De grands besoins impliquent de grands moyens

Les besoins en recrutement d’opérateurs de production sont nombreux chez Stanley Black & Decker. Face à la pénurie de main-d’œuvre, la méthode de recrutement par simulation (MRS), proposée par Pôle emploi, permet d’étendre l’embauche à des profils plus variés, en se fiant aux aptitudes des candidats.

« La MRS nous permet d’accueillir des personnes débutantes dans le secteur de l’industrie et de les former en interne, à nos techniques. L’objectif est de pérenniser ces emplois. » Justine Leroy – Responsable des ressources humaines chez Stanley Black & Decker (Feuquières-en-Vimeu).

Élargir le sourcing
Face à une activité en constante évolution, l’entreprise Stanley Black & Decker cherche à recruter une vingtaine d’opérateurs de production pour constituer une équipe de nuit : « C’est une entreprise qui se développe bien et régulièrement », souligne Jérôme Choquet, conseiller en recrutement équipe entreprise MRS à Pôle emploi. Pourtant, l’entreprise fait face à des difficultés de recrutement : « Nous ne trouvons plus de profils avec les compétences demandées, reconnaît Justine Leroy, responsable des ressources humaines chez Stanley Black & Decker. C’est pourquoi nous nous tournons vers d’autres modes de recrutement, comme la MRS, qui nous permet d’élargir le sourcing des candidats. » Des propos confirmés par le spécialiste MRS : « Nous avons travaillé à plusieurs reprises avec Stanley Black & Decker ces dernières années. La mise en place a eu lieu en 2019 et le dernier recrutement par MRS s’est déroulé en novembre dernier. L’entreprise s’ouvre à d’autres méthodes et accepte de recevoir des personnes avec peu ou pas d’expérience, c’est une démarche proactive. »

Se centrer sur les aptitudes des candidats
« Avec la MRS, le CV, l’âge, l’expérience ne comptent pas. Les demandeurs d’emploi passent une évaluation permettant de juger leur aptitude sur le poste à pourvoir. Si les tests sont concluants, les candidats sont reçus en entretien. C’est une méthode de recrutement qui sort des sentiers battus et qui fait ses preuves régulièrement », affirme Jérôme Choquet. La motivation, l’autonomie, la minutie, la capacité à lire un plan et à se repérer dans l’espace sont autant d’habiletés à repérer chez les candidats, indispensables au poste d’opérateur de production. « La MRS nous permet aussi de gagner un temps précieux : lors des réunions d’information collectives, nous présentons l’entreprise et le poste, et chacun est libre de se présenter aux tests ou non. Nous savons que si les candidats décident de poursuivre avec les exercices MRS, c’est qu’ils sont intéressés par l’offre d’emploi », ajoute Justine Leroy.
Plusieurs recrutements sont prévus au printemps : « Nous proposons, dans un premier temps, des contrats en intérim, souligne la responsable des ressources humaines de Stanley Black & Decker. Mais les opportunités de carrière sont réelles : en décembre dernier, nous avons titularisé 11 intérimaires en CDI. » Stanley Black & Decker a aussi participé à l’action Stade vers l’emploi consistant à faire se rencontrer employeurs et candidats lors d’épreuves sportives sans que l’on identifie qui est qui. « L’entreprise était assez satisfaite de la richesse des profils rencontrés lors de cet événement », se réjouit Stéphanie Lelong, du service entreprise de l’agence Pôle emploi de Friville- Escarbotin. « Actuellement, notre principal challenge est d’identifier des candidats, car le taux de chômage est bas. La MRS et Stade vers l’emploi deviennent donc des actions particulièrement adaptées pour recruter, car elles permettent d’élargir le recrutement au-delà de ce qui figure dans les CV et se basant sur les aptitudes des candidats », conclut la conseillère Pôle emploi.