Quand Brico Dépôt recrute des jeunes (66)

Rencontre avec Gaëlle Dejeux - RRH Brico Dépôt Région Ouest et  Alexandra & Vladyslav - jeunes recrutés

Madame Dejeux, pourquoi faire appel à Pôle emploi Perpignan ? Pourquoi recrutez-vous actuellement ?

Gaëlle Dejeux RRH – Brico Dépôt Région Ouest (son territoire couvre Nouvelle Aquitaine et une partie de l’Occitanie) :
J’avais pour objectif de réaliser 35 recrutements de vendeurs sur le périmètre géographique que je couvre. À cette heure, 30 sont déjà réalisés. Je confie l’ensemble de ces recrutements à Pôle emploi et suis ravie de cette collaboration. Je devais recruter des vendeurs. Roger, conseiller entreprises, et Blandine ont convié 36 jeunes à une information collective. Après les étapes de recrutement, cinq jeunes ont été sélectionnés et retenus, qui débuteront en janvier 2021 en contrat d’apprentissage au magasin de Claira.

Ces recrutements sont liés à l’essor du Drive, tendance qui a été accélérée par la crise sanitaire.
L’alternance, c’est culturel dans notre entreprise, mais c’est la première fois que je me lance sur ce niveau Bac. À l’accoutumée, ce sont plutôt des Bac+2 ou Bac+3 que je recrute en alternance pour les faire évoluer vers des postes de chefs de rayon puis de magasins. Pour le volet formation, nous avons aussi travaillé avec l’AFPA. Les jeunes suivront donc une formation de vendeur conseiller professionnel, les conduisant à l’obtention d’un titre professionnel de Niveau IV.

Alexandra Dechavanne, Vladyslav Manirko, pourquoi travailler dans le secteur du commerce ?

Alexandra Dechavanne, 22 ans :
J’ai effectivement été recrutée en contrat d’apprentissage au magasin de Claira. J’avais fait un service civique au sein du service documentation à la Mission Locale de Perpignan.
Dans un contexte de crise, je recherchais un emploi et j’ai vu l’offre de vendeuse publiée par Pôle emploi. J’avais déjà une expérience en magasin et je savais être une bonne vendeuse, car j’avais eu plusieurs contrats de ce type. J’ai voulu tenter. Et j’ai réussi les trois entretiens.
Je suis contente d’intégrer Brico Dépôt car c’est un emploi sûr, et grâce à la formation je vais avoir mes qualifications notamment CACES, et c’est un plus.

Vladyslav Manirko, 26 ans :
J’ai une formation de décorateur, et j’avais fait plusieurs petits boulots dans la restauration avec des contrats courts. Je recherchais un emploi stable avec possibilité d’évolution, j’ai vu l’offre d’emploi et j’ai candidaté.
Ce qui me plait chez Brico dépôt, c’est l’organisation bien structurée de l’entreprise et mon rôle de conseil en tant que vendeur auprès des clients. Je pourrai aussi m’investir pour évoluer.

Et du côté de Pôle emploi ?

La satisfaction du besoin émis par l’entreprise Brico Dépôt et le retour à l’emploi de ces cinq jeunes en contrat d’apprentissage avec la formation AFPA à la clé est pour nous l’essentiel. Il est important de souligner que ce recrutement a été réussi grâce à la mobilisation des équipes des trois agences du bassin.
Le sixième candidat qui a été validé pourrait rejoindre un autre magasin prochainement.

netb_bandeau_perpignan-bricodepot.png