Tournez-vous vers le secteur du grand âge !

Les professions dans le secteur du grand âge se sont fortement développés au cours de ces dernières années pour répondre aux besoins que rencontrent nos aînés et à leur assurer une meilleure prise en charge.

Malgré un contexte économique difficile, le taux de natalité reste élevé en France, avec deux enfants par femme en moyenne. Une population qui ne cesse de croître... et qui vieillit, grâce aux progrès de la médecine. Afin de répondre aux besoins que rencontrent nos aînés et à leur assurer une meilleure prise en charge, les professions dans le secteur du grand âge se sont fortement développés au cours de ces dernières années : soins, accompagnement dans la vie quotidienne, hébergement... Des métiers accessibles à différents niveaux, offrant de nombreuses opportunités d'emploi et des possibilités de formation tout au long de sa carrière.

Au sommaire

  • Une population vieillissante
  • Un accompagnement personnalisé
  • Les métiers du grand âge
  • Un secteur ouvert à tous !

Une population vieillissante

Selon les projections de population de l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), la proportion de personnes âgées de 60 ans ou plus progressera fortement jusqu'en 2035, quelles que soient les hypothèses retenues sur l’évolution de la fécondité, des migrations ou de la mortalité.

Au 1er janvier 2060, la France métropolitaine compterait 73,6 millions d'habitants, dont 23,6 millions de personnes âgées de 60 ans ou plus (soit une personne sur trois) :

  • 11,9 millions de personnes auront 75 ans ou plus en 2060 ;
  • 5,4 millions de Français seront âgées de 85 ans et plus.


Les raisons à cette évolution ?

Le passage à ces âges des générations issues du baby-boom (c'est-à-dire nées entre 1946 et avant 1975), appelés désormais papy-boomers.

Les progrès constants de la médecine, une meilleure hygiène de vie, et l'amélioration des conditions de travail ont également contribué à l’allongement de l’espérance de vie, qui ne cesse d’augmenter au sein de l’Hexagone.


Une autonomie qui décroît avec l'âge

Selon une étude réalisée par l’INED (Institut national des études démographiques), l’espérance de vie continue de progresser. Les garçons qui naissent en France aujourd’hui ont une espérance de vie moyenne de 78,5 ans, les femmes de 84,9 années (résultats provisoires à fin 2012).

Une évolution démographique à prendre en compte dès aujourd'hui, pour répondre au mieux aux besoins des personnes âgées. Car même si leur état de santé s'améliore constamment, elles rencontrent plus fréquemment des problèmes de santé, et se retrouvent en situation de dépendance au fur et à mesure de l'avancée de l'âge.
Il existe plusieurs types de prestations, en fonction des souhaits de la personne âgée, ses besoins, son état de santé et son autonomie. A chaque situation sa solution !

Un accompagnement personnalisé

L'aide à domicile

Pour assurer le maintien à domicile d'une personne âgée, l'aide de la famille ne suffit souvent pas à combler tous les besoins. Une aide extérieure est alors nécessaire pour effectuer certaines tâches de la vie quotidienne ou tenir compagnie.

Les services d'aide à domicile offrent aux personnes âgées toutes sortes de prestations leur permettant de rester chez eux même en cas de perte d'autonomie :

  • une assistance dans les gestes de la vie quotidienne (toilettage, habillage, courses, préparation des repas, entretien du domicile, portage de médicaments, etc.) ;
  • une assistance dans les tâches de la vie quotidienne (petit bricolage, livraisons des courses et repas, promenade des animaux de compagnie, aide administrative, etc.) ;
  • une aide à la mobilité et au transport (achat de tickets de transport, accompagnement lors des déplacements, conduite du véhicule, etc.) ;
  • des services de télé-assistance et visio-assistance : ces systèmes fonctionnent 24/24h, 7j/7 et permettent d'alerter une centrale d'écoute en cas d'urgence. Il est alors possible de demander à parler à un membre de la famille, un médecin, ou de faire prévenir les secours ;
  • un service de garde-malade ;
  • etc. 


