Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Nucléaire

Nucléaire : halte aux idées reçues !

Le secteur de l'industrie souffre d'une image dévalorisante et de nombreux a priori, celui du nucléaire n'échappe pas à la règle! Eclairage sur 6 clichés répandus.

1. Travailler dans une centrale nucléaire, c'est être en contact permanent avec de forte dose de radioactivité 

Faux ! Les centrales nucléaires sont conçues pour que la radioactivité reste confinée dans la cuve du réacteur

Les salariés autorisés à entrer dans la zone nucléaire ne reçoivent que de faibles doses de rayonnement.

Le risque de contamination est important :

  • lorsque le réacteur est à l’arrêt, notamment pour déchargement et rechargement de combustible,
  • lors de certaines opérations de maintenance (par exemple lors d'interventions pendant des arrêts de tranche qui nécessitent l’ouverture et la manipulation de matériels devenus radioactifs).

Néanmoins, des mesures sont faites très régulièrement, afin de s'assurer que le niveau de radioactivité dans la centrale et à l’extérieur reste en permanence bien en-dessous des seuils réglementaires.

Le personnel intervenant en zone nucléaire est suivi médicalement de façon régulière. Un examen est passé avant et après chaque intervention en zone nucléaire, afin de s’assurer de l’absence de contamination. Ces salariés disposent de nombreux moyens de protection adaptés selon leurs interventions (tenue de protection, chaussures de sécurité, casque, lunettesdosimètre pour chaque personne, afin de mesurer en permanence la dose de radioactivité reçue, ...). Objectif : éviter toute exposition prolongée.

2. Il n'y a pas d'avenir dans l'industrie, encore moins dans le nucléaire

Faux ! Si l'industrie a connu des années difficiles, le nucléaire, quant à elle, est une filière dynamique, où les besoins en main-d’œuvre sont et resteront importants dans les années à venir.

La France dispose aujourd’hui de 58 réacteurs, qui fournissent près de 77% de l’électricité que nous consommons. Malgré les nombreux débats que soulèvent le sujet du nucléaire et les questions sur la mise en place du mix énergétique, il est essentiel de maintenir en bon état de fonctionnement le parc nucléaire actuel.

Le programme grand carénage lancé par EDF nécessitera des bras supplémentaires. Le plus gros des recrutements porte sur les métiers de la maintenance (de 20 000 à 25 000 dans les 5 ans à venir) : électriciens, soudeurs, chaudronniers… De belles opportunités en perspective !

3. Ce sont des métiers trop pénibles !

Faux ! Dans l'industrie, les conditions de travail ont largement évolué ces dernières décennies, grâce aux avancées technologiques. La majorité des tâches est mécanisée, et rares sont les métiers industriels qui demandent une vraie force physique au quotidien.

Dans le nucléaire, les métiers ne sont pas particulièrement pénibles au sens de fatigue physique (charges à soulever), ou d’ambiance de travail difficile (chaleur, humidité, bruit, …), mais présentent des contraintes : roulement des équipes (une centrale nucléaire fonctionne en permanence 24h/24, 7j/7), travail de nuit, le week-end, les jours fériés…

Par ailleurs, les professionnels doivent également respecter de nombreuses règles de sécurité et de sûreté et obtenir des habilitations particulières (par exemple, l'autorisation d'accès sur un site. Le personnel d'EDF ainsi que les intervenants des sociétés prestataires intervenant en centrales nucléaires sont soumis à une enquête administrative menée par les services préfectoraux).

4. Difficile d'avoir un bon salaire dans le nucléaire

Faux ! Dans le secteur du nucléaire, le personnel est qualifié, les salaires évoluent en fonction de l’expérience.

De plus, les primes viennent compléter le salaire de base. Les salariés, en déplacement professionnel pour des interventions temporaires, perçoivent une « prime de grand déplacement », destinée à couvrir les dépenses supplémentaires de nourriture et de logement.

5. Il n'y a pas de perspectives de carrière

Faux ! Le secteur du nucléaire offre des métiers variés avec de réelles possibilités d'évolution de carrière

Vous pouvez être recruté pour un premier poste en fonction du diplôme initial, puis prendre peu à peu des responsabilités et devenir chef d’équipe.

Vous pouvez également suivre des formations complémentaires et acquérir de nouvelles compétences.

Enfin, il existe des ponts entre les métiers : un soudeur peut devenir technicien en contrôle non destructif et inversement, un mécanicien sur machines tournantes peut devenir automaticien, ... A vous de choisir, selon votre projet professionnel !

6. Le secteur du nucléaire n'est réservé qu'aux hommes

Faux ! Les femmes y sont les bienvenues, mais sont encore peu nombreuses. Le secteur du nucléaire, et plus largement le secteur industriel, souffre d'une mauvaise image : ils sont trop souvent assimilé à la pénibilité. Par ailleurs, la croyance populaire que les métiers techniques sont réservés aux hommes, est toujours très répandue.

Pour aller plus loin...

  • Saviez-vous que la radioactivité est un phénomène naturel et qu’elle est émise sur Terre par les rayons provenant de l’espace ? Que les radiations sont utilisées pour soigner des patients en radiothérapie ? C’est ce que vous découvrirez dans les « Aventures de Lise et Eliott ». Cette web série, diffusée par EDF, nous apporte un éclairage sur les idées reçues autour du nucléaire.

 

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Nouvelle fenêtre)

Le Dossier - La maintenance dans le nucléaire