Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Secteur animalier

Exercer dans le toilettage, tout un art !

Un bel animal, lavé, tondu, épilé, coiffé... tout un art, exercé par le toiletteur pour animaux ! Ce professionnel prodigue des soins esthétiques auprès des animaux de compagnie. Un métier de passion, où il est nécessaire de faire preuve d'un sens commercial pour vivre de son activité. Le toilettage en lui-même ne suffit pas toujours. Le toiletteur est amené à vendre des produits (colliers, laisses, ...), voire même à exercer une autre activité complémentaire.

Quel plaisir de bichonner son animal de compagnie ! Des poils soyeux, lavés, coiffés, un beau brushing, des ongles coupés... tout un art ! Ces gestes sont réalisés par le toiletteur pour animaux.

Un bel animal... de la tête aux pattes

Le toiletteur pour animaux (fiche ROME A1503) prodigue des soins esthétiques auprès des chiens et des chats de toutes races, selon le souhait des clients. Il peut se spécialiser sur une espèce (toiletteur canin par exemple).

Il démêle les noeuds qui se forment dans les poils, puis choisit un shampooing pour faire un bain. Une occasion pour vérifier si l'animal n'a pas besoin de soins spécifiques (produits antiparasites, ...). Il manipule brosse, sèche-cheveux, ciseaux et tondeuse. Une coupe qui met en valeur l'animal, tout en estompant ou en camouflant les défauts  ! Il procède à la coupe des ongles trop longs, qui pourraient gêner l'animal dans ses déplacements. Il nettoie également les oreilles avec un produit antibactérien, et procède à l'épilation des poils longs superflus.

Cet artiste de la coiffure réalisent des coupes classiques, mais peut proposer également des coupes plus créatives.


Des soins adaptés selon l'espèce, la race, les besoins... et le caractère de l'animal !

Le toiletteur connaît parfaitement les différentes races de chiens et de chats, leurs morphologies et leurs anatomies. Yorkshire terrier, caniche, labrador, shih-tzu, lévrier afghan... ne se toilettent pas de la même façon : techniques, manipulations, efforts physiques et temps de travail diffèrent d'un animal à l'autre.

Chaque animal a son propre caractère, le toiletteur, avec un bon sens de l'observation, n'a d'autres choix que de s'adapter à son client et d'adopter la bonne attitude !

Coupures, éraflures, abcès, saignements, ... Les soins médicaux ne sont pas du ressort du toiletteur, mais celui du vétérinaire ! Il n'est pas non plus autorisé à administrer des médicaments.

Un rôle de vendeur

L'activité seule de toilettage est peu rentable. Le toiletteur propose en complément divers articles et accessoires : colliers antipuces, laisses, jouets, produits de soin, produits alimentaires, ...


Recommandations d'experts

Il donne des conseils d'entretien aux propriétaires pour le brossage, afin d'éviter que les poils ne s'emmêlent trop rapidement. Il conseille aussi sur la fréquence des visites à effectuer au salon de toilettage.


L'entretien du matériel


Enfin, il veille à la propreté du salon de toilettage et à la bonne hygiène du matériel.

Emploi : des perspectives limitées

Près de 63 millions de chiens, de chats, oiseaux, poissons et autres petits mammifères contribuent au bonheur des foyers français, soit près d'un foyer sur deux (48,7 %). Les animaux vivent plus longtemps, grâce à l'alimentation et aux soins apportés. Tous les ingrédients semblent réunis pour que l'activité de toilettage se développent... mais les perspectives d'emploi restent limitées. Selon l'Onisep, le nombre actuel de professionnels (4 500) suffit à couvrir les besoins.

Des investissements conséquents


« Moyenne d'âge 38 ans, 75% de femmes, salarié et indépendant : tel est le profil de la profession. S'installer à son compte est la seule promotion envisageable. Avec une contrainte de taille : l'investissement. La table de toilettage, les baignoires, les séchoirs coûtent à eux seuls plusieurs milliers d'euros. Une somme à laquelle il faut ajouter l'achat ou la location d'un local qui doit être suffisamment vaste. »


De nombreux professionnels en cessation d'activité

La part d'abandons de l'activité est importante : les propriétaires de salons contraints de fermer boutique, faute de pouvoir faire face aux frais de fonctionnement, pénalisés par un mauvais emplacement et par manque de clientèle.

Quelques activités complémentaires...

Pas toujours facile de vivre de son activité ! Le toilettage ne suffit pas toujours, la vente d'articles et d'accessoires permettent de compléter ses revenus. Lorsque cela n'est pas suffisant, la plupart des toiletteurs élargit leurs activités à l'élevage ou au dressage par exemple.

