Insertion professionnelle : Comment accompagner les personnes les plus éloignés de l'emploi ?

Faire plus pour ceux qui en ont le plus besoin est la priorité de Pôle emploi. C’est pourquoi dans toute la grande région, des actions ciblées étaient proposées en direction des plus fragiles. Retour sur cette édition avec les bénéficiaires et les professionnels.

SORTIR DE L’INSERTION
"J’ai un bac Pro SEN et je suis en chantier d’insertion avec la Mission locale. Si je viens ici, c’est parce que je recherche un emploi autre que via l’insertion."
Arthur 23 ans.


GARDER ESPOIR

"À la recherche d’un emploi depuis 4 ans, je vis aujourd’hui avec l’ASS (allocation de solidarité spécifique). Je n’ai pas de diplôme, mais j’ai un permis Caces. Ce matin, j’ai
rencontré six entreprises et l’une d’entre elle doit me recontacter. Je garde espoir."
Joël, 41 ans.


METTRE EN CONFIANCE
"Nous assurons l’accueil des candidats qui se sentent un peu perdus sur le forum. L’objectif est de les orienter vers les bons stands et de les conseiller sur les points à mettre en valeur lors des entretiens. En résumé, il s’agit de les mettre en confiance."
Marie Edwige Scommegna, conseillère Pôle emploi et Virginie Baudin, psychologue du travail


EMPRUNTER LA PASSERELLE

"Notre public est constitué de personnes en difficulté (RSA, problèmes de mobilité, seniors qui ne trouvent pas de travail et personnes souffrant d’un handicap). Notre mission est de prospecter des entreprises et de leur présenter des candidats. Nous avons un partenariat avec Pôle emploi et les Missions locales.
Annie Courtial, Association intermédiaire Passerelle.


PROPOSER DES MISSIONS D’INTÉRIM
"L’EPI accompagne chaque année en Haute-Savoie, 250 personnes éloignées de l’emploi. Elles sont suivant les cas, orientées chez nous par Pôle emploi, la Mission locale, Cap emploi ou le Département pour réaliser des missions d’intérim (industrie, recyclage déchets, BTP), tout en bénéficiant d’un accompagnement professionnel et social."
Jérémy Rubod, chargé d’insertion professionnelle à l’EPI d’Annecy


INFORMER ET ORIENTER
"Sur ce forum, nous donnons des informations générales sur les formations continues et si les personnes sont intéressées, nous leur proposons un entretien individualisé."
Annick Kepine. MIFE de l’Ain.


FAVORISER L’EMPLOI DURABLE
"L’ACI (atelier et chantier d’insertion) est une ressoucerie (dépôt/vente de vêtements, jouets...) qui emploie 75 salariés. L’objectif est de favoriser le retour à l’emploi durable
de ces personnes qui nous sont adressées par nos prescripteurs (Pôle emploi, Cap emploi, Mission locale, Conseil Général). Au fil des ans, je constate que la précarité augmente chez les femmes et les jeunes, mais c’est surtout flagrant chez les personnes fragiles sur le plan psychique."
Martine Bert, conseil insertion à Bazar sans frontière.

Territoires Zéro Chômage

 Et si l’on réorientait l’argent servant à financer le chômage longue durée (équivalent 75% d’un Smic) vers la création de postes en CDI ?

C’est l’esprit de Territoire zéro chômage, loi d’expérimentation territoriale sur cinq ans, promulguée en février dernier. Objectif : permettre aux personnes les plus éloignées de l’emploi d’accéder à un CDI rémunéré au Smic (temps choisi) dans des secteurs non concurrentiels : valorisation des rémanents forestiers, services à la personne pour un public n’ayant pas les moyens d’y accéder...
À terme, dix territoires seront concernés en France par cette opération. Deux quartiers prioritaires de la Ville de Thiers sont sur les rangs.
Croisé au forum Emploi de Thiers/Ambert, David, 43 ans, au chômage depuis 4 ans, espère que sa ville sera retenue. « C’est Pôle emploi qui m’a informé du projet et je suis emballé. Si Thiers est sélectionnée, je deviendrais coordonnateur patrimoine valorisation et nature. Comme j’ai travaillé 14 ans dans les espaces verts, je commence à avoir de l’expérience. Quand j’ai perdu mon boulot, je n’avais qu’une idée en tête : m’installer à mon compte ;
mais sans argent, c’était impossible. Ce nouveau projet me donne un coup de fouet, car j’ai très envie de transmettre mon savoir à une équipe ».

En Auvergne-Rhône-Alpes, deux territoires sont sélectionnés pour participer à l’expérimentation : Thiers centre ancien /Molles-Cizolles et Villeurbanne Saint-Jean.

Handicap - Et si nous changions de regard ?

TRAVAILLER ENSEMBLE

"L’ADAPT est une association qui gère plusieurs missions dont l’ESAT qui dispose de 105 places dans les centres de formation de Peyrieu et Viriat. Nous accompagnons une quinzaine de personnes dans la construction d’un projet professionnel. Toutes souffrent de troubles cognitifs consécutifs à un AVC ou une maladie cérébrale. L’accompagnement est délocalisé, ce qui signifie que nos équipes (ergothérapeutes, neuropsychologues, moniteurs d’ateliers...) se déplacent au sein même des
entreprises. A chaque salon organisé par Pôle emploi à Bourg en Bresse, LADAPT s’occupe de la buvette. Pôle emploi est un excellent partenaire avec qui nous travaillons pour contribuer à l’insertion professionnelle des personnes atteintes de handicap."
Sandrine Ruy, adjointe de direction de l’ADAPT 01


METTRE LES VALIDES EN CONFIANCE

"Avant, je travaillais dans la bureautique, mais aujourd’hui je recherche un travail dans le conditionnement. Peut-être qu’un jour je pourrai reprendre mon ancien métier.
Chaque chose en son temps. Aujourd’hui, je fais partie de l’ADAPT et ça me plaît beaucoup. Nous réalisons des actions de sensibilisation dans des entreprises avec le
personnel et parfois même avec les clients. Nous l’avons fait notamment avec Décathlon et les magasins Métro.
Concrètement, on met la personne en situation de handicap avec par exemple une main dans le dos. Au début, les gens sont très gênés et je sens qu’au fond d’eux ils
ont peur. C’est à nous de les mettre en confiance. Et ça marche ! Rapidement, ils se décontractent et posent des tonnes de questions. Pour moi, le but de tout cela est de leur faire comprendre que nous avons énormément de choses à donner."
Fatia, 49 ans

FAIRE COUP DOUBLE

"Notre structure accompagne chaque année 2 500 personnes atteintes de handicap, mais nos actions concernent aussi les entreprises. Pendant la semaine de l’emploi, nous avons l’avantage de toucher nos deux publics."
Gaëlle Brugière conseillère emploi recrutement à Cap Emploi Savoie Mont-Blanc.