Insertion par l’activité économique : prenez la voie d’insertion !

320 000 nouveaux postes dans les structures d'insertion par l'activité économique (SIAE)* d'ici 2022 : c'est l'une des promesses du gouvernement annoncées fin octobre dans le cadre de son plan de lutte contre la pauvreté. Si vous êtes durablement éloigné de l'emploi, vous pourrez peut-être en bénéficier. Voilà en quoi cela consiste. 

paragraphe-image-23

Pour lutter contre la pauvreté et le chômage de longue durée, le gouvernement a choisi de parier sur l’insertion par l’emploi. Il va proposer de nouvelles aides à destination des structures d’insertion par l’activité économique (SIAE)*, qui doivent permettre à 30.000 personnes éloignées de l’emploi d’être accompagnées dans leur parcours professionnel d’ici 2022.

Vous pourrez trouver, en cliquant sur ce lien, une liste des entreprises d’insertion, et sur celui-ci un annuaire plus général des SIAE. De nombreuses entreprises d’insertion sont des TPE ou des PME. Les SIAE sont réparties sur l’ensemble du territoire, et dans des secteurs d’activité variés, comme l’hôtellerie, le bâtiment, la propreté, etc.

La plupart des SIAE n’embauchent pas à long terme, et mettent plutôt en place, au cours du contrat d’insertion, un accompagnement à la recherche d’emploi. Dans ce rapport, « Pacte d’ambition pour l’insertion par l’activité économique » datant du 10 septembre 2019, le gouvernement cite les témoignages de plusieurs anciens bénéficiaires de l’Insertion par l’Activité Economique (IAE), notamment Nathalie : « Je manquais de confiance en moi, je rencontrais des difficultés pour trouver un emploi du fait de mon handicap et de mon âge (53 ans). Puis j’ai entendu parler de ces parcours d’IAE. Très vite, j’ai su m’intégrer à mon équipe et devenir autonome. Après 10 mois de parcours, on m’a proposé d’occuper un poste d’opérateur logistique. J’ai ensuite été recrutée par les Galeries Lafayette ». Ou encore Yacine : « J’ai appris à être autonome, à faire les choses moi-même. J’ai réussi à avoir mon propre logement, à être indépendant. J’ai également travaillé mon projet professionnel j’ai fait des enquêtes métier, des visites entreprise. Je suis actuellement en CDI en tant que préparateur de commande. »

De nouveaux postes dans les “secteurs porteurs”

Quels sont les secteurs qui vous intéressent ? Si le numérique, la transition écologique ou encore l’aide à la personne en font partie, cela tombe très bien. Ce sont, entre autres, les “secteurs porteurs” sur lesquels le gouvernement prévoit d’investir 450 millions d’euros pour créer à terme plus 30 000 nouveaux postes. Par ailleurs, la durée du dispositif d’IAE sera portée de six à douze mois.

Comment bénéficier de cet accompagnement ?

Il vous faut d’abord déterminer si vous répondez aux critères d’éligibilité à l’IAE. Le dispositif s’adresse aux “personnes éloignées d’une activité professionnelle, soit au moins 2 millions de personnes”, selon le Conseil de l’Inclusion dans l’Emploi. Dans un rapport publié en 2019, il énumère quelques profils-types de ces personnes :

  • les chômeurs de longue durée
  • les bénéficiaires de minima sociaux
  • les chômeurs en situation de handicap
  • les jeunes, sans emploi et hors du système scolaire
  • les personnes sans ressources
  • les personnes vivant dans un territoire fragile
  • les parents isolés
  • les personnes récemment arrivées en France
  • les personnes sous main de justice, etc.

Il est toutefois à noter qu’il n’existe pas de critères administratifs stricts pour déterminer si une personne a droit ou non à l’accompagnement de l’IAE. L’orientation vers les SIAE sera accordée par Pôle emploi via un “agrément préalable à l’embauche”. Si vous pensez être éligible à l’IAE, pensez à en discuter avec votre conseiller Pôle emploi.

A quoi ressemble un contrat en IAE ?

Cela dépendra de la structure d’insertion choisie. Le ministère du Travail vous propose une liste complète des différentes sortes de SIAE. Là encore, votre conseiller Pôle emploi devrait pouvoir vous aiguiller vers la structure qui vous correspond le mieux.

Le contrat IAE ressemble à un CDD, en ceci qu’il s’agit d’emploi salarié, et surtout qu’il est limité dans le temps et renouvelable. Il en diffère cependant par l’accompagnement social et professionnel régulier mis en place par la structure et validé par le gouvernement.

L’objectif est de vous aider à construire votre propre projet professionnel, à acquérir les compétences nécessaires et à vous mettre ainsi sur la voie vers un autre emploi, mais durable cette fois-ci, une fois que le contrat IAE a pris fin. C’est cet accompagnement qui durera désormais douze mois, au lieu de six auparavant.

Selon le rapport 2019 du Conseil pour l’Inclusion dans l’Emploi, “8 salariés en insertion sur 10 déclarent que le métier exercé leur plaît, et 8 salariés en insertion sur 10 déclarent que cet accompagnement leur permet de retrouver confiance en eux et de se sentir utile.”

* Les structures d’insertion par l’activité économique

Les SIAE recouvrent les 1 957 ateliers et chantiers d'insertion, 952 entreprises d'insertion, 682 associations intermédiaires et 268 entreprises de travail temporaire d'insertion (chiffres 2019). L'insertion par l'activité économique (IAE) permet aux personnes les plus éloignées de l'emploi en raison de difficultés sociales et professionnelles particulières (âge, état de santé, précarité) de bénéficier d'un accompagnement renforcé qui doit faciliter leur insertion professionnelle.