Le toiletteur peut également participer à la présentation d'animaux (chiens, chats, ...) lors des expositions de beauté. Le handler - c'est ainsi que l'on nomme ce professionnel - met en valeur les qualités de son compagnon à quatre pattes, afin qu'il sorte du lot et soit présenter sous son meilleur jour auprès d'un jury. Une activité peu ou pas rémunérée.

Il est important de vous faire connaître et de vous constituer un carnet d’adresse. Vous devrez par la suite fidéliser votre clientèle et développer votre notoriété.

Les conditions de travail

Tenté(e) de réaliser votre rêve de toiletteur ? Voici les éléments essentiels à connaître pour exercer le métier.

Les caractéristiques du métier

Les toiletteurs exercent debout, dans un salon, généralement de petite taille, souvent en ville.

Le port d'une tenue professionnelle (gants, combinaison) est fortement conseillé, pour se protéger des produits utilisés.

Les vaccinations anti-rabique et anti-tétanique peuvent être requises.

L'activité s'exerce gnéralement en fin de semaine et est soumise à des variations saisonnières : pendant la période estivale, de nombreux maîtres décident de rafraîchir la coupe de leur animal de compagnie (période juin - août).

Les 8 qualités d'un bon toiletteur

La passion est le moteur qui guide les toiletteurs dans le choix de cette profession.

« Ce qui me plait le plus, c’est tout le travail de confiance qu’il y a avec le chien, et vis à vis des maîtres aussi. Et un chien qui est en confiance, c’est un travail qui est facilité, qui est agréable… Je ferai tout pour continuer dans ce métier, qui est un réel bonheur » nous confie Sandrine Guicheteau, toiletteuse canin (voir la video).

Mais ce n'est pas tout ! Le toiletteur doit disposer de qualités spécifiques à son métier.

1. Être robuste
, fort et adroit...

... et précis dans les mouvements, car les dégâts peuvent être assez conséquents !

2. Avoir une patience d'ange et créer une relation de confiance

Être doux et rassurant, des qualités nécessaires face aux animaux peu coopératifs. Il faut savoir les mettre en confiance.

3. Être à l'écoute

C'est un métier de contact par excellence.

4. Avoir un bon coup de ciseaux

6. Être créatif

La tendance actuelle est de proposer des prestations annexes en lien avec le bien-être de l’animal (massages, manuels ou aquatiques, relaxants).

7. Être au courant des nouveautés

Les techniques de toilettage n’ont cessé de progresser ces dernières années : utilisation d'une eau adoucie pour une efficacité maximale des produits de soin, nouvelles technologies de brushing, etc.

8. Avoir des compétences commerciales et des qualités de gestionnaire

Inspensables pour ouvrir son propre salon !

La formation : un bon bagage pour se lancer dans l'aventure

Sachez que le métier est accessible sans diplôme particulier. Un prérequis cependant : avoir une expérience professionnelle auprès des animaux.

Vous pouvez exercer en tant que salarié au sein des salons de toilettage, ou être installé à votre propre compte.


Un métier qui se professionnalise de plus en plus...

... comme nous le confirme Cyrille Georgel, Directeur Général du centre de formation Audreco : « Il faut bien avoir conscience que [toiletteur], c’est un vrai métier, et un métier manuel dans lequel, pour gagner sa vie aujourd’hui, il faut être productif. Et ça, ça passe par une véritable formation gestuelle. »

Le toilettage est aujourd’hui une profession à part entière qui ne s’improvise pas et exige une sérieuse formation. Sandrine Guicheteau : « Il y a des gestes techniques à connaître pour ne pas blesser l’animal, il faut vraiment apprendre le métier sérieusement, de manière à pouvoir l’exercer en toute sécurité, aussi bien pour nous que pour le chien, pour ne pas le blesser ».

Les atouts d'une formation ?

  • Bien connaître la morphologie spécifique des principales races.
  • Connaître les instruments de soins et de toilettage, leur utilisation en fonction des races de chiens, les contre-indications liées aux maladies de la peau.


Vous acquerrez les compétences de base pour exercer, tout en mettant votre motivation à l’épreuve de la réalité. Par ailleurs, suivre une formation est un plus pour se faire embaucher ou pour se constituer une clientèle.

Les certifcations reconnues

Actuellement, il n’existe pas de diplôme d’Etat. Quelques organismes délivrent en France une certification professionnelle, reconnue dans le Répertoire National de la Certification Professionnelle (RNCP).

Autrement, renseignez-vous bien sur les établissements de formation privés (renommée, témoignages des anciens élèves, etc.).

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Google+ (Nouvelle fenêtre)
Formulaire de recherche d'offres

Offres d'emploi