Accéder aux espacesBloc fermé
Changer de régionBloc fermé
Animation

Panorama des métiers de l'animation socioculturelle

Les domaines d’intervention dans le secteur de l'animation socioculturelle sont très larges : activités culturelles et éducatives, activités physiques et sportives, développement d’actions d’insertion, … Ainsi, il n'y a pas « un », mais « des » métiers de l’animation. Aperçu de quelques métiers qui composent le secteur.

Des champs d'application très variés

L'animation socioculturelle ne se limite pas à un simple encadrement d’enfants au sein de centres de loisirs ! Les champs d’application recouverts sont nombreux. Les métiers d'animation s'exercent :

  • auprès de publics différents (enfants, adolescents, personnes âgées, public en difficulté, ...),
  • dans des structures diverses (associations de quartiers, maisons de retraites, centres sociaux, ...),

Les domaines d'intervention sont étendus (artistique, social, domaine sportif, environnement, multimédia ...), si bien qu'il n' y a pas « un », mais « des » métiers de l’animation : animateur périscolaire, animateur pour personnes âgées ou dépendantes, ...

Néanmoins, l'objectif commun à tous ces métiers : favoriser l'épanouissement du public auprès duquel il intervient, développer l'expression, les échanges, la créativité et la sociabilité.

L'animateur prend le temps d'écouter son public, pour construire une relation de confiance. Après avoir défini les besoins, les attentes et repérer les difficultés, il conçoit, propose et met en œuvre des animations personnalisés.

Les tâches de l'animateur sont variées, et dépendent de ses fonctions et son expérience : outre l'animation auprès du public, il peut travailler sur des événements locaux, mettre en place des partenariats, gérer un service ou une structure...
 

Un vaste éventail de métiers

  • L'animateur / l'animatrice de loisirs auprès d'enfants et d'adolescents

Cet animateur (fiche ROME G1203) organise et met en œuvre des activités récréatives auprès d'enfants ou d'adolescents, selon la spécificité de la structure (accueil périscolaire, centres de vacances, de loisirs, ...).

Il peut encadrer un groupe d'enfants ou d'adolescents lors de séjours avec hébergement, et coordonner l'activité d'une équipe.
Enfin, après quelques années d'expériences et des formations, l'animateur peut diriger un centre de vacances ou de loisirs pour enfants ou adolescents.

Besoin de plus d'informations ? Consultez le témoignage de Vitoria et Julien, animateurs pour enfants, sur Pôle emploi TV.

Animateurs de loisir auprès d'enfants et d'adolescentsTémoignage

Vitoria : « Faut être très physique, faut adorer les enfants, faut adorer le travail avec les enfants, faut avoir la patate ! ».

Julien : « Le plus important, dans toutes les activités que l’on va faire, c’est la sécurité pour l’enfant. Toute la journée, on accompagne des enfants, mais ce n’est pas de l’improvisation. C’est avec l’équipe qu’on organise bien avant les programmes, on organise les activités qu’on va faire. (…) » 

Les évolutions possibles ?

Vitoria : « Être responsable d'animation après, ou rester avec les enfants ».

Julien : « Je pourrais passer, d'ici quelques années, second d'animation, le bras droit du responsable d'animation. Pourquoi pas aller jusqu'à chef d'animation. Après, on peut passer responsable du Village. »

  • L’animateur ou animatrice socioculturel(le)

Rôle de l'animateur socioculturel (fiches ROME associées : G1202 et K1206) : mettre en œuvre des actions d'animations sociales et culturelles, en vue de favoriser la créativité et la socialisation de son public (enfants, adolescents, personnes âgées), faciliter les échanges, l’expression.

L'animateur socioculturel organise des activités d'animation sociale et culturelle (initiation au théâtre, sorties au musée ou montage de festivals artistiques).

Il conçoit des projets d’animation sociale (montage de festivals artistiques, événements de quartier, etc.), participe à la mise en œuvre de partenariats locaux.

L'animateur socioculturel peut aussi informer sur les mesures sociales telles que le RSA (revenu de solidarité active), participer à l'alphabétisation, conseiller les personnes en difficulté, les diriger vers d'autres travailleurs sociaux… Dans certaines situations conflictuelles, il joue parfois un rôle de négociateur entre groupes ou individus.

Les structures dans lesquelles il pourrait exercer ? Une association de quartier, un foyer, une MJC, un centre de loisirs, un organisme de vacances, un hôpital… Le choix est vaste !

Formations possibles : BAPAAT (brevet d'aptitude professionnelle d'assistant animateur technicien) ; BPJEPS animation culturelle ; licence professionnelle spécialisée dans l'animation ; DUT Carrières sociales option Animation sociale et socioculturelle, etc.

Témoignage de Naïma, animatrice socioculturelle

Polyvalente, Naïma est une animatrice qui s'occupe de jeunes de 15-25 ans dans toutes leurs demandes.

