Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Les dispositifs

Quiz : connaissez-vous l’alternance ?

L’alternance permet de travailler dans une entreprise tout en préparant un diplôme ou une qualification dans une école. Mais savez-vous vraiment comment ça marche ? On vous aide à démêler le vrai du faux.

L’alternance ne s’adresse qu’aux jeunes

FAUX Si l’alternance concerne bien les jeunes âgés de 16 à 25 ans, elle s’adresse aussi aux personnes plus âgées, par exemple aux demandeurs d’emploi de plus de 45 ans. Dans certains cas, il n’y a aucune limite d’âge : personnes handicapées, futurs créateurs ou repreneurs d’entreprise, sportifs de haut niveau.

L’alternance, c’est surtout pour les CAP et BEP

FAUX L’alternance est possible pour presque tous les diplômes, du niveau CAP/BEP au bac+5. D’ailleurs, la part des alternants préparant un BTS, une licence ou un master ne cesse de grandir.

L’alternance se limite aux métiers du bâtiment et de l’industrie

FAUX L’agriculture, le commerce, la banque, l’assurance, l’hôtellerie-restauration, le numérique, la communication…, et même les secteurs publics et associatifs, ils sont tous ouverts aux alternants.

En alternance, c’est l’employeur qui fixe le salaire

FAUX La rémunération est réglementée, elle est fixée en pourcentage du SMIC et dépend de l’âge et du niveau de formation visé. Bon à savoir : le salaire n’est pas imposable dans la limite du SMIC.

Pendant l’alternance, l’apprenti est considéré comme un salarié

VRAI Il bénéficie des mêmes droits : congés payés, RTT, sécurité sociale et mutuelle, frais de transport, droits aux allocations chômage et à la retraite.

L’alternance augmente les chances de trouver un emploi

VRAI 70% des apprentis trouvent un emploi 7 mois après leur formation, 30% à 40% créent leur propre entreprise. La grande majorité (59%) est en CDI ou en CDD (26%).

On est là pour vous ! #29 - C'est quoi l'alternance ?

Réforme de l’alternance : un contrat de professionnalisation plus long

L’alternance recouvre deux types de contrat : le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation. Depuis le 1er janvier 2019, la durée de ce dernier contrat est prolongée à 3 ans contre 2 ans auparavant :

  • si vous n’avez pas de CAP, BEP ou le bac
  • si vous avez plus de 26 ans et êtes inscrits depuis plus d’un an à Pôle emploi,
  • si vous êtes bénéficiaires des minimas sociaux (RSA, ASS, AAH),
  • si vous avez bénéficié d’un CUI.

En cas de rupture du contrat, vous pouvez continuer à suivre votre formation pendant 6 mois au lieu de 3 mois.

 

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Nouvelle fenêtre)