Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Des conseils pour gérer vos ressources humaines

Qualité de vie au travail (QVT) : pourquoi la mettre en place ?

Se lancer dans une démarche Qualité de vie au travail (QVT) permet d'améliorer la qualité du service ou des produits et d'impliquer son personnel. Une démarche gagnante pour tout le monde. Explications et illustrations.

QVT et rentabilité économique : des enjeux d’actualité

Performances et QVT, c’est le thème de la prochaine semaine de « La qualité de vie au travail » organisée par le réseau Anact-Aract, du 17 au 21 juin 2019. Pour Matthieu Pavageau, directeur scientifique et technique de l’Anact, la QVT ne doit pas se cantonner aux sujets sociaux ou sociétaux mais doit les croiser avec les préoccupations économiques de l'entreprise. Il s’agit d’articuler les enjeux d'efficacité de l'organisation et de développement humain en travaillant sur les questions des modalités de travail telles que l'organisation ou encore la coopération dans l'équipe.

Pour en savoir plus sur cette opération, rendez-vous sur le site de l’Anact.

Agir sur la Qualité de vie au travail : de quoi parle-t-on ?

Travailler sur la Qualité de vie au travail (QVT) ne signifie pas seulement améliorer les conditions de travail ou mieux concilier les temps de vie professionnelle et personnelle de ses salariés. Ces actions peuvent en faire partie mais elles ne résument pas à elles seules la QVT. « Son ambition est plus large et consiste à penser le contenu du travail pour donner à chacun la possibilité d'agir afin d'améliorer son travail et de faire progresser la qualité de service, l'employabilité et la performance de l'entreprise », précise le site de l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact).

Engager une action sur la QVT intéresse autant les salariés que les responsables d'entreprise car cela peut améliorer l'engagement dans le travail et dans l'entreprise. L'implication des salariés est à la source de gains de performance et d'innovation. Or cette implication est dépendante du contenu des tâches à réaliser, des opportunités de développement professionnel, de la qualité du management, de la satisfaction des clients ainsi que du bon fonctionnement de l'entreprise en général. Sans oublier la possibilité pour les salariés de s'exprimer et d'agir sur le contenu de leur travail.

Impliquer ses salariés, c’est assurer leur bien-être

Interrogé par les experts de l’Association Régionale pour l'amélioration des conditions de travail (Aract Centre-Val de Loire), Antoine Gauthier, dirigeant d'AG Métal, une TPE de chaudronnerie, explique que dans son entreprise, tous les postes de travail ont été conçus en concertation avec les salariés et en partenariat avec la Carsat (caisse d'assurance retraite et de la santé au travail). Objectif : assurer le bien-être des salariés. Côté organisation, les commandes de pièces sont accompagnées d'un dossier papier avec les cotes mais aussi le chiffrage d'heures de réalisation prévues et ce qui est facturé au client. Transparence et confiance totales. Résultat, le dirigeant mesure la QVT en fonction du « sourire des salariés qui arrivent le matin. » Et du turn-over quasi inexistant. 

Découvrez la vidéo de la TPE AG METAL : 

Bien intégrer ses salariés, c’est les fidéliser

« Améliorer la QVT, c'est surtout permettre aux salariés d'avoir le sentiment d'être bien intégrés dans l'entreprise », affirme Pierre Sempé, Délégué régional Grand Est chez AFT. Cette PME de transport installée dans la région Grand Est s'est dotée de moyens de communication et d'une organisation pour briser le sentiment d'isolement des chauffeurs qui travaillent à l'extérieur de l'entreprise la plupart du temps.
Pour les Transport Clément, la QVT s'est concrétisée par la création d'un manuel Conducteur. Ce document qui est fourni à chaque nouveau recruté décrit l'ensemble des procédures de travail afin d'éviter les incompréhensions sur le profil du poste.
Travailler sur la QVT est également un facteur de fidélisation des salariés. Un point primordial pour certaines entreprises comme le souligne Karine Maurel, responsable RH des Courriers de l'Aube, une entreprise de transport scolaire : « un salarié qui ne se sent pas intégré ne restera pas dans l'entreprise. C’est pour le conserver que nous engageons cette démarche QVT. Bien intégré, un conducteur connaît parfaitement son circuit, et des liens vont même se créer avec les clients, je pense notamment aux scolaires ».

Découvrez la vidéo de 4 entreprises du Transport du Grand Est : 

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Nouvelle fenêtre)