« Les jeunes viennent avec des problématiques très variées : je cherche un logement, je cherche à faire du sport, du théâtre. Cela peut être : j'ai un problème de santé , je ne sais pas à qui m'adresser ; j'ai besoin d'aide financière, à qui je dois demander ? On est des médiateurs, des informateurs, au niveau social et culturel. »

Naïma gère également des projets de plus grande envergure (événements, prévention de santé, grand tournoi sportif inter-quartier...). Une grande varité de projets, qui touchent différentes thématiques.

  • L'animateur(trice) pour personnes âgées ou dépendantes

L'animateur en gérontologie (fiche ROME K1206) intervient auprès de personnes âgées, qu'elles soient ou non dépendantes. Ses objectifs : favoriser le bien-être des résidents de la structure, et leur permettre de retrouver, de conserver ou de développer une vie sociale au sein de la structure en organisant des activités.

Ses principales activités se répartissent en trois fonctions :

1- Fonction d'accompagnement : il recueille les besoins, désirs et attentes des personnes âgées, puis propose et met en place un accompagnement personnalisé des résidents.

2- Fonction d'animation : il définit des projets d'animation personnalisées (individuelles ou collectives), en collaboration avec l'équipe (personnel de soins, équipe de cuisine, personnel d'entretien…), puis les met en œuvre :

Exemples de projets d'animation :

- activités physiques (gym douce, prévention des chutes, aide à la mobilité…),
- activités intellectuelles (échanges, discussions, quiz…),
- activités culturelles (visites, expositions, diaporama, concert, théâtre…), 
- activités manuelles (modelage, jardinage, cuisine, bricolage…),
- activités sociales (rencontres intergénérationnelles, inter-structure…),
- activités bien-être (relaxation), etc.

Il établit le budget d'animation.

3- Fonction de coordination : il peut être amené à coordonner l'action avec les membres du personnels, des bénévoles et de nombreux partenaires intervenant dans la structure (coiffeur, esthéticienne, intervenant gym douce, artistes, écoles…), communiquer avec les partenaires extérieurs pour créer des activités en commun, être en relation avec les médias pour informer sur la vie de la résidence.

Selon Bernard Hervy, président du groupement des animateurs en gérontologie : « Le métier d'animateur avec les personnes âgées est un métier très enrichissant. Contrairement à ce qu'on pense, ce n'est pas un métier triste même si on est confronté à des moments difficiles. C'est aussi des lieux et des métiers où l'on sourit, on l'on rit, où l'on échange, où l'on vit (...). Les animations développées ont de vrais intérêts et de vrais vertus, sur l'appétit de vivre, sur la volonté, sur le dynamisme des gens. » (voir la vidéo).

Lieux d'exercice : association, hôpital gériatrique, maison de retraite, institution pour personnes handicapées.

Formations possibles : BAPAAT, BPJEPS animation sociale + certificat de spécialisation animation et maintien de l'autonomie de la personne, DEJEPS, DUT Carrières sociales option Animation sociale et socioculturelle.

Pour plus d'informations, consultez l'article : « Animateur en gérontologie ».

Témoignage de Christian, animateur en gérontologie

« En tant qu'aide-soignant, j'étais avec les personnes âgées, et je n'ai pas accepté à ce moment-là l'isolement des personnes. J'ai voulu faire ce métier pour essayer de les sortir de l'isolement, pour les emmener vers autre chose (...)

C'est un métier qui demande beaucoup d'implication, d'écoute, de respect de la personne dans sa globalité.

Les divertir n'est pas le seul but. Par exemple, la revue de presse permet d'accéder à l'information, de pouvoir réagir, prendre la parole, échanger, communiquer. C'est ce qui fait qu'il y a une vie autour. »

 

  • L'animateur(trice) en Technologies de l'Information et de la Communication (TIC)

Au sein d'un espace multimédia, l'animateur TIC (fiche ROME G1202) a pour mission d'accompagner un public de tout âge et de tout niveau, sur l'utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) : initiation à des logiciels (traitement de texte, tableur, ...), recherche d'informations sur Internet, réponse à des besoins divers, etc.

Deux fonctions principales :

1. Animer un espace multimédia : l'animateur TIC accueille le public, analyse les demandes et les besoins des utilisateurs, les assiste et leur offre un soutien pédagogique.
Il met en place et anime des sessions d'initiation, des ateliers thématiques. L'animateur TIC propose des projets, négocie avec des partenaires.

2. Gérer un espace multimédia : il installe et met en service le matériel multimédia et les différentes applications. Il gère le parc informatique (réception du matériel, mise en place, tests).

Lieux d'exercice : association, entreprise.

Formation possible : BPJEPS spécialité technique de l'information et de la communication, ...