Les établissements accueillant les personnes âgées

Il existe 4 types d'hébergement, temporaire ou de longue durée, proposés en fonction des besoins de la personnes âgées, de ses souhaits, de son état de santé et de son autonomie.

Des établissements destinés aux personnes indépendantes, valides et autonomes
:

  • Les foyers-logements : ce sont des établissements accueillant les personnes âgées dans des petits logements individuels aménagés (système de télé-alarme, etc.). Les locaux communs sont affectés à la vie collective (restauration, blanchissage, animation, infirmerie, surveillance, etc.), l'usage est facultatif. Le résident locataire d’un foyer logement peut bénéficier des services à domicile.
  • Les résidences-services : les retraités peuvent acheter ou louer un logement individuel dans un complexe hôtelier spécialement conçu pour les personnes âgées et équipés pour leur fournir des prestations adaptées à leurs besoins (restauration, animation, etc.).

Des hébergements conçus pour les personnes âgées valides ou non, ou en perte d'autonomie.

  • Les maisons de retraite (EHPAD)

Ces sont des établissements médicalisés. Elles fournissent un hébergement et des services collectifs.

L’appellation EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) signifie que la résidence a signé une convention tripartite de cinq ans avec le Conseil général et l’Agence Régionale de Santé, s’engageant à respecter un cahier des charges précis et avoir une démarche qualitative contrôlée par l’ARS qui veille à son bon fonctionnement.

Des structures pour les personnes en perte d'autonomie totale :

  • Les USLD (Unités de Soins de longue Durée)

Ces établissements sont réservées aux personnes totalement dépendantes, qui ont besoin d'une surveillance médicale continue, des soins permanents et un suivi médical spécifique. 

Les métiers du grand âge

Il existe toute une palette de métiers exercés auprès des personnes âgées. Tous ces professionnels œuvrent à des objectifs communs : le bien-être de nos aînés, leur prodiguer un réconfort moral, un accompagnement physique, une aide dans les tâches de la vie quotidienne. Ils se caractérisent par une grande diversité d’interventions, liée au besoin de chaque personne et à l’évolution de leur état de santé.

Les métiers de soin

Soigner, accompagner, rééduquer, réadapter, … Si revêtir la blouse blanche vous tente, vous pourrez trouver votre bonheur parmi les nombreux métiers qui constituent le médical et le paramédical.

Quelques métiers : 

Dans le respect du secret professionnel, répondant à un code de déontologie strict, le médecin fait preuve tout à la fois d’une grande qualité d’écoute et de compétences techniques très pointues.

Il /elle surveille l'état de santé des patients, les accompagne dans les gestes de la vie quotidienne et réalise des soins d'hygiène, de confort selon la préconisation médicale et les consignes du personnel soignant.

Au sein d’une équipe, l’infirmier exerce un métier à responsabilités qui exige de hautes compétences techniques, de solides qualités relationnelles et une bonne condition physique. Ses lieux d’exercice sont très variés : hôpital, clinique, domicile, entreprise, école, dispensaire, association humanitaire.

Il / elle rééduque, réadapte les personnes atteintes de déficience, d'incapacité ou de handicap (physique, psychique, ...) par des activités artistique ou manuelles, afin qu'elles puissent retrouver leur autonomie. Ce professionnel peut également concevoir et réaliser des appareillages (orthèses, attelles, …).

Spécialiste de l'appareillage du pied, le podo-orthésiste conçoit et réalise des appareillages de compensation (orthèse) ou de remplacement (prothèse) de la partie déficiente du corps de la personne selon la prescription médicale ou la demande individuelle. Il peut également effectuer la pose et l'adaptation d'appareillage sur la personne.

Il/elle intervient auprès de personnes atteintes de troubles psychomoteurs ou neuromoteurs (troubles du mouvement et du geste, tics, inhibitions, …) en réalisant des activités de rééducation et de stimulation sensorielle (musicothérapie, équithérapie, etc.).

Les formations aux métiers paramédicaux sont obligatoires. La plupart d'entre elles sont accessibles sans concours (orthoprothésiste, opticien-lunetier, diététicien, etc.).

