Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Santé

Les métiers du médicament

De l'arthrite au diabète, des maladies cardiovasculaires au cancer, de l'asthme au rhume... La fabrication de médicaments ne cesse de se développer, pour répondre aux nombreuses pathologies. La mise au point de remèdes, la production et le lancement sur le marché font appel à des métiers très diversifiés. Lumière sur les différentes étapes d'un médicament et les métiers associés.

Selon l’article L5111-1 du code de la santé publique, « on entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines ou animales, (...) en vue d'établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques (...). »

Des médicaments antibiotiques, des remèdes homéopathiques, phytothérapiques, aromathérapiques, des vaccins, ... Il existe toutes sortes de remèdes élaborés par les industries pharmaceutiques. Mais avant d'être vendu, le médicament passe entre de nombreuses mains.

 

A la recherche du remède idéal

La recherche clinique, également nommé « recherche biomédicale » par la loi de Huriet-Sérusclat, concerne les recherches menées sur l’être humain dans le domaine de la santé, à des fins thérapeutiques.

Elles portent sur des médicaments existants (nouvelles indications thérapeutiques par exemple) ou sur de nouveaux médicaments. Elles permettent ainsi d’améliorer les connaissances sur un remède, une pathologie, et de trouver de nouveaux moyens pour mieux traiter des maladies.

Investigation, innovation et créativité

Les travaux de recherche scientifique entrepris dans un but industriel, également appelés « recherche appliquée », sont menées par une équipe de chercheurs, composée de scientifiques issus de différentes spécialités (biologie, chimie, biochimie, pharmacologie…).

Le chargé de recherche (fiche ROME K2402) effectue des travaux spécifiques sur un sujet de recherche. Certains médicaments sont préparés à partir de principes actifs issus de substances végétales, animales ou minérales. Le chargé de recherche peut également concevoir de nouvelles molécules pour élaborer un médicament synthétique, à partir de techniques pointues (screening systématique, modélisation…). Il conçoit les expériences à réaliser, analyse les résultats et tente d’identifier une nouvelle molécule qui sera développée, et qui sera susceptible de faire partie des médicaments de demain. 

Il est aidé dans ses tâches quotidiennes par son équipe : technicien de laboratoire, chimiste, biologiste...


Un nouvel horizon : les biomédicaments

La recherche autour du médicament s’oriente de plus en plus aujourd’hui vers une approche génétique, pour soigner des pathologies humaines mal traitées ou non traitées.

L’ingénieur en biotechnologie travaille sur des ressources du vivant (micro-organismes, organismes, tissus, cellules végétales ou animales, cellules souches, protéines) ou parties de ceux-ci (gènes, éléments moléculaires…). Il modifie la matière vivante, à l’aide de techniques sophistiquées issues notamment de la biologie moléculaire, génie enzymatique, microbiologie, clonage… dans le but d’observer le mécanisme de la matière vivante, d’enrichir nos connaissances et de mettre au point des procédés permettant de développer de nouveaux médicaments.

Domaine très vaste, la biotechnologie est appliquée aussi bien dans l'industrie pharmaceutique que dans le secteur agroalimentaire par exemple, avec les alicaments (aliments censés réduire l'apparition de certaines maladies). Secteur d’avenir, il tend à se développer en France, offrant ainsi de belles perspectives d’emploi !

Intéressé(e) par ce domaine ? Vous trouverez sur le site du Leem (Les entreprises du médicament) de nombreuses informations sur les métiers et les formations.

Consultez également les fiches suivantes :

  • Fiche ROME K2402 : « Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant »,
  • Fiche ROME H1206 : « Management et ingénierie études, recherche et développement industriel ». Cette fiche concerne la recherche appliquée en industrie (notamment celle du médicament).

Les médicaments au banc d'essai

Phase 1 : les essais précliniques

Avant tout essai sur l’homme, une série de tests obligatoire, appelée « tests précliniques », est lancée sur des cellules (in vitro) ou sur des animaux (rongeurs, …), afin de vérifier l’innocuité, la tolérance et l’efficacité du nouveau médicament à ses différents stades de développement, et de déterminer les doses à administrer à l’homme lors de la phase d’essai clinique.

Nombreux sont les métiers qui participent aux essais.

- Les pharmacocinéticiens tentent de répondre à un certain nombre de questions sur les propriétés du médicament : comment le produit est-il assimilé et transformé dans l’organisme ? Comment est-il éliminé ? ...
- Les toxicologues, quant à eux, évaluent le niveau de toxicité du futur médicament sur l’organisme, et les risques d’effets secondaires.
- Etc.

Phase 2 : les essais cliniques sur l'homme

Après que le produit ait été testé rigoureusement in vitro et in vivo, et si les résultats de ces études précliniques sont positifs, les essais sont ensuite menés sur des hommes volontaires.