Témoignage de Guy, animateur multimédia

Initier ou perfectionner ses élèves à l'informatique, voire même les réconcilier avec le grand méchant ordinateur, tel est l'objectif de Guy. A travers un accompagnement individuel ou des ateliers collectifs, notre animateur multimédiaaide enfants, adultes et seniors à dompter souris et clavier.

« Par exemple, c'est la découverte du matériel informatique. Comment brancher un écran, utiliser le clavier. Pour les utilisateurs avancées, on fait de la bureautique : mettre en page une lettre, écrire à son assurance, ou écrire un CV. On part des cas concrets pour ces formations. C'est par là que l'élève apprend beaucoup mieux. (...)

On vulgarise notre discours, on n'a pas un discours technicien pour éviter d'effrayer les gens. On veut leur donner envied'aller un peu plus loin. On se met à la place de l'élève. (...)

On parle de manière simple, sans oublier que le vocabulaire est important. »

Dans ce métier, impossible de se reposer sur ses acquis. Les nouvelles technologies évoluent vite, l'animateur doit rester connecter et enrichir sans cesse ses connaissances pour répondre efficacement aux besoins de son public.

  • L'animateur de loisirs sportifs

L'animateur de loisirs sportifs (fiche ROME G1204) organise et anime une ou plusieurs activités sportives à un public très varié (enfants, adultes néophytes, professionnels, ...) selon les besoins, dans le respect des règles de sécurité des personnes : loisirs, initiation à la discipline, entraînement de sportifs, suivi et préparation (physique, technique, ...) de sportifs de haut niveau, ...

Selon ses fonctions, il peut coordonner l'activité d'une équipe, l'encadrement technique d'une discipline ou d'une spécialité sportive.

Spécialisé dans une discipline, il est généralement employé par plusieurs associations afin d'avoir l'équivalent d'un temps plein.

Après quelques années d'expériences, l'animateur de loisirs sportifs peut gérer une structure sportive.

Formation : BPJEPS 

Animatrice sportiveTémoignage d'Alice, animatrice sportive

 « Le plus agréable, c'est le cadre. On a l'avantage d'être dehors toute l'année, de profiter de l'extérieur, de la nature. On est avec les chevaux, c'est la passion de ceux qui choisissent de faire ça ; et le côté relationnel : être toujours avec du monde, pouvoir parler, être en contact avec tout public aussi.

C'est un travail, mais c'est avant tout une passion (...)

On peut utiliser pleins de jeux différents : des relais, des bérets, des chats, des jeux de course ... »

  • L'animateur(trice) périscolaire

L'animateur périscolaire (fiches ROME associées : G1203 et K1206) travaille sur la conception de projets d'activités qu'il met en œuvre auprès d'enfants âgés de 3 à 12 ans, pendant le temps périscolaire ou les vacances.

En accueil de loisirs, avant ou après la classe, le soir ou le mercredi, l’accueil se fait dans les locaux de l’école.

L’animateur périscolaire met en œuvre des animations (activités ludiques, artistiques, manuelles, éducatives et collectives) et des démarches pédagogiques adaptées au cadre de l’accueil périscolaire. Il s'adapte aux rythmes des enfants. Il travaille avec deux acteurs éducatifs privilégiés : les parents et les enseignants.

Pendant les vacances scolaires, en revanche, il est polyvalent : organisation de goûters, activités diverses.

En séjours de vacances, les animateurs s’occupent d’un groupe d’enfants pendant toute la durée du séjour : organisation de la vie quotidienne (lever, manger, coucher), mais aussi des activités artistiques, sportives, etc.

L’animateur périscolaire exerce ses fonctions sous la responsabilité du responsable administratif de la structure qui l’emploie, et dans le cadre du projet et de l'organisation définis par ce dernier.

Conditions de travail : L’animateur périscolaire est un salarié à temps partiel, travaillant le plus souvent 15 à 20 heures par « semaine scolaire » avant et après la classe, parfois pendant la pause méridienne. Il peut également exercer pendant les « petites » vacances scolaires.

Il peut intervenir en sus des temps périscolaires auprès d’autres publics : les adolescents.

Formation : CQP Certificat de Qualification Professionnelle d’Animateur périscolaire ; BAFA, BAPAAT, BP JEPS spécialité loisirs tous publics.

Et d'autres métiers...

Le secteur est également composé :

  • de métiers de coordination et de direction :

Animateur coordinateur, conseiller d’éducation populaire et de jeunesse CEPJ, inspecteur de la Jeunesse et des Sports, directeur / directrice d'une structure (responsable du service Jeunesse par exemple), etc.

  • de métiers administratifs :

Directeur, responsable de service administratif, information et communication, comptabilité et gestion, secrétariat, accueil, personnel administratif, etc.

PARTAGER SUR
  • PARTAGER SUR Twitter (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Facebook (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Linkedin (Nouvelle fenêtre)
  • PARTAGER SUR Viadeo (Nouvelle fenêtre)