Start-up : de l'idée au projet

Étape n°1 : l'idée

De l'idée au projet

Comment passer d'une idée au projet ?

Une idée en tête

L'idée est la première phase de la création d'un projet et la base pour la naissance de toute entreprise.

L'idée qui va aboutir à la création d'une entreprise peut avoir de nombreuses origines. Elle peut être le fruit d'une expérience professionnelle, naître d'un savoir-faire, d'une formation, ou tout simplement, être le résultat d'une série de circonstances engendrées par un désir profond ou une intuition.

L'idée peut être

  • soit un nouveau concept, 
  • soit l'accomplissement d'un ancien concept qu'on développe avec un accord juridique.

La nouvelle idée : il faut savoir faire accepter par les clientspotentiels, il faudra donc plus de temps pour la faire connaître.

L'idée classique : est une idée déjà rejà répandue auprès d'autres entreprises. Il est donc nécessaire de prouver son utilité et la faire se distinguer de la concurrence en y ajoutant d'autres particularités.

L'idée introduit la notion de concept, c'est-à-dire qu'à partir d'une inspiration initiale, l'idée a été réfléchi, on a recherché l'information, commencé à structurer cette inspiration, et à en définir les contours, les objectifs, et on lui a donné une certaine opérationnalisation. Mais cela reste un concept, dans le sens où aucune action n'est à ce stade menée ni envisagée, c'est une réflexion sur le produit ou le service potentiel.

Réaliser l'idée

La réalisation de votre idée est ensuite liée à la motivation et à la détermination de vouloir investir et parvenir à surpasser les difficultés qui se présenteront dans le parcours de la création d'entreprise.

Pour qu'une idée se transforme en un projet bien réel, il faut vérifier qu'elle est en accord avec tous les moyens nécessaire à la mise en oeuvre du projet, il faut également bien étudier ses points forts et ses points faibles, et faire en sorte, notamment lorsque c'est une idée nouvelle qu'elle corresponde à un véritable besoin de la cible. 

Comment évaluer la validité d'une idée ?

Le design thinking

Le designer Tim Brown est à l'origine du design thinking - ou pensée design. Il propose 3 critères indissociables pour évaluer la validité d'une idée :

  • la désirabilité : qu'est-ce qui correspond aux attentes des consommateurs ?
  • la viabilité : qu'est-ce qui s'intègre dans un modèle économique durable ?
  • la faisabilité : qu'est-ce qui est technologiquement réalisable ?

L'innovation est au croisement de ces 3 dimensions. Selon les projets, une dimension peut être déterminante et les autres plus secondaires.

Par exemple, un projet peut être principalement dépendant de la technologie, mais il doit satisfaire l'utilisateur et pouvoir dégager des revenus. Dans la génération de revenus, c'est-à-dire la dimension business, la notion de scalabilité est un point important.

Une idée innovante, susceptible de devenir un succès, doit donc répondre à un besoin, apporter une solution à un problème qui touche l'ensemble de ces 3 dimensions.

Penser large : un mouvement continu

L'équipe doit penser à toutes les alternatives possibles. On aura, par exemple, plusieurs moyens technologiques possibles, plusieurs approches du consommateur, ...

Il est important, surtout au démarrage du projet, de ne pas partir avec une idée préconçue car elle ferrme les possibilités.

Cette démarche est ce qu'on appelle la pensée divergente. Elle s'accompagne de phases d'analyse, de synthèse qui visent au contraire la convergence. Par la divergence, on crée des choix, par la convergence on effectue des choix. C'est un des éléments essentiels du design thinking. C'est un mouvement continu.

Tester son concept

Expérimenter permet de vérifier la validité du concept :

  • mon concept répond-il bien au besoin ? J'ai identifié un problème (un besoin) et je cherche à lui trouver une solution par mon produit ou mon service. La solution est-elle réellement adaptée au roblème posé ? Est-elle echniquement faisable ?
  • mon produit ou service intéressera-t-il des utilisateurs ?

Cette étape consiste à réaliser le produit dans une version simplifiée qui permet de tester ces 2 points. Dans la méthode lean, cela s'appelle le produit minimum viable (MVP). 

On va donc concevoir et réaliser ce MVP et le modifier en fonction des retours des utilisateurs.

Par exemple, une fonction qui semblait essentielle n'apparaît plus très utile, et en revanche une autre fonction non fournie s'avère recherchée par le client. Le processus est itératif et le produit co-crée avec les utilisateurs. L'existence 3D t le développement des Fabs Lab sont au coeur de ce processus.

L'expérimentation permet de tester l'adéquation problème/solution et l'adéquation produit/marché et donc finalement de tester ce que l'on appelle l'hypothèse de création de valeur.

Je crée de la valeur parce que j'apporte une solution et que j'ai des clients prêts à utiliser cette solution.