Reconversion professionnelle – Témoignage

Lolita Gomez, 25 ans, décide de quitter le monde du commerce pour celui du BTP ! Un article qui lève les préjugés.

Le réseau des GRETA de l’académie de Lyon, présent lors de l’événement 1 semaine pour 1 emploi, vous présente une autre manière de trouver un emploi : la formation.

Pour commencer cet article sur les femmes dans les métiers du bâtiment, nous allons étonnamment commencer par vous parler d’un homme : Stéphane Odet.

Stéphane Odet est formateur au GRETA de la Loire depuis 5 ans dans le CAP Peintre-Applicateur de revêtement en alternance . Avant de devenir formateur, Stéphane Odet a exercé pendant 20 ans en tant que peintre et 10 ans à son compte. Autant dire qu’il connaît bien le monde des chantiers ! Un univers qu’il décrit comme assez dur, physiquement éprouvant, et où parfois les préjugés sur les femmes sont encore assez tenaces.

Cette année est une nouvelle expérience pour le formateur. C’est la première fois qu’il accueille 5 filles sur une promotion de 12. Un score pas très loin de la parité homme/femme !

Alors qui sont ces femmes souhaitant exercer un métier dit d’homme ?

Elles sont de tous les âges, de la vingtaine à la quarantaine, et viennent de tous les horizons. Certaines ont décidé de changer de voie professionnelle, de se lancer après une pré certification de 4 mois à la découverte du métier, et d’autres, déjà dans le métier, décident de se perfectionner dans le domaine de la peinture pour élargir leurs compétences.

Zoom sur Lolita Gomez

vignette_greta_actu1Lolita Gomez, âgée de 25 ans, a décidé de changer de métier après son expérience dans le commerce. Ce qui lui manquait dans le commerce : c’était de voir le résultat concret de son travail. Un jour, elle assiste à une journée porte ouverte du GRETA de la Loire qui lui donne envie d’essayer la formation Peintre-Applicateur. Lolita Gomez a toujours aimé ce qui est manuel : pendant ses loisirs elle bricolait déjà, alors se lancer dans cette voie semblait presque naturel.

À propos du métier, Lolita explique honnêtement que cela peut être assez difficile, après tout, cela reste un métier du BTP. Mais ce n’est jamais insupportable, car ce qui la motive avant tout, est d’avoir un métier qui permet de « laisser une trace ». Voir concrètement le résultat de son travail est ce qui plait à la jeune femme : « Quand on est sur un chantier, on peut voir que la maison a changé après notre passage ».


Son entourage a été très surpris par sa décision qui disait que c’était un métier « Pour les garçons ». Aujourd’hui, ses proches voient le résultat du travail de Lolita et sont très fiers d’elle !

Travailler dans le BTP : savoir retrousser les manches

Le CAP Peintre-Applicateur de revêtement n’est pas le genre de formation qui mène à l’image que l’on peut avoir d’un peintre en bâtiment.

« On est loin de l’image du peintre sur son escabeau, c’est un métier du bâtiment » nous explique Stéphane Odet. Remplacez donc cette image par une personne qui a souvent les bras en l’air, qui ponce, qui enduit, qui effectue la pose des revêtements de sol, ainsi que tous types de revêtements muraux comme la toile de verre, les papiers peints, les tissus mais aussi qui porte des sacs de 25 kg et autres charges lourdes comme déplacer des meubles chez les clients…Voilà, là vous êtes plus près de la réalité de ce métier.

Comment les filles s’en sortent dans cette formation ?

« Très bien ! » atteste Stéphane Odet. Ce qui fait leur réussite selon le formateur est que ces 5 filles sont solides, très déterminées, passionnées et ne se plaignent jamais. Elles sont aussi très appliquées dans les travaux de finition qui nécessitent un esprit consciencieux et méticuleux. Quand les filles sont sur les chantiers de leur entreprise d’alternance, le travail est plus difficile mais les filles sont malines et savent se sortir de situations difficiles. « Par exemple, quand il faut porter un sac de 10 kg sur le dos, elle le coupe en deux et le tour est joué ! » illustre le formateur.

Lolita Gomez, en tant que principale intéressée, retient aussi que la formation au GRETA de la Loire est complète et que les stagiaires apprennent l’ensemble des techniques pour être opérationnels sur le terrain.


Pour plus d’informations :
http://www1.ac-lyon.fr/greta/