Quand SOCABAT recrute et donne sa chance à trois jeunes réfugiés : une belle histoire dans les Hautes-Pyrénées (65)

Rencontre avec Raymond Campo - président & directeur général de SOCABAT, Nasser - un des jeunes recrutés et Yannick Dancausse - conseiller entreprise au Pôle emploi de Lannemezan (65)

Monsieur Campo, pourquoi faire appel à Pôle emploi Lannemezan ? Pourquoi recrutez-vous actuellement ?

Raymond Campo, président-directeur général de SOCABAT :
J’ai créé en 1991 une entreprise dans le secteur du bâtiment, génie civil, remontées mécaniques, maçonnerie pierres, charpente couverture, menuiseries à Vignec, près de Saint Lary Soulan.
Je cherchais à recruter des maçons pour réaliser des chantiers en milieu montagnard. Je confie régulièrement mes recrutements à Pôle Emploi Lannemezan, où je dépose toujours mes offres.
Je suis adhérent à la fédération du bâtiment des Hautes Pyrénées et dans ce cadre je suis intervenu au sein de l’AFPA de Tarbes pour parler aux stagiaires en formation de nos métiers et activités. J’avais identifié dans le cadre d’un petit-déjeûner trois jeunes qui semblaient motivés par le métier de maçon. Ils avaient besoin de faire un stage.
J’ai donc pris contact avec la mission locale de Tarbes qui les suivait ainsi qu’avec Yannick Dancausse, notre conseiller entreprises à Pôle emploi Lannemezan pour finaliser ces embauches. Il a pu me conseiller sur les dispositifs jeunes à mettre en place et j’ai recruté MM Mohamed Osman, Kanda Sofit et Ibrahim Labit le 30 novembre dernier, dans le cadre d’un CUI dénommé PEC Jeunes à travers un CDD de 12 mois.
Je suis ravi de les accueillir et de les former concrètement dans notre entreprise, ils sont tous les trois très volontaires. Nous avons souhaité pour une meilleure intégration sur le territoire qu’ils logent sur place, nous avons accompagné leur installation dans un logement à proximité de l’entreprise que nous avons aménagé pour eux..

Nasser, pourquoi avec Ibrahim et Kanda travailler dans ce secteur du bâtiment ?

Nasser Mohamed Osman, 21 ans :
Je suis Soudanais, il y avait la guerre dans mon village Evan. Je parle aujourd’hui aussi pour mes deux amis. Comme Kanda, je suis passé en Lybie où j’ai fait sa connaissane. Nous avons travaillé gratuitement. Nous avons décidé de prendre un bateau et sommes restés 8 jours en mer, pour arriver à Malte. Dans l’accueil que nous avons eu sur place, nous avons eu différents entretiens et choisi de venir en France.
Après une arrivée à Charles-De-Gaulle le 5 juillet 2018, (c’était le lendemain de son anniversaire), nous avons été transférés à Toulouse puis installés à Tarbes.
Nous avons rencontré Ibrahim dans le cadre de notre formation à la langue française. Nous avons ensuite fait une formation de maçonnerie, et nous avons rencontré M. Campo. Nous voulions travailler et apprendre, son accueil à la SOCABAT est incroyable.

Et du côté de Pôle emploi ?

Yannick Dancausse, conseiller entreprise au Pôle emploi de Lannemezan :
M. Campo est un employeur qui fait confiance à Pôle emploi. Dans cette histoire, l’ensemble des acteurs a joué un rôle dans la réussite de ces recrutements : L’AFPA au travers de la formation, la MLI pour la détection des jeunes et la FFB pour la promotion des métiers. Je suis satisfait non seulement que l’employeur ait pu recruter, mais aussi ouvrir ses portes à ces jeunes. Il existe d’autres offres d’emploi à pourvoir chez SOCABAT...Nous avons pu réaliser cette action aussi grâce aux outils digitaux, la connexion à distance notamment, dans cette période particulière nous a permis de ne pas perdre de temps et de pouvoir finaliser et réussir ce recrutement.

netb_bandeau_lannemezan_batiment.png