Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Nettoyage industriel

Le secteur du nettoyage industriel

Zoom sur l'activité de nettoyage et les services associés.

Portrait des métiers de la propreté

Un secteur où la flexibilité est primordiale

Les agents de propreté interviennent directement chez le/les clients. Le métier peut s’exercer sur plusieurs sites et nécessiter des déplacements. Le permis de conduire est ainsi obligatoire.

On distingue 3 activités de nettoyage :

  • Le nettoyage classique : il s'agit du métier de base. Celui-ci regroupe le nettoyage du secteur tertiaire : bureaux, commerces, immeubles,etc...
  • Le nettoyage spécialisé : il s'agit du nettoyage en milieux sensibles (hôpitaux, industries agro-alimentaire, nucléaire, etc...) qui impliquent des niveaux de qualification plus élevés que le nettoyage classique.
  • Les services complémentaires : l'offre des sociétés de nettoyage s'est diversifiée et propose, depuis quelques années, des « services associés ». il s'agit de la gestion du courrier, de la manutention, de la logistique, etc...

Les horaires de travail sont souvent décalés (travail de nuit, très tôt, horaires coupés,…) et travailler à temps partiel est fréquent.

Les agents de propreté peuvent exercer leur activité en extérieur et ainsi être exposés aux intempéries. Parfois, le travail peut s'effectuer en hauteur.

Les activités de propreté sont réalisées dans tous les milieux de vie : le salarié s’adapte en permanence au contexte et aux lieux. Les emplois du nettoyage impliquent également des contacts fréquents avec les personnes présentes dans les locaux. Un bon sens relationnel est essentiel.

La sécurité, une règle d'or


Les métiers de la propreté restent particulièrement physiques, malgré des matériels et outils plus ergonomiques, plus performants, moins lourds et moins bruyants. Le personnel de propreté peut est exposé à des substances chimiques (produits de nettoyage tels détachants, désinfectants, détergents, dégraissants…) et des agents biologiques (déchets médicaux ou sanitaires). D'où l'importance d'être formé sur les techniques de nettoyage, les matériels, produits chimiques et de respecter les consignes et les règles de sécurité.

Secteur de la propreté : les effectifs salariés en chiffres

  • Près de 500 000 salariés.
  • 83% de CDI
  • 90% des salariés sont des agents de service
  • 32,4% des effectifs sont en Île-de-France, 11,2% en Rhône-Alpes et 8,3% en PACA
  • 65% de femmes
  • 50% des salariés ont plus de 44 ans
  • 8,7% des salariés ont moins de 26 ans
  • 68% des salariés sont de nationalité française
  • 32% des salariés sont de nationalité étrangère
  • +75% des salariés sont à temps partiel

Source : Chiffres-clés et ctions prioritaires, édition 2018, le Monde de la propreté

Les formations

Il est possible d'entrer dans le secteur de la propreté sans diplôme. Cependant, contrairement aux idées reçues, on ne s'improvise pas agent machiniste propreté ou agent d'entretien et de propreté de locaux sans formation préalable. La formation est généralement assurée par l'employeur et permet :

  • d'apprendre les techniques de nettoyage, connaître les produits d'entretien et le/les matériels à utiliser ;
  • d'éviter les accidents de travail et les troubles musculo-squelettiques (TMS).

Le diplôme, un bon bagage pour débuter une carrière et évoluer

Vous souhaitez vous orienter vers les métiers de la propreté ? Du CAP au Master, de nombreuses formations permettent d’obtenir une qualification et d’accéder à un diplôme. Quelques formations dispensées :

  • CAP Maintenance et hygiène des locaux. Une formation qui porte sur les phénomènes de dégradation des salissures et des déchets, les matériaux et revêtements, l’utilisation des différents produits de nettoyage, le matériel, l'hygiène, la sécurité et les conditions de travail. Métiers possibles : agent en ultra-propreté, agent de propreté hospitalière, agent d'entretien et rénovation, agent machiniste propreté, ...
  • BAC Professionnel Hygiène, propreté, stérilisation. Techniques de stérilisation et de désinfection, techniques de nettoyage, techniques de nettoiement sont entre autres abordées dans ce cursus. Les débouchés : des,métiers d'encadrement (chef d'équipe propreté, chef de site, etc.).
  • TCN 2 responsable de service hygiène et propreté. Thèmes notamment abordés dans ce cursus : techniques de nettoyage, formations scientifiques et techniques, relations commerciales, management, organisation de chantier. Le titulaire de ce Titre Certifié de Niveau 2 peut exercer en tant que responsable de secteur propreté de locaux, directeur d'agence, chargé de développement commercial, ...

Pour plus d'informations sur les formations et leurs débouchés, consultez le site itineraire-proprete.com.

Un secteur qui se professionnalise de plus en plus

Le niveau de qualification des salariés de la branche tend à s’élever. 

Les métiers de la propreté nécessite en effet l’utilisation de techniques, de méthodes de travail et d’outils mécaniques. La connaissance des produits chimiques et leurs effets sur les humains et l’environnement est indispensable. De plus, dans certains lieux d’intervention comme les hôpitaux ou les industries pharmaceutiques, les agents sont soumis à des règles et des procédures très strictes.
Lévolution des techniques demande aux salariés déjà en poste d'être formés et d'acquérir de nouvelles compétences.

Par ailleurs, face à une concurrence plus importante, les entreprises de propreté doivent proposer des prestations de qualité envers leurs clients.

Les CQP

Créés et délivrés par la branche professionnelle Propreté, les Certificats de Qualification Professionnelle (ou CQP) ne sont des diplômes en tant que tels reconnus par l’Education Nationale. Ils permettent aux salariés d’acquérir une qualification opérationnelle reconnue.
Plus d'informations, consultez le site Monde de la propreté : https://www.monde-proprete.com/les-referentiels-des-certifications-de-la-proprete?tid=3.