Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Témoignages

Ensemble pour lutter contre la fracture numérique à Dijon

Le dispositif PANDA #AvecPôleEmploi Ensemble pour lutter contre la fracture numérique à Dijon

« Je recherche, je me connecte »

C’est le thème de l’atelier imaginé par Cécile Emery et Nadège Menetrier, conseillères en évolution professionnelle à l’agence Pôle emploi de Dijon ouest. 
« Nous accompagnons des demandeurs d’emploi de longue durée, qui sont pour la majorité, peu à l’aise avec l’informatique. A l’ère du numérique, il est difficile d’y échapper, y compris pour ses démarches de recherche d’emploi ! Il nous est donc paru essentiel de pouvoir les initier à l’usage de ces outils et ainsi les rendre plus autonomes et plus actifs dans leurs démarches. »

Ensemble, dans la même direction

Limiter la fracture numérique est également l’un des engagements prioritaires de la Municipalité de Dijon pour  le développement de l’information et le dialogue avec les citoyens grâce aux NTIC. Le dispositif PANDA (Points d’Accès Numérique de Dijon et son Agglomération) offre à un large public, les matériels, les outils et l’accompagnement permettant, la pratique du multimédia et d’internet. « C’est en présentant ce dispositif aux participants que nous démarrons les échanges, ainsi la problématique de l’accès aux services numériques est soulevée pour les personnes qui n’ont pas d’ordinateur à la maison » nous explique Cécile. « On va dédramatiser le côté institutionnel de Pôle emploi ! »


Pas d’ordinateur, mais un smartphone...

« Dans un second temps, on va essayer de diminuer leurs craintes en leur montrant que, comme dans leur utilisation personnelle et quotidienne d’applications/ de sites internet sur leur smartphone, leur recherche d’emploi peut et doit aussi passer par là. On va dédramatiser le côté institutionnel de Pôle emploi et de ce fait leur faire décourvrir la largesse des services disponibles ».

Des méthodes d’animation qui évoluent

« Nous travaillons en petit groupe (10 personnes maximum) et nous animons l’atelier à 2 voix. On repère assez vite le niveau de connaissance et de pratique des demandeurs d’emploi pour déterminer leur besoin et adapter notre animation et langage en fonction. L’idée est d’aller à leur rythme et de ne surtout pas les décourager en allant trop vite. On fait quasiment du sur-mesure ! L’atelier leur permet également d’améliorer leur contact avec les autres, chose à laquelle nous n’avions pas pensé au démarrage, l’effet de groupe sur la même problématique crée forcément du lien ! »

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Google+ (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Nouvelle fenêtre)