Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Un atout régional

Présentation du chantier ITER et les différentes étapes

Un projet de recherche international

En France, dans le département des Bouches-du-Rhône, 35 pays sont engagés dans la construction du plus grand tokamak jamais conçu.
ITER est un projet de recherche international visant à démontrer la faisabilité scientifique et technologique de l'utilisation de la fusion comme source d’énergie. Les résultats du programme scientifique d'ITER seront décisifs pour ouvrir la voie aux centrales de fusion électrogènes de demain.
La production et la domestication d’une telle énergie est cruciale pour notre avenir, compte tenu de la raréfaction des énergies fossiles et de leur impact sur notre environnement.*
Les membres d'ITER (la Chine, l'Union européenne, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis) ont mis en commun leurs ressources pour réaliser la construction de ce qui deviendra le plus grand centre de recherche international pour la fusion. Ce projet représente des opportunités économiques pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Pour en savoir plus sur le projet, consulter le site d'ITER

ITER, un projet international

L'Accord ITER, conclu par les signataires en 2006, stipule que les sept Membres partagent le coût de la construction, de l'exploitation et du démantèlement de l'installation. Ils partageront également les résultats expérimentaux ainsi que toute propriété intellectuelle générée par la phase d'exploitation, prévue de 2022 à 2042.

L'Europe assume la plus grande partie du coût de construction (45,6 %) de l'installation; la part restante est assumée de manière égale par la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis (9,1 % chacun).

La contribution des Membres se fait essentiellement « en nature », sous forme de fourniture de bâtiments, pièces et systèmes à ITER Organization.

Les collectivités territoriales de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur participent également au financement de la construction d’ITER.
 

ITER entre aujourd’hui dans une phase de réalisation concrète

Progrès des fabrications et de la construction

Depuis le mois de janvier 2016, 36 étapes programmatiques définies par le Conseil (« Council milestones ») ont été franchies. Conformément au planning, la « couronne » de béton armé sur laquelle reposera le tokamak a été finalisée par l’Agence domestique européenne Fusion for Energy au mois d’août 2018 ; au mois d’août également, trois réservoirs de drainage fournis par les Etats-Unis et quatre réservoirs de décharge fournis par la Chine ont été mis en place dans le Bâtiment tokamak ; le premier des quatre secteurs de la chambre à vide que doit fournir la Corée est réalisé à 80% ; la Russie a finalisé la production de câble supraconducteur destiné au système magnétique poloïdal de la machine ; l’Inde est sur le point de terminer la fabrication de la base et du cylindre inférieur du cryostat. Le bobinage des aimants de champ toroïdal, les tests cryogéniques et l’insertion des bobinages dans leur boîtier progressent de manière soutenue en Europe et au Japon.
 

Préparation pour la phase d’assemblage

Le Conseil a pris acte des mesures mises en place par ITER Organization pour préparer la transition vers la phase d’assemblage. La fréquence des livraisons sur site des éléments de la machine s’accélère. Leur mise en place se poursuivra dans l’année qui vient, tandis que l’assemblage des plus grosses pièces commencera en 2020.

Un impact important en matière d’emploi

Environ 3 500 personnes travaillent aujourd'hui pour le programme ITER à Saint-Paul-lez-Durance (personnel ITER, sous-traitants, personnel intérimaire, personnel de l'Agence Domestique européenne F4E et leurs sous-traitants, ouvriers). Avec leur famille, ils contribuent à la vie économique de la région.

ITER est aujourd’hui l’un des plus grands chantiers d’Europe sur lequel interviennent plus de 2000 ouvriers, techniciens et ingénieurs appartenant à plus de 450 entreprises françaises à plus de 80%.

A partir de 2017 et jusqu'en 2019 les travaux de construction et d'assemblage de la machine devraient mobiliser entre 3000 et 4 000 personnes (source / iter org « foire aux questions »).

Le calendrier des différentes étapes du projet

Une étape importante a été franchie par le programme ITER au mois de novembre 2017: la finalisation de 50% du périmètre total des réalisations indispensables à la production du premier plasma (plus d'information ici). A la fin de l'année 2018, le programme avait réalisé près de 60% de tout le travail à accomplir.

Progrès du chantier : dates-clés

2006 : Signature de l'Accord ITER

2007-2009 : Préparation de la plateforme (déboisement, nivellement)

2010-2014 : Fondations du Complexe tokamak

2014-2021 : Construction du Bâtiment tokamak (accès dès 2019 pour les premières opérations d'assemblage)

2010-2021 : Construction de l'installation ITER et des bâtiments auxiliaires nécessaires au Premier Plasma

2015-2021 : Transport (via l'Itinéraire ITER) et livraison sur site des éléments

2020-2025 : Assemblage phase 1

2024-2025 : Tests intégrés et mise en exploitation

Décembre 2025 : Premier Plasma

2035 : Opération en deuterium-tritium

 

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Google+ (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Nouvelle fenêtre)