Mettre en adéquation l’offre et la demande grâce à l’AFPR

En répondant de manière ciblée aux besoins des entreprises, l’action de formation préalable au recrutement (AFPR) gérée par Pôle emploi a démontré son efficacité pour pourvoir des postes en tension de recrutement. Le taux de retour à l’emploi est de 85 % dans les six mois après une AFPR.



Tomate et Piment - Chartres.jpg

« J’ai recours depuis longtemps à l’action de formation préalable au recrutement pilotée par Pôle emploi pour embaucher des serveurs et des serveuses. Ce dispositif est particulièrement efficace car il permet au demandeur d’emploi de s’immerger directement et rapidement dans le métier, pour aboutir immédiatement à la signature d’un contrat de travail s’il fait ses preuves. » Louis-Martin Bonvin, patron du restaurant Tomate et Piment à Chartres.
 


Parcours sur mesure

L’action de formation préalable au recrutement est une aide au financement d’une formation préalable à l’embauche. Avec une même finalité : permettre au demandeur d’emploi d’acquérir les compétences professionnelles requises pour occuper l’emploi correspondant à l’offre déposée par une entreprise auprès de Pôle emploi. « En répondant de manière ciblée aux besoins de l’entreprise, l’AFPR a démontré son efficacité pour pourvoir des postes en tension de recrutement », indique Aurélie Gasselin, chargée des relations entreprises à la Direction territoriale Pôle emploi d’Eure-et-Loir. « Concrètement, Pôle emploi construit avec l’entreprise un parcours sur mesure adapté au poste de travail et au candidat. Avec nos aides à la formation, les futurs candidats peuvent bénéficier d’une formation allant jusqu’à 400 heures, en interne ou en externe à l’entreprise. »
Rapide à mettre en œuvre, l’AFPR va permettre de répondre à la carte pour un projet d’embauche qui vise un CDD de 6 mois à moins de 12 mois, un contrat de professionnalisation de moins de 12 mois, ou un contrat de travail temporaire d’au moins 6 mois au cours des 9 mois suivant la formation. « Sur la région Centre-Val de Loire, 85 % des demandeurs d’emploi qui ont bénéficié d’une AFPR, ou d’une POE (préparation opérationnelle à l’emploi) occupent un emploi six mois après la formation. C’est un taux que l’on ne retrouve pour aucune autre action de développement des compétences », ajoute Aurélie Gasselin.



Une sécurité pour l’employeur et le demandeur

Une réelle force sur laquelle il faut s’appuyer comme le recommande Louis-Martin Bonvin, patron du restaurant Tomate et Piment à Chartres, un établissement qui offre une capacité de 100 couverts pour un effectif de 11 personnes dont 3 apprentis.

Tomate et piment 3 - Chartres.jpg« Je recrute de longue date via l’AFPR, en lien avec Pôle emploi, sur des postes de serveur, un métier particulièrement en tension où il faut être souriant, logique, mais aussi faire preuve d’une vraie motivation. On sait que les personnes sont sans expérience mais c’est préférable car je peux les former comme je le souhaite. Je considère en fait ce dispositif comme une période de stage et d’essai, généralement 15 jours. C’est très efficace car je chapeaute moi-même la personne en situation de travail, et je me rends compte rapidement si la fonction lui convient. Cette formule conduite avec Pôle emploi fonctionne bien, c’est une sécurité à la fois pour le demandeur et l’employeur, chacun y trouve son compte pour ne pas faire d’erreur. Et très clairement, sans cette prise en charge de Pôle emploi sur l’aide à la formation, j’hésiterais aujourd’hui à recruter des demandeurs d’emploi débutants. »



* https://entreprise.pole-emploi.fr/accueil/description/afpr
* https://www.pole-emploi.fr/employeur/aides-aux-recrutements/les-aides-a-lembauche.html