Candidatures spontanées : comment gérer votre vivier de candidats ?

On croit souvent que constituer une CVthèque avec les candidatures reçues est une habitude judicieuse et efficace. Cela n’est pas si sûr. En tout cas, cela n’est pas forcément suffisant. Des conseils pour gérer efficacement les candidatures et revoir notre vision des CVthèques.

Cvthèques et recrutement : état des lieux

Vignette E candidatures spontanées

La Dares l'a constaté dans une récente étude* : la quasi-totalité des employeurs (93 %) déclarent recevoir des candidatures spontanées. Et l'examen de ces dernières sont leur canal de recrutement favori : ils y recourent en effet dans près de sept recrutements sur dix ! Pourtant, elles n'arrivent qu'en 5e position en termes d'efficacité. Quant aux bases de CV internes (entre autres alimentées par ces candidatures) qui sont mobilisées dans 37 % des cas, elles n'ont un taux d'efficacité que de 4 %.
Le nouveau Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), qui entrera en application le 25 mai prochain et qui concerne toutes les entreprises, va d'ailleurs compliquer la constitution et la gestion des CVthèques (plus d’infos sur le site de la Cnil).

Comment alors gérer au mieux ce potentiel de ressources ?

► « D'abord en étant le plus transparent possible sur les métiers dont l'entreprise a besoin et en travaillant en amont sur la marque employeur, ce qui générera des candidatures spontanées plus pertinentes », répond Sandrine Rabilloud, Business Unit Manager Talent Detection chez RegionsJob, acteur de l’emploi en ligne. Expliquez par exemple, sur votre site Internet, votre page Facebook, ou sur votre Page Entreprise sur pole-emploi.fr, quelles sont précisément les missions chez vous d'un responsable de livraison, d'un téléprospecteur ou d'un commercial terrain, en y adjoignant, pourquoi pas, des témoignages de collaborateurs volontaires. Plus vous communiquerez sur les métiers de l'entreprise et ses besoins de compétences, plus vous recevrez des candidatures spontanées de "bonne qualité", mieux qualifiées.

► Tenez également informés ceux qui aspirent à rejoindre votre entreprise des suites données à leur candidature à chaque étape du processus de recrutement. Aux yeux des candidats, en effet, il apparaît encore trop souvent comme une « boîte noire » où les CV se perdent. Ce qui peut être dommageable pour l'image de l'entreprise. Cette démarche impose un suivi rigoureux des dossiers en fonction du statut du candidat : candidature en cours de traitement, profil retenu pour un poste vacant, définitivement écarté… Pour vous faciliter ce travail, il peut être intéressant, même pour une PME, de s'équiper d'une solution de gestion des candidatures permettant, notamment, d'automatiser tout ce processus.

► Enfin, si l'idée de constituer une CVthèque interne est tentante, « il serait illusoire de croire qu'on pourra "réveiller" un candidat qu'on a laissé dormir pendant plus d'un an sans lui donner de nouvelles. D'autant qu'il ne sera sans doute plus en recherche active », ajoute-t-elle. Lorsqu'un profil intéressant ne peut être embauché dans l'immédiat, mieux vaut donc signifier à l'intéressé qu'on souhaite rester en contact, mais de manière différente, « en l'invitant, via une newsletter, un compte Facebook ou Twitter, à suivre l'actualité de l'entreprise ». Ce qui permettra aussi de le tenir au courant des perspectives d'embauche.