Le recrutement Equipage

Les différentes filières de recrutement.

La filière quartiers-maîtres et matelots de la flotte (QMF)

Chaque année, la Marine propose environ 1500 emplois d’opérateurs à des candidats âgés de 17 à moins de 25 ans d’un niveau 3ème à baccalauréat. Ce recrutement s’opère tout au long de l’année. Les candidats s’engagent pour une durée de 4 ans renouvelable dans la filière QMF et peuvent exercer dans l’un des 9 grands métiers suivants :

  • « opérations navales » (emplois du cœur de métier de la Marine) : mise en œuvre d’équipements électroniques de détection aérienne (radars), sous-marine (sonars), de guerre électronique, aide à la navigation, veille nautique, surveillance de la circulation maritime et de la sécurité de la navigation commerciale, traitement, acheminement et transmission de l’information opérationnelle et administrative (SIC) ;
  • « bureautique » : secrétariat, ressources humaines, comptabilité, finances et gestion du matériel ;
  • « pont d’envol » : préparation, mise en place et manœuvre d’aéronefs avant et après chaque vol à bord des bâtiments ;
  • « restauration » : gestion, cuisine et service ;
  • « maintenance aéronautique » : mise en condition et maintenance des aéronefs ;
  • « pompier » : prévention des risques, interventions sur sinistres, sécurité des personnes et protection du matériel ;
  • « fusilier » : surveillance et protection des sites sensibles de la Marine (arsenaux, bâtiments, bases, centres de transmissions …) ou protection des navires contre les intrusions extérieures ;
  • « machine » : maintenance, dépannage des moteurs de tous types, installations frigorifiques, hydrauliques, pneumatiques, réseaux de production et de distribution d’électricité, maintenance des systèmes d’armes et d’armes de tous calibres (mécanique et électrotechnique) ;
  • « pont » : mise en œuvre des moyens nautiques, conduite des embarcations, bon déroulement des manœuvres (mouillage, amarrage, ravitaillement à la mer, remorquage, …).

A l’issue d’une formation de quelques semaines destinées à les préparer à leur premier emploi, ils rejoignent leurs unités où ils seront encadrés par un tuteur pour les accompagner dans leur apprentissage.

Entre 2 et 6 ans de services, une sélection s’opérera pour permettre aux meilleurs de suivre le cours du certificat d’aptitude technique, à l’issue duquel ils obtiendront leur brevet d’aptitude technique (BAT), suivront une formation à l’encadrement et seront promus au grade de second maître (premier grade d’officier marinier). A partir de cet instant, ils concouront avec les candidats issus de la filière « Ecole de Maistrance » pour une sélection au cours du brevet supérieur (BS), sésame indispensable pour pouvoir réaliser une carrière longue et accéder au statut de militaire « de carrière ».

Les QMF qui n’auraient pas la chance d’être sélectionnés pour le cours du certificat d’aptitude technique peuvent demander à continuer à servir la Marine jusqu’à 9 ans de services, à l’issue desquels ils quittent obligatoirement la Marine.

Le volontariat Equipage

Pour les jeunes de 17 à moins de 26 ans d’un niveau 3ème à BAC qui souhaitent découvrir la Marine, 500 emplois d’un contrat d’un an renouvelable sont proposés sous statut de volontaire dans les armées (VLT). Le volontariat équipage permet d’exercer, à l’issue d’une formation de quelques semaines, dans les 4 domaines d’emploi suivants : la restauration, la sécurité / logistique, les opérations navales et le service général.

Pendant une année où il est rémunéré, le volontaire vit une première expérience professionnelle, découvre la vie de marin militaire et l’ambiance d’un équipage. Ce contrat permet au jeune volontaire d’acquérir une expérience professionnelle valorisante pour sa reconversion dans le secteur civil.

Les VLT ayant trouvé leur voie dans la Marine peuvent également déposer un dossier d’engagement au titre de l’école de Maistrance (selon leur niveau de diplôme) ou au titre de la filière quartier-maître de la Flotte. S’ils sont retenus, leur contrat est transformé soit en un contrat de 10 ans, soit en un contrat de 4 ans. Ils rejoignent alors une des écoles de formation de la Marine et sont soumis aux règles administratives de leur nouvelle filière de recrutement.

L'école des Mousses

Cette école recrute chaque année 150 jeunes garçons et filles âgés de 16 à moins de 18 ans au 1er septembre de l’année d’entrée à l’école, en sortie de classe de troisième ou en classe de seconde, sans conditions de diplômes.

Les mousses signent un contrat d’engagement pour la durée de leur scolarité (une année scolaire, de septembre à juillet) qui se déroule au Centre d’instruction naval de Brest. Leur scolarité s’articule autour de différents modules : découverte du milieu maritime, formation militaire, maritime, sportive et de sécurité et consolidation des acquis scolaires (cours de français, histoire, géographie, mathématiques, sciences-physiques, anglais courant et maritime).

Le niveau de l’enseignement académique est celui de la seconde professionnelle. La pédagogie privilégie les mises en situation pratiques en établissant des liens forts avec le futur environnement professionnel.

A la fin du 2ème trimestre, les mousses sont orientés vers un métier de marin (opérations navales, machine, maintenance aéronautique, fusilier, pont et pont d’envol) et sont préparés spécifiquement à la formation élémentaire métier qu’ils suivront après leur sortie de l’école des mousses.

A leur sortie, les mousses volontaires et aptes signent un contrat de quartier-maître et de matelot de la flotte (filière QMF) d’une durée de 4 ans renouvelables. Leur cursus est ensuite le même que celui décrit plus haut.
La sélection, sur dossier, est basée essentiellement sur des critères de motivation et de solidité du projet professionnel. A titre expérimental, les 10 à 15 % des meilleurs mousses volontaires se voient proposer de suivre sur 2 ans un BAC PRO électromécanicien marine par correspondance auprès du lycée professionnel maritime de Saint-Malo (apprentissage par immersion et e-learning).

L’école des mousses s’inscrit dans la cadre du plan ministériel « Egalité des chances ».