Agent serriste (H/F)

L’agent serriste participe aux travaux de culture légumière sous abri (sous serre ou sous tunnel) : la culture, la récolte, éventuellement le conditionnement. Il entretient également les équipements et nettoie régulièrement les serres.

De beaux légumes sous serre : tout un art !

Comme son nom l'indique, l'agent serriste réalise des opérations de culture sous abri (sous serre ou sous tunnel). Un métier qui se décline au masculin comme au féminin. Un métier où « il faut être patient, minutieux dans son travail », nous confie Madeleine, ouvrière serriste dans la région nantaise (voir la vidéo sur Pôle emploi TV ou la chaîne YouTube).

Autres appellations du métier : agent de cultures légumières sous serre, agent de production légumière sous abri, agent de culture spécialisée sous abri, agent maraîcher serriste. Les termes diffèrent selon les exploitaions et les régions. 
 

Maraîchage - légumes sous serre 582x337

Au sommaire

  • Les différentes étapes de la culture sous abri
  • L'entretien des serres et des équipements

L'agent maraîcher serriste (fiche ROME A1402) participe aux travaux de culture, variables selon les légumes produits : la culture, la récolte, éventuellement le conditionnement. Il entretient également les installations et nettoie régulièrement les serres.

Les différentes étapes de la production sous abri

Exploitant, chef de culture et agent serriste participent à la production légumière sous abri.

L'agent serriste travaille en équipe et effectue différents travaux, qui diffèrent selon la nature des végétaux. Il applique les consigne de son supérieur hiérarchique.

1ère étape : préparer le terrain


Avant toute pose de nouvelle(s) culture(s), l'agent serriste déracine les cultures précédentes. Il enlève les résidus et les brûle éventuellement.

Il prépare ensuite les supports de culture.
La production sous abri s'effectue en pleine terre ou hors sol (c'est-à-dire dans un milieu reconstitué, les raciines sont isolées du sol).

Culture hors sol : l'agent serriste pose des substrats d'origine minérale ou organique sur le sol afin d'éviter aux végétaux d'être en contact avec la terre (pains de laine de roche, graviers, fibres de coco, écorces de pin, etc.).
Il peut également mettre des cultures sur film d'eau.

2ème étape : poser les nouvelles cultures


Il réalise les semis (c'est-à-dire qu'il met en terre les graines ou les semences) ou réceptionne les jeunes plantes qu'il met en terre. Il dresse les végétaux, tiges et branches, sur les supports (palissage). 

3ème étape : veiller à la bonne croissance des végétaux


L'agent serriste surveille régulièrement le développement des végétaux.
Certains légumes poussent en hauteur : tomate, aubergine, etc. Il doit régulièrement fixer les plantes en hauteur sur des fils.

Il doit les tailler, pour contrôler leur expansion et ne pas perdre en luminosité dans la serre, afin qu'elles n'assombrissent la serre, créant ainsi un microclimat favorisant les maladies.

Il effeuille les plantes de toutes feuilles jaunies ou malades, retire les fruits qui fatiguent inutilement la plante, élimine les excroissances (les gourmands).

Enfin, les végétaux ne doivent pas être trop serrés entre eux et bénéficier d'un maximum d'espace, ceci afin d'éviter également la propagation de maladies.

Exemple avec la production de tomates (voir la vidéo sur Pôle emploi TV)

Madeleine est ouvrière serriste dans la région nantaise. Le travail de Madeleine consiste en l’entretien des cultures de tomates sous serre. Les serres ont une superficie moyenne de 4 000 m². Chaque plant est cultivé hors sol sur une hauteur de 3 mètres. Objectif : entre 15 et 20 kilos de tomates par plant de mars et octobre.

Pour les tomates, tout commence avec d’inattendues petites bestioles.

Madeleine : « Alors, voici une boîte à bourdons. Ça nous sert pour la fécondation du bouquet. Si on n’avait pas de bourdons, la fleur ne serait pas féconder et on n’aurait pas de tomates (…) ».

Etape suivante après la fécondation des bouquets : veiller à la bonne croissance des végétaux.

Témoignage de Charles, chef d'exploitation, qui nous explique les différentes phases :

« Du début jusqu'à la fin, il faut entretenir la plante, c'est-à-dire la palisser pour la faire tenir, comme dans un jardin où vous mettez des tuteurs. Il faut tailler les gourmands, pour éviter que la végétation soit trop luxuriante. Il faut tailler les bouquets. Ici, on est avec une variété grappes. Donc, si vous voulez avoir une grappe bien homogène, il faut le tailler. Et à la fin, on les récolte et on les présente bien dans le carton.

