Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Agroalimentaire - industrie et chaîne alimentaire

L'industrie alimentaire

Premier secteur industriel français et européen par son chiffre d’affaires, l’industrie alimentaire est également le premier par ses effectifs et compte à elle seule plus de 400 000 salariés dans notre pays.

Définition

Avant de s’intéresser à l’état du secteur de l’industrie alimentaire, il convient de se poser une question : qu’est ce que l’industrie alimentaire ?

L’industrie alimentaire, encore appelée « industrie agroalimentaire » (en abrégé IAA) est l'ensemble des activités industrielles qui transforment des matières premières issues de l’agriculture, de l'élevage ou de la pêche en produits alimentaires destinés essentiellement à la consommation humaine. Ainsi, l’industrie alimentaire ne comprend pas l’agriculture qui élève les produits vivants, cultive les plantes et fruits, et les fournit à l’industrie agroalimentaire.

Les huit grandes familles des industries alimentaires

Huit grandes familles composent ce secteur :

  • L'industrie de la viande : abattage du bétail, de la volaille, charcuterie, conserverie de viande.
  • L'industrie laitière : fabrication du lait, du beurre, des yaourts, des fromages, du lait en poudre ou concentré, « crackage » du lait pour l’industrie alimentaire (caséine, lactose, protéines ultra-filtrées..), fabrication de crèmes glacées et glaces.
  • L'industrie sucrière.
  • La fabrication de produits alimentaires élaborés : fruits, légumes, poissons, plats cuisinés et confitures.
  • La fabrication de produits à base de céréales : farine, pain et pâtisserie industriels, biscuits, biscottes, semoules et pâtes alimentaires, malt, amidon, fécules et produits dérivés, aliments pour animaux d’élevages et domestiques.
  • La fabrication d’huiles, de corps gras et de margarines.
  • La fabrication de produits alimentaires divers : chocolat, confiserie, café et thé conditionnés, épices, herbes aromatiques, condiments, vinaigres, sauces préparées, aliments diététiques, aliments pour bébés, produits de régime, petits déjeuners, entremets, desserts, bouillons, potages, levures, etc...
  • La fabrication de boissons et alcools : vins, eaux de vie, distillation d’alcool, apéritifs, champagne, bière, cidre, jus de fruits et de légumes, autres boissons non alcoolisées, eaux minérales. 

Pour en savoir plus visitez le site : www.alimetiers.com 
Ce site internet soutenu par le Ministère de l’Education Nationale et par le Ministère de l’Agriculture et de la pêche est entièrement dédié aux métiers et formations du secteur de l’agroalimentaire. Il propose entre autres plusieurs séries de clips métiers et des annonces de stages et d’emplois.

Chiffres-clés

  • La France est la 5ème IAA (industrie agroalimentaire) mondiale.
  • En 2015, le secteur agroalimentaire réalisait un chiffre d'affaires de 170,6 milliards d'euros.
  • Le secteur comptait plus de 18 365 entreprises employant 386 412 salariés en 2015. Ce tissu économique est constitué à 98 % de TPE et PME et maille
    l’ensemble du territoire national. L'industrie agroalimentaire contribue ainsi directement à la vitalité des territoires ruraux.
  • Le secteur recrute essentiellement en CDI et à temps complet (+90%).

Source :  Panorama des industries agroalimentaires, chiffres et indicateurs clés, édition 2017, Ministère de l'agriculture et de l'alimentation.

Tendances de l’industrie alimentaire

Malgré une forte concurrence étrangère et le contexte général de crise, l’industrie alimentaire se maintient (Cela s’explique par le caractère quasi-incompressible des dépenses alimentaires), en particulier grâce aux innovations pensées et élaborées pour le consommateur pressé, en quête de sécurité et d’authenticité (plats cuisinés par les plus grands chefs, aliments biologiques, produits présentés dans un packaging "à l’ancienne") et manque même de main d’œuvre.

Ses besoins concernent essentiellement les fonctions technico-commerciales et celles liées à la production. L’automatisation croissante des process a également créé des besoins dans les services connexes à la production : logistique, qualité, achats, maintenance.

Particularité du secteur, l’avantage est donné aux profils bac + 2 appréciés pour leurs acquis professionnels, et parce qu’ils sont susceptibles d’occuper plus longtemps les nombreux postes offerts par les PME du secteur, souvent situées en province.

En revanche, au niveau ingénieur, le nombre de candidats est bien supérieur à celui des offres d’emploi. En cause, les faibles investissements des PME dans la R&D (recherche et Développement). Mais avec le départ des papy-boomers dans les prochaines années, de nombreux postes d’encadrement intermédiaire devraient se libérer pour les jeunes bac + 5.
Quant aux femmes, elles investissent de plus en plus les écoles d’ingénieurs en agronomie (60 % des promotions de certaines écoles). Pour l’heure, on les trouve en majorité à la transformation et à la qualité.

Les formations pour exercer dans l'industrie alimentaire

Pour travailler dans les industries alimentaires, il existe toute une palette de formations allant du CAP au diplôme d’ingénieur et correspondant à différents métiers (logistique, production, maintenance, qualité...).

Au niveau bac + 2, le plus recherché dans le secteur, on recense une douzaine de BTS, autant de DUT et 8 BTSA (brevets de technicien supérieur agricole).

Parmi les spécialités les plus prisées citons le BTSA industries agroalimentaires, les DUT qualité, logistique industrielle et organisation (ex organisation et génie de la production), DUT génie biologique option industries alimentaires et biologiques, DUT génie du conditionnement et de l’emballage.

En maintenance, le BTS électrotechnique, le BTS mécanique et automatismes industriels ou le BTS maintenance industrielle assurent une bonne insertion.

Par ailleurs, une vingtaine d’écoles délivrent un diplôme d’ingénieur en agroalimentaire.
Presque la moitié d’entre elles recrutent leurs étudiants directement après le bac pour un cursus en cinq ans, alors que les autres comme les ENSA (écoles nationales supérieures d’agronomie) sont accessibles après une prépa ou, par le biais des admissions parallèles, après un bac + 2 (BTS, DUT scientifiques…). Le cursus dure alors trois ans.

Par ailleurs, de nombreuses formations sont accessibles en contrat de professionnalisation.
 

Pour en savoir plus

  • www.observia-metiers.fr : L’Observatoire des métiers des industries alimentaires présente l’ensemble des métiers des industries alimentaires. 
  • www.ania.net : L'Association nationale des industries alimentaires.
  • www.alimetiers.com : Ce site est riche en informations, il contient des fiches métiers (accessibles depuis la rubrique « Découvrir »), des vidéos sur les métiers et recense toutes les formations des métiers de la chaîne alimentaire (diplômes, titres et certifications professionnelles) dans la rubrique « Se former ».
  • www.apecita.fr : L'Association pour l’emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de l’agriculture et de l’agroalimentaire.