Jardinier-Paysagiste (H/F)

Partout, la tendance est au vert et les recrutements de jardiniers-paysagistes sont au beau fixe. Bonne nouvelle, ces métiers très complets sont facilement accessibles.

264x230 Jardinier-paysagiste

DU VERT DANS VOTRE QUOTIDIEN
En zones urbanisées, périphériques ou rurales, dans l’espace public, au sein des copropriétés, des zones commerciales ou dans les jardins, une attention grandissante est portée à l’aménagement et à l’entretien des poches de verdure. En 2017, l’Union Nationale des Entreprises du Paysage (Unep) a enregistré une croissance record de la filière de + 4,5 %, avec une activité orientée durablement à la hausse, tirée à la fois par les marchés publics, le secteur de la construction et les particuliers. Auvergne-Rhône-Alpes ne fait pas exception : l’enquête BMO 2018 affiche près de 2 500 projets de recrutement sur l’année, formulés par des entreprises du paysage, des collectivités territoriales, des bureaux d'études ou des syndics de copropriété.
 

UNE PROFESSION AUX MULTIPLES FACETTES…
Difficile d’énumérer de manière exhaustive les missions du jardinier paysagiste, tant elles sont multiples et dépendent des secteurs. Citons la préparation des sols, la plantation de végétaux et l’engazonnement, la fabrication de clôtures ou de constructions paysagères, la mise en œuvre d’un bassin ou d’un arrosage automatique ou encore l’élaboration d’un plan d’aménagement ou d’entretien. Sans oublier la taille des arbres, l’utilisation de fertilisants et de produits phytosanitaires, l’entretien courant du matériel et les relations avec différents intervenants : fournisseurs, services de l'urbanisme, clients.
 

… QUI REQUIERT DE LA POLYVALENCE
Métier d’extérieur, il s’exerce sur différents lieux et requiert souvent des déplacements : le permis B (voiture) ou d’autres permis spécifiques peuvent être requis. Métier complet, il exige des qualités physiques et manuelles, le sens du travail soigné, une certaine aisance relationnelle et une forte capacité d’adaptation face à la diversité des chantiers et aux aléas climatiques.
 

UN MÉTIER DE TOUS LES POSSIBLES
Les postes de jardinier paysagiste sont accessibles avec un CAP Jardinier Paysager, un BEP Agricole en horticulture ou travaux paysagers, ou même sans diplôme sur la base d’une expérience professionnelle. Plusieurs formations complémentaires permettent de se spécialiser ou d’accéder à des fonctions d’encadrement. Nombre d’entre elles sont accessibles en alternance, notamment via les MFR (Maisons familiales rurales), au nombre de 74 sur le territoire d’Auvergne-Rhône-Alpes. Secteur en plein boom, l’aménagement paysager offre des débouchés à tous les parcours : formation initiale, réorientation, spécialisation ou même création d’entreprise. A vous de choisir !
 

Web TV
Graphiste devenu jardinier paysagiste