Pour plus d'informations, consultez l'article « Paramédical, un secteur qui a le vent en poupe » et le site du Ministère des Affaires sociales et de la Santé

Les métiers d'accompagnement

Ces professionnels assistent et épaulent les personnes âgées en apportant une aide professionnelle dans l’accomplissement des tâches et activités de la vie quotidienne, y compris les loisirs. Ces métiers concourent au maintien à domicile des personnes âgées, la préservation, la restauration et la stimulation de leur autonomie.

Intervenir auprès des résidents et de leurs proches connaissant des difficultés sociales pour améliorer leurs conditions de vie et prévenir leurs difficultés sociales et médico-sociales, notamment lors des retours à domicile.
Intervenir également auprès des personnels, par des actions individuelles et collectives. 

Les métiers de l'animation

L’animation contribue au maintien de la vie sociale des personnes âgées. En leur proposant des activités, l’animateur (fiche ROME K1206) les aide à garder le goût de la vie et à améliorer l’image qu’elles ont d’elles-mêmes. 

Les métiers de l'hébergement et de la restauration

Ces métiers correspondent à ceux de l'hôtellerie et la restauration.

Quelques métiers :

  • Femme de chambre (fiche ROME G1501) : Elle réalise les travaux de nettoyage, de remise en ordre et d'entretien des chambres, salles de bains et parties communes d'établissements d'hébergement hôtelier, selon la charte qualité de l'établissement et les normes d'hygiène et de sécurité.
  • Linger (fiche ROME D1205). Il organise et réalise les approvisionnements et la gestion des stocks de vêtements et articles textiles pour les résidents et le personnel. Il contrôle également la qualité du nettoyage.
  • Cuisinier (fiche ROME G1602). Il réalise des préparations culinaires adaptées aux besoins et aux handicaps de la personne âgée dans le respect des règles HACCP. 

  • Les métiers administratifs, logistiques et techniques

Cette filière englobe de nombreux métiers. En voici quelques-un :

- Directeur de maison de retraite

Il est responsable du bon fonctionnement de l’établissement sur le plan administratif, financier, sur la qualité des services rendus aux personnes âgées résidentes. Il a la responsabilité des actions pédagogiques, sociales, médico-psycho-éducatives ou techniques que l’établissement conduit.
Plus d'informations sur le site maisons-de-retraite.fr.

- Ambulancier (fiche ROME J1305)
Il / elle réalise le transport sanitaire ou l'accompagnement de personnes (patients, personnes blessées ou accidentées, ...) vers les structures de soins selon les règles d'hygiène, de confort et de sécurité. Il/elle peut transporter des personnes en conditions d'urgence et pratiquer les gestes de secours (massages cardiaques, respiratoires, etc.). 

Des métiers ouverts à tous !

La plupart des formations dans les métiers des services à la personne devient indispensable, en raison de la technicité croissante et constitue un gage de confiance auprès des personnes âgées et de leur famille.  
Vous avez au moins trois ans d’expérience salariée, non salariée ou bénévole (syndicale, associative, politique, …), et souhaitez faire reconnaître vos compétences ? Vous pouvez obtenir une certification avec la validation de vos acquis (diplôme, titre ou certificat).

Des formations à votre portée

Certains métiers paramédicaux sont accessibles sans le bac. Vous pouvez accéder à un CAP (aide-soignant, ambulancier, prothésiste dentaire…).
Vous avez un bac en poche ? Vous pouvez en ce cas choisir de passer un diplôme d’État, un BTS ou un doctorat par exemple.

Mode d'exercice

Vous pouvez exercer dans le secteur public (hôpitaux, centres d’accueil…) ou dans le secteur privé (établissements d’accueil, cabinets…).
Vous pouvez également exercer en tant que libéral, après quelques années d'expérience.

De la mobilité  

Il existe de nombreuses passerelles pour passer d’un métier à un autre. 
Certains établissements proposent de suivre des formations continues tout au long de votre carrière.