Métallurgie : des recrutements en perspective

La métallurgie est un secteur fortement affecté par les crises économiques, exprimé par des suppressions de postes depuis deux décennies. Une tendance qui se maintiendra dans les années à venir. Toutefois, le recrutement de personnels devrait augmenter d'ici 2025 pour compenser les départs à la retraite et faire face aux mutations technologiques.

Un secteur marqué par les pertes d'emplois...

La métallurgie a longtemps occupé une place stratégique dans l'économie française. Néanmoins, depuis plusieurs décennies, la France subit un processus de désindustrialisation : le secteur, durement impacté par les crises économiques, est entré dans une phase de réduction des effectifs.

80 000 emplois ont été supprimés pendant la crise de 2008-2009, 264 000 emplois directs entre 1990 et 2000, 208 000 emplois supplémentaires entre 2000 et 2008 ; soit en deux décennies, 31% de l'emploi total détruits.

Une tendance qui se poursuivra dans les années à venir.
 Malgré un contexte difficile, les différents secteurs de la métallurgie continueront de recruter, pour remplacer les départs à la retraite mais aussi grâce aux effets du Pacte de responsabilité et de solidarité, ainsi que du CICE (Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi).

... néanmoins, des recrutements prévus d'ici 2025

Des mesures gouvernementales ont été mises en place afin de faire diminuer le taux de chômage en France (le Pacte de responsabilité et de solidarité et le CICE notamment, pour augmenter la compétitivité des entreprises et favoriser la création d'emplois).

Une étude prospective a été réalisé par l'Observatoire de la Métallurgie, afin d'étudier l'impact du CICE et du Pacte sur les entreprises de la métallurgie et de mener une réflexion sur les besoins en recrutement à l'horizon 2025 . 

3 scénarios ont été envisagés. Selon les différentes projections réalisées par l'Observatoire de la métallurgie, près de 114 000 emplois seraient sauvegardés ou créés, directement ou indirectement d'ici 2025 grâce aux Pacte de responsabilité et au CICE mais également aux transformations technologies : le secteur aura besoin de personnels très qualifiés. « D’après les entreprises, le développement des technologies de numérisation des processus de production et de fabrication additive devrait accroître tant la productivité que le nombre de salariés. Ces nouvelles technologies toucheraient par ailleurs principalement les techniciens. ».

Malgré ces mesures, les entreprises éprouvent des difficultés à recruter, suite à une une mauvaise image du secteur ainsi qu'une méconnaissance des métiers.

Des profils de plus en plus qualifiés

Le secteur devra évoluer vers une production à plus forte valeur ajoutée, en investissant dans la recherche et des activités à fort potentiel technologique.

Les emplois feront davantage appel à des salariés de plus en plus qualifiés, dans des secteurs de haute technologie (produits informatiques, électronique, ...).

Les ingénieurs sont particulièrement recherchés. Certains postes de techniciens et d’ouvriers qualifiés peinent également à être pourvus. C’est le cas notamment des chaudronniers, des soudeurs, des techniciens d’usinage ou des techniciens méthodes.

Dans le même temps, certaines entreprises prévoient de prendre leurs distances par rapport à la production, au profit du conseil et de la formation. Elles pourront ainsi proposer des solutions globales en capitalisant sur leur expérience.

Pour en savoir plus

Prospective des besoins de recrutement dans la métallurgie à horizon 2025