L’attaché(e) de recherche clinique (ARC) met en place les essais cliniques, en lien avec l’équipe de développement au sein du laboratoire et les médecins. Il informe les investigateurs et les participants à l’étude clinique, veille au respect des protocoles et recueille les données, notamment les effets secondaires. 

Le chargé(e) de pharmacovigilance évalue la tolérance des produits en développement et les effets indésirables.

Le technicien galéniste cherche les formes d’administration les mieux adaptées (comprimé, sirop, gélule…).

Dernière étape : vérification réglementaire

Une fois les essais terminés, le médicament fait l’objet d’une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) pour être commercialisé. L'Autorisation est délivrée par l’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) au niveau national, ou par l’EMEA (Agence Européenne pour l'Evaluation des Médicaments) au niveau européen.

Le chargé d’affaires réglementaires constitue les dossiers d’enregistrement pour obtenir les AMM et suit les relations avec les autorités de santé.

Les métiers de production

Répartie essentiellement dans 8 bassins d’emploi (Ile-de-France, Rhône-Alpes, Centre, Normandie, Alsace, Aquitaine, Auvergne, PACA), la production de médicaments regroupe divers métiers liés à la fabrication, le conditionnement, la qualité, le contrôle, la maintenance, la logistique, …

Les techniciens de fabrication et de conditionnement ont pour mission de réaliser les opérations de fabrication et de conditionnement dans le respect de la réglementation, de l’hygiène et des procédures.

Les assureurs qualité suivent toutes les étapes de fabrication des médicaments, afin de s’assurer de la qualité des produits et de garantir leur sécurité, vérifier qu’il n’y ait pas eu de contamination pour les mettre à disposition sur le marché.

Les techniciens de laboratoire de contrôle réalisent de nombreuses analyses afin d’évaluer la qualité des produits.

Les effectifs dans les sites de production sont élevés. Pour de plus amples informations sur les métiers de la production, n’hésitez pas consulter les fiches métiers du Leem.

Les métiers de commercialisation

D’importants moyens financiers sont déployés pour lancer un médicament sur le marché. Afin d’arriver rapidement à un retour sur investissement, les équipes marketing et promotion des ventes mettent tout en œuvre pour développer le chiffre d’affaires de l’entreprise.

La mise en place de la stratégie de vente de médicaments est définie par les équipes marketing. Les chefs de produits sont responsables d’un ou plusieurs médicaments. Ils déterminent la stratégie de positionnement du produit, les axes de communication, informent les équipes de promotion des ventes.

C’est le directeur régional qui a en charge la mise en œuvre de la stratégie commerciale de l’entreprise. Il recrute, anime et gère des équipes de visiteurs médicaux d’une région donnée.

Coup d’œil sur un métier : visiteur médical

Ce conseiller en informations médicales a pour mission d’informer les professionnels de santé (médecins, pharmaciens, vétérinaires, personnels hospitaliers, professionnels paramédicaux, …) sur des produits médicaux ou pharmaceutiques et de les promouvoir selon la réglementation.

Responsable d’un secteur géographique, il organise ses rendez-vous, sillonne les routes et écume les salles d’attente, afin de rencontrer 4 à 6 professionnels de santé par jour.

Il présente généralement trois médicaments. Quelles sont leurs caractéristiques (composition, vertus du produit, contre-indications, effets secondaires éventuels, ...) et quelles sont les conditions d’utilisation (posologie, …). Il peut également renseigner sur les modalités de prise en charge par la sécurité sociale.

Le visiteur médical doit respecter la charte déontologique de la visite médicale. Il n’est pas autorisé à fournir des avantages directs et indirects (cadeaux, échantillons, bons d’achat, voyage, matériels, …).

Il recueille auprès des professionnels de santé les effets indésirables des médicaments et transmet les informations de pharmacovigilance auprès de son entreprise. Après chaque visite, il établit un compte-rendu de ses visites à son directeur régional.

Une grande autonomie, horaires flexibles, salaires attractifs, … de nombreux avantages sont associés à ce métier. Les qualités pour exercer ? Une bonne présentation, savoir être organisé, être dynamique, synthétique et convaincant, car le praticien a peu de temps à lui accorder.

Ce métier vous intéresse ? L’emploi est accessible avec une certification dans le secteur médical ou commercial. Une base de connaissances médicales est exigée. Une expérience professionnelle en rapport avec l’industrie pharmaceutique est conseillée, mais toute autre expérience de vente réussie est aussi appréciée. Enfin, il faut également connaître la réglementation du marché du médicament.

Pour plus d’informations, consultez la fiche ROME D1405 sur pole-emploi.fr : « Conseil en information médicale ».