cours d’eau, mise en place de chemins pour desservir les terrains, arrachage ou implantation de haies, drainage des terres… Un dossier de remembrement dure en moyenne 4 ans.
C'est généralement le géomètre-expert qui suit ce type de dossier. Il rencontre les différents propriétaires pour les convaincre de l'intérêt de la démarche. Une fois de plus, il doit se servir de ses connaissances juridiques. Il consulte en permanence le Code Rural et se tient au courant des nombreuses mises à jour. 


Dans les Travaux Publics

Contrairement au travail en cabinet, dans le secteur des TP, on trouve généralement un seul poste de technicien géomètre. Il est d'ailleurs souvent le seul géomètre sur le chantier. Il peut être embauché par une entreprise de TP, un bureau d'études spécialisé en TP ou une société d'autoroute. S'il ne quitte pas le secteur des TP, l'évolution normale du géomètre est celle de conducteur de travaux.
Le technicien géomètre participe à des projets et à la construction d'ouvrages d'infrastructures et de superstructures. Il s'occupe également des rapports de sécurité et de qualité. Ses horaires sont souvent plus importants qu'en cabinet ou sur une amplitude horaire plus large. Les salaires sont plus élevés qu'en cabinet.


Dans le Secteur Public

Pour travailler dans le secteur public et devenir fonctionnaire, le géomètre doit passer un concours.

1) Technicien géomètre du cadastre du Ministère de l’Economie
Le technicien géomètre du cadastre confectionne, rénove les plans et registres du cadastre. Il se déplace sur le terrain pour les opérations de topographie et les relevés. Il travaille avec les services de conservation des hypothèques (mutation de propriété) et avec le service des impôts (taxes foncières…).
A l'issue du concours, le candidat suit une formation de 18 mois.
Ministère organisateur : Ministère de l'Economie (direction générale des impôts)
Pré-requis : Bac ou diplôme équivalent

2) Technicien supérieur du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire
A partir de photos aériennes et d'images satellites, il élabore des cartes topographiques. Il effectue également des travaux de cartographie thématique et de métrologie. Il utilise de plus en plus l'informatique. Il doit également vérifier sur le terrain si les données portées sur la carte sont conformes à la réalité.
A l'issue du concours, le candidat suit une formation de 2 ans à l’ENSG de Marne la Vallée.
Pré-requis : Bac ou diplôme équivalent

3) Technicien supérieur territorial (spécialité « Aménagement urbain »)
Il exerce dans les services techniques des collectivités locales. Sous la responsabilité d'un ingénieur, il participe à l'élaboration de projets de travaux neufs ou d'entretien. Il procède aux relevés et aux contrôles nécessaires pour que les règles de salubrité soient respectées. Il dirige les travaux sur le terrain.
Ministère organisateur : Fonction Publique Territoriale
Pré-requis : Bac+2

Dans les Entreprises à caractère public

Il travaille à la SNCF, EDF… Il est plus facile à un technicien géomètre ayant travaillé en cabinet de s’orienter vers les travaux publics. L’inverse semble plus difficile, notamment à cause des connaissances juridiques indispensables, plus pointues en cabinet.

Qualités requises

Rigoureux et observateur
Lorsqu'il établit ses relevés sur le terrain, rien ne doit échapper à l'œil du géomètre-topographe : surfaces, reliefs, volumes, altitude... Il doit donc avoir le sens de l'espace, en particulier pour appréhender les reliefs. Certains relevés nécessitant une précision au millimètre, il doit aussi posséder une excellente vision.

Bon en dessin et en informatique
De retour au bureau, il calcule et interprète les mesures prises sur le terrain, dessine des plans et des cartes sur ordinateur. Maîtrisant le dessin en trois dimensions, il est aussi parfaitement à l'aise avec le traitement des données par informatique.

Adaptable et résistant
Le géomètre-topographe doit être de santé robuste et aimer travailler dehors par tous les temps. Dans son métier, les déplacements sont nombreux et les chantiers variés : en ville, à la campagne, dans une forêt... et même dans les égouts !

Conditions de Travail

Un géomètre travaille en général seul sur le terrain, il doit donc faire preuve d'autonomie. Mais, il reste en liaison constante avec différents interlocuteurs (architectes, paysagistes, clients, ouvriers…). En cabinet cependant, il fait partie d'une équipe.
Sur le terrain, il travaille en plein air. Il intervient sur tous les terrains : campagne, ville, égouts, chantier, forêt…
Il effectue de nombreux déplacements pour se rendre sur les différents chantiers. Le permis est donc obligatoire.
Les heures semblent plus importantes lorsqu’un géomètre travaille pour une entreprise de travaux publics.
 

Formations

Plusieurs diplômes de niveaux différents peuvent mener à la profession de technicien et technicien supérieur géomètre-topographe.

Le bac pro technicien géomètre-topographe se prépare en 3 ans après la 3e dans un lycée professionnel ou par apprentissage. (Il existe des débouchés avec un bac pro, mais le technicien topographe est le plus souvent titulaire d'un BTS).

Le BTS géomètre-topographe se prépare en 2 ans après un bac S ou STI2D (développement durable), un BT topographe, voire un bac pro...

L'École nationale des sciences géographiques prépare à un brevet de technicien supérieur d'études et de travaux géographiques et recrute des élèves civils et fonctionnaires.

Pour devenir ingénieur géomètre, il existe 3 écoles :
- L'ESGT (École supérieure des géomètres et topographes) du Mans, en 3 ans, accessible sur dossier pour les prépas scientifiques et les 2es années de licence de sciences et technologies ou sur concours pour les BTS géomètre-topographe ;
- L'INSA (Institut national des sciences appliquées) de Strasbourg, en 5 ans, ouvert sur dossier en 1re année aux bacs S et en 3e année aux titulaires d'un diplôme à bac + 2 (2e année de licence de sciences et technologies, DUT, BTS, classes prépas scientifiques) ;
- L'ESTP (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie) de Paris, en 3 ans, qui comprend une spécialité géomètre. Recrutement sur concours pour prépas scientifiques, DUT ou BTS passés ou non par une prépa spécifique (ATS).

A savoir : le géomètre expert est un ingénieur géomètre de formation ou titulaire du diplôme de géomètre expert foncier DPLG (diplômé par le gouvernement). Ces deux diplômes sont indispensables pour exercer le métier d’expert et devenir membre de l’ordre des géomètres qui regroupe les professionnels qui exercent à titre libéral.

Les formations de l’AFPA
Ces formations sont gratuites pour les demandeurs d’emploi. Elles peuvent également être suivies par des salariés dans le cadre d’un CIF. Les demandeurs d’emploi doivent s’adresser à Pôle Emploi pour s’inscrire aux tests de sélection. Pour les salariés, adressez-vous au CERIMS AFPA de votre département. 

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Nouvelle fenêtre)