Agent de la sûreté ferroviaire (H/F)

Conseiller, prévenir, protéger et intervenir. Voyageurs, agents, commerçants… tous comptent sur lui pour assurer leur sécurité dans les gares, les trains et autres sites de l’entreprise ferroviaire (chantiers, par exemple).

Ses missions et les conditions de travail

Assermenté, armé et en uniforme à l'image des gardiens de la paix ou des gendarmes, l'agent de la sûreté ferroviaire travaille toujours en équipe au sein d'une brigade. Il assure la sécurité 24h/24h tous les jours de l’année.

Constamment sur le terrain, il agit au quotidien pour prévenir les dégradations sur les installations ferroviaires (gares, triages et entrepôts de fret), les vols, les infractions.

Vigilant en permanence, il représente un repère essentiel pour les voyageurs qui n’hésitent pas à lui demander des renseignements.

Au quotidien, il change de lieu de travail en fonction des missions, intervient aussi à bord des trains.

Par sa présence, il tend à dissuader les actes de malveillance (déclenchements de signal d'alarme intempestifs par exemple) et d'agressions dans les trains et les gares, garantissant ainsi la tranquillité des voyageurs et du personnel de la SNCF (par exemple des conducteurs de train, des contrôleurs, des agents de gare...).

En cas de délit, il est habilité à en interpeller l'auteur et à le remettre aux forces de l'ordre (la Police nationale et la gendarmerie) avec lesquelles il collabore étroitement.

Luttant activement contre les vols, l'agent de la sûreté ferroviaire intervient en soutien des contrôleurs dans les situations de fraude et protège également les marchandises transportées.
C'est un métier qui ne connaît pas la routine !

Les compétences et qualités indispensables à l’exercice du métier

Le maître-mot : ra-ssu-rer ! 

Réactivité, équilibre psychologique et maîtrise de soi sont les principales qualités nécessaires pour pouvoir être agent de la surveillance.

Par sa présence en gare ou dans les trains, l'agent rassure les voyageurs.

Il se doit évidemment d’être à l'aise sur le plan des relations humaines. Avoir le sens du dialogue et de la diplomatie est également indispensable.

Enfin, l’agent de la sûreté ferroviaire doit apprécier le travail en équipe car il est intégré au sein d'une brigade.

Un professionnel de la sécurité

Outre d'excellentes qualités sportives et physiques, l'agent de surveillance doit aussi maîtriser toutes les techniques d'intervention et de défense... même si son rôle est avant tout préventif et dissuasif. En cas d'intervention délicate, il sait faire preuve de sang-froid et a le sens des responsabilités et du devoir.

Quelles formations pour accéder au métier ?

Il faut d'abord être embauché par la SNCF avant de suivre la formation délivrée par l'entreprise.

Pour postuler, vous devez avoir un niveau CAP/BEP, le bac (général, technologique ou professionnel) ou un diplôme de niveau IV toutes spécialités ; ou un diplôme d’adjoint de sécurité intérieure (police, gendarmerie) ainsi que le brevet de GAV-APJA (gendarme adjoint volontaire-agent de police judiciaire adjoint).

Vous devez aussi être assermenté et détenteur d’une autorisation de port d’arme.

Il faut par ailleurs être âgé au moins de 18 ans, et disposer d’un bulletin n°2 du casier judiciaire vierge.

Par ailleurs, une première expérience dans un métier de la sécurité (agent de prévention et de sécurité dans une société de gardiennage par exemple) et donc un diplôme adapté à la fonction facilitent l'embauche.

Une expérience professionnelle dans les domaines du service, du commercial, des secteurs éducatif, sportif, associatif ou de la médiation constitue également un atout supplémentaire.

Si vous êtes retenu, vous suivrez une formation rémunérée de 26 semaines portant sur les différents domaines d’activité de la SNCF, se déroulant en école et sur le terrain, comportant notamment l’apprentissage des techniques d’intervention, de défense et de tir. Une évaluation professionnelle validera votre formation.

Pour information, l'embauche dépend des besoins régionaux. Ce sont les directions régionales de la SNCF ou l'agence de recrutement de l'Ile-de-France (TRANSVERSE) qui collectent les offres et les demandes d'emploi.

Pour se tenir informé, il faut consulter régulièrement le site de recrutement de la SNCF.

Quel salaire ?

Le salaire d'un débutant varie du Smic à 1 600 € brut mensuels. A cela s’ajoutent éventuellement des primes

Quelles évolutions ?

Après quelques années d'expérience, l'agent de la sûreté ferroviaire peut accéder à des responsabilités élargies, voire devenir chef d'une brigade d'agents de la sûreté ferroviaire.

Grâce à la formation continue professionnelle mise en place par la SNCF, l'agent de la sûreté ferroviaire peut aussi accéder à d'autres métiers, comme par exemple agent de service commercial train (contrôleur).