Un partenariat gagnant-gagnant entre Pôle emploi et Rocket School

Pilotée par Pôle emploi, la préparation opérationnelle à l'emploi Individuelle (POEI) est un dispositif qui permet aux employeurs de former un futur collaborateur. Via l’école Rocket School, Nadine Salima Blondiaux a pu intégrer avec succès la start-up Mariloo.

Principal avantage : le demandeur d’emploi est assuré d’être embauché. Dans un secteur en tension comme les métiers du numérique, le POEI est un outil efficace de retour à l’emploi.

Rocket School, excellence et inclusivité

Fondée en 2018 à Paris, cette école dispose désormais d’une antenne roubaisienne. Sa vocation naît d’un double constat : les start-up manquent de profils adaptés notamment de business developer (responsable du développement). « Les écoles de commerce ou d’ingénieurs proposent des études supérieures de qualité, elles demeurent néanmoins peu inclusives », avoue Guillaume Gaboury directeur de Rocket School Lille. « Les profils qui intègrent ces établissements sont souvent similaires. »
L’ADN de Rocket School contient donc cette volonté d’accompagner des personnes aux parcours variés et notamment des personnes en reconversion. Corrélativement, Pôle emploi cherchait à orienter des demandeurs d’emploi vers les métiers du numérique. C’est un partenariat donc naturel qui s’est bâti entre les deux établissements. L’école accueille des profils éclectiques, issus de formations longues (licence ou master), ou sans le bac, de 20 ans à 52 ans pour la récente promotion. « Le recrutement se fait d’abord sur la personnalité ! », conclut-il.

POEI : un retour à l’emploi réussi

Nadine Salima Blondiaux a pu bénéficier du dispositif. Successivement spécialisée en gestion de projets fonctionnels, copywriter et auto-entrepreneuse, Nadine Salima Blondiaux a cherché un rebond professionnel. Contactée par Pôle emploi, elle a réalisé avec un conseiller un entretien au cours duquel lui a été présenté le partenariat avec Rocket School. Via un POEI, une reconversion vers les fonctions de business developer lui a été proposée. « C’est souvent très compliqué de monter ce type de dossier. J’ai été étroitement accompagnée dans la signature du POEI, ainsi que dans la demande de financement auprès de l’Opco. Ça a été très fluide ! » Le boot camp organisé par l’école a complété sa motivation : « C’était très énergisant, tous les aspects du business developper ont été abordés ; j’ai notamment appris à opti-miser mon personal branding sur LinkedIn. Trois offres d’emploi m’ont été proposées par ce biais ! »
Parallèlement, la start-up Mariloo installée à Euratechnologies Lille et spécialisée dans la location des lieux publics cherchait des profils de développeurs commerciaux. Marion Desprez, sa directrice, vante la collaboration : « Nous connaissons une croissance forte. Mais les profils commerciaux rencontrés ne répondaient pas à notre besoin. Nous avions besoin de profils spécialisés dans l’acquisition de clients via des canaux digitaux. »
adine Salima Blondiaux désormais formée à ces métiers a ainsi pu rejoindre la start-up en janvier dernier.