Comment valoriser les métiers de l'aide à la personne ?

Allier utilité, accompagnement, service et inclusion : devenir aide à domicile est l’opportunité
de travailler dans un secteur qui recrute, au service de ceux qui en ont le plus besoin.

Comment valoriser les métiers de l'aide à la personne ?

Pôle emploi L’Île-Rousse et l’ADMR Balagne ont signé un contrat de services pour promouvoir ce métier d’avenir.
« Faire connaître le métier auprès d’un public plus masculin sera l’un de nos prochains objectifs car nous sommes convaincus, avec l’ADMR, que les hommes ont toute leur place dans ce métier.
Ça peut être aussi l’une des réponses aux difficultés de recrutement du secteur en augmentant le nombre de profils intéressés. » - Valérie Samson, conseillère Pôle emploi L’Île-Rousse

« Nous sommes leur seul lien social »

C’est à se demander si Jacques Rinaldi n’a pas vécu plusieurs vies. Après l’obtention de son Bac, il rejoint l’armée pendant cinq ans. Ce natif de la Corse poursuit sa carrière professionnelle dans l’hôtellerie-restauration de luxe.
Autant d’expériences qui lui ont permis de « faire, au moins, deux fois et demie le tour du monde ».
Toujours en quête de renouveau, et après la naissance de son troisième enfant en mai 2020, Jacques Rinaldi se verrait bien professeur des écoles : il prépare le concours, bien déterminé à prendre cette nouvelle voie professionnelle. « Malheureusement, au même moment, je perds mon papa brutalement, en 10 jours. »
C’est le déclic : Jacques se tourne vers le secteur du médico-social et des services à la personne, encouragé par sa femme : « J’ai postulé pour travailler comme aide à domicile à l’ADMR de Balagne. J’ai envoyé mon CV le lundi et le lendemain je commençais ma mission. Ma Motivation, je la puise dans le fait que j’aurais aimé que des gens comme nous soient là pour accompagner mon papa. »

Depuis 8 mois, Jacques Rinaldi « s’éclate auprès des bénéficiaires. Il n’y a pas de routine car le moral des personnes que je visite varie d’un jour à l’autre. Je suis là pour les rassurer quand ça va moins bien, c’est important pour eux ». L’aide à domicile explique que son métier « ne se résume pas qu’au ménage. Nous aidons les bénéficiaires dans leurs tâches administratives, dans la préparation des repas, pour faire les courses également. Certains ont peur de l’abandon ou n’ont plus de famille : nous sommes leur seul lien social. »

Un recrutement dans le cadre du PEC ?

D’ici 2022, 160 000 postes d’aide à domicile seront créés. Pour cause : la demande est croissante, de plus en plus de personnes souhaitent rester à domicile. Mais le métier, lui, est en tension : « Nous avons perdu 10 % de nos effectifs à cause de la crise du Covid-19 et du pass sanitaire, souligne Sonia Gaiat, chargée du recrutement chez ADMR Balagne.
Notre partenariat avec Pôle emploi s’est renforcé ces dernières années pour revaloriser un métier qui souffre de nombreux préjugés mais qui offre de réelles opportunités. » Un contrat de services a été signé entre les deux parties.
Objectifs : mettre en place des actions de recrutement, informer sur les dernières mesures gouvernementales, promouvoir les métiers et fidéliser les équipes.
« Nous proposons une rencontre trimestrielle avec l’ADMR pour faire un point sur leurs besoins et pour organiser des réunions d’information collective et des recrutements en agence, explique Valérie Samson, conseillère Pôle emploi Île Rousse.
Dans notre agence, quatre conseillers sont impliqués dans le recrutement pour l’ADMR. »
Avec des besoins constants, Sonia Gaiat met toutes les chances de son côté : « Je suis ouverte à tous les profils, même les débutants ou les personnes en reconversion professionnelle.
Le seul critère est de vouloir aider les gens dans le besoin avec de l’empathie. » Dans le cadre du dispositif Parcours Emplois Compétences (PEC), destiné à favoriser l’insertion des personnes éloignées de l’emploi, l’ADMR s’engage à former ses salariés en interne et à les faire monter en compétences grâce à une coordinatrice de parcours.
« Fidéliser nos équipes est aussi un grand défi : c’est pourquoi nous nous adaptons à chacun en proposant des contrats en CDD ou CDI, temps plein ou temps partiel : c’est presque du sur-mesure. »
Dans une profession à 90 % féminine, l’histoire de Jacques Rinaldi est atypique.
Pourtant, il a tout de suite été accepté par les bénéficiaires et a tissé des liens très forts avec eux : « Jacques est le parfait exemple que les hommes ont toute leur place dans ce métier, insiste Valérie Samson de Pôle emploi.
Nous avons d’ailleurs tourné une vidéo avec lui, visible sur le site de Pôle emploi, en expliquant son parcours et son investissement au sein de l’ADMR pour donner envie à d’autres de suivre un même parcours. »
Jacques Rinaldi lui, en est certain : « Si vous avez, au plus profond de vous, l’envie d’aider votre prochain, n’hésitez pas. Rejoignez l’ADMR, vous serez épanouis ! »