Maraichage - agent serriste273x201

L'agent serriste doit également protéger les cultures.

Il repère les anomalies : maladies, parasites, carences ou excès d'engrais.
Il observe l’état des cultures afin de repérer d’éventuelles anomalies comme la présence d’une maladie, d’un parasite, une carence ou un excès nutritif…

Les serristes privilégient au maximum des techniques respectueuses de l’environnement.

Comme vous le verrez dans la vidéo, pour s'assurer de la bonne maturation des fruits, Madeleine doit veiller à la bonne santé de la plante.

« Ce qu’on détecte sur les panneaux jaunes (…), ce sont les moucherons blancs. Les petits moucherons blancs, c'est de l’aleurode, nuisible pour la tomate. » L’aleurode est un minuscule insecte, véritable fléau pour les tomates sous serre. Madeleine s'en débarrasse grâce à des insectes tueurs. C’est ce qu’on appelle la lutte biologique intégrée, qui limite l’emploi des pesticides. »

D'autres procédés peuvent être utilisés (des moyens de lutte chimique raisonnée, ...). L’agent serriste peut également traiter préventivement la culture.


Etape suivante : récolter


Les récoltes sont des périodes de fortes activités, dont les dates diffèrent selon les légumes à cueillir. Ni trop mûrs, ni trop précoces, les légumes sont choisis avec soin.

Madeleine : « On cherche à avoir une tomate qui a du goût. Donc, une tomate, ne pas la cueillir trop mûre non plus, puisqu’après sur le marché elle arrive, trop avancée, c’est pas mieux, donc, faut qu’elle soit homogène, un oranger qu’a près à tourner au rouge, près à consommer. Pour moi la tomate, je peux en manger tous les jours, c’est un fruit que j’aime beaucoup. »

Dernière étape : conditionner les légumes


Une fois récoltés, les légumes sont lavés, triés, puis passés à la calibreuse avant d'être conditionnés. L'agent serriste procède éventuellement à la préparation des commandes.
Les fruits de ce labeur seront ensuite commercialisés en vente directe (dans les marchés, les fermes) ou auprès des coopératives et des grossites.

Maraichage-agentserriste-1-582x337.jpg

L'entretien des serres et des équipements

Le fonctionnement des équipements

Selon ses compétences et les consignes fournies par son supérieur hiérarchique, l'agent serriste peut être amené à utiliser et à entretenir les différents équipements : système d'irrigation, de climatisation, de température.

Ses tâches, variées, nécessitent des compétences techniques :

  • installation des tuyaux de système de chauffage, 
  • mise en place de goutteurs pour l'irrigation,
  • réglage divers (chauffage, aération, éclairage) en fonction des besoins des végétaux,
  • etc.


Il veille au bon fonctionnement des divers éléments qui composent les équipements : pompes, vannes, etc.

La maintenance des abris

L'agent serriste désinfecte régulièrement les serres et leurs équipements, savonne et rince les toitures, change les plastiques ou les verres si besoin, pose de joint, etc.

Il nettoie régulièrement les vitres de la serre pour la rendre lumineuse. Il peut également protéger les végétaux des rayons du soleil en blanchissant les vitres à la chaux.

Les formations

Vous pouvez vous former « sur le tas » dans une entreprise de petite taille. Cependant, les diplômes agricoles, accessibles en formation initiale, en alternance ou par la voie de la VAE, facilitent une première embauche :

  • CAP agricole métiers de l'agriculture option production végétale arboriculture horticulture,
  • Bac pro productions horticoles,
  • BP Responsable d'atelier de productions horticoles.

Pour évoluer vers des fonctions d'encadrement ou s'installer en indépendant, les diplômes suivants sont recommandés :

  • BTSA production horticole,
  • Licence pro management des organisations spécialité management en entreprises d'horticulture et de paysage (organisation et gestion),
  • Licence pro productions végétales spécialité productions végétales, cultures spécialisées et protection des cultures-techniques et technologies du végétal.

Source : CIDJ

Le métier d’agent serriste vous intéresse ?

C’est un travail physique, où il faut aimer le végétal. Comme nous indique Charles, « les postes sont ouverts à tout type de personne (…). Ce qu’on recherche, ce sont des gens motivés. Si la personne est motivée, elle a toute sa place dans notre entreprise ».

Consultez les offres sur pole-emploi.fr.

Lire aussi les autres articles du Dossier.