Couvreur, un métier essentiel et très demandé !

Vous laisserez-vous tenter par un métier en hauteur, où la dextérité, le sens de l’observation et la force physique sont de mise ? C’est en tout cas la promesse du métier de couvreur.

paragraphe-image-23

Dans le secteur du BTP, les métiers de la couverture permettent la protection des constructions et des bâtiments, puisqu’ils créent, réparent, protègent la toiture, aussi appelée « la cinquième façade des bâtiments ». Parmi ces métiers se trouve celui de couvreur, véritable spécialiste des toitures et revêtements, grâce à qui les constructions sont à l’abri des intempéries, des déperditions de températures et des contraintes mécaniques. La France compte plus de 27 000 couvreurs sur tout le territoire, et la filière attire d’abord les jeunes, avec des salariés qui ont en moyenne moins de 34 ans.
En plus d’être considéré comme un métier de proximité dans nos communes, le métier de couvreur est en constante mutation. Ainsi, si vous vous imaginez déjà en haut d’un toit avec vue imprenable, sachez que ce métier vous permettra également d’acquérir des compétences dans l’installation d’équipements solaires et dans la prise en compte des exigences de performance énergétique, dans le conseil et l’analyse en rénovation, ainsi que dans l’utilisation d’outils numériques.
Si vous n’avez pas le vertige et que vous aimez travailler au grand air, devenez sans plus attendre un fin connaisseur des toits et toitures !

Un métier du gros œuvre, tout en finesse

Vous l’aurez compris, le couvreur est un spécialiste des toits, et ses missions sont riches et multiples, en fonction de la construction sur laquelle il travaille – maison individuelle, immeuble, édifice, etc. – et en fonction de l’état de la toiture. Voici à quoi ressemblera votre quotidien si vous rejoignez ce corps de métier :

  • Vous serez amené à poser et réparer les toitures, poser des isolations thermiques, installer des fenêtres de toit ou encore des capteurs solaires
  • Vous interviendrez également sur des travaux de restauration d’édifices comme les églises ou les monuments historiques
  • Vous serez sollicité pour mettre en place les murs et la charpente des toitures, et garantir l’étanchéité des constructions
  • En fonction des chantiers, vous serez amené à manipuler des matériaux différents tels que le zinc, l’ardoise, l’acier, l’aluminium, la chaume, etc.
Si ces missions valent pour tous les couvreurs d’une manière générale, vous pouvez faire le choix de vous spécialiser en devenant couvreur-zingueur, couvreur-ardoisier ou couvreur-tuilier.
  • Le couvreur-zingueur est spécialisé dans l’étanchéité des bâtiments et vient compléter le premier travail de mise hors d’eau réalisé par le couvreur traditionnel. Si vous optez pour cette spécialisation, le zinc n’aura plus de secret pour vous et sa manipulation vous permettra de garantir l’étanchéité de points complexes d’une toiture comme les conduits d’eau ou les cheminées
  • Le couvreur-ardoisier utilise uniquement l’ardoise dans le cadre de son travail, contrairement au couvreur traditionnel. Par ailleurs, si vous choisissez cette voie, vous serez surtout mobilisé pour travailler à la restauration de bâtiments anciens et d’ouvrages d’art (dômes, etc.)
  • Le couvreur-tuilier se distingue du couvreur traditionnel en se spécialisant dans la conception et le développement d’accessoires de couverture et d’étanchéité. Ainsi, en occupant ce poste, vous serez chargé de mettre au point des lucarnes, des systèmes d’évacuation des eaux pluviales ou des cheminées

Du CAP au BTS, choisissez votre cursus !

Avant de vous lancer dans une nouvelle carrière professionnelle, prenez le temps de choisir la formation qui vous correspond le mieux, et pour devenir couvreur, de nombreux cursus sont envisageables, quel que soit votre niveau. Après la classe de 3ème, vous pouvez suivre le CAP couvreur, le CAP étancheur du bâtiment et des travaux publics, le BEP technique du toit ou encore le Brevet professionnel couvreur. Si vous souhaitez poursuivre des études en post Bac, optez, entre autres, pour le BTS enveloppe du bâtiment : façades, étanchéité ou le BTS charpente-couverture. De plus, si vous souhaitez vous spécialiser, des diplômes spécifiques existent comme le titre professionnel couvreur-zingueur.
Besoin d’aide pour y voir plus clair ? Rapprochez-vous de votre conseiller Pôle emploi pour discuter formation, et profitez des services mis à votre disposition pour trouver le bon cursus, au travers de catalogues complets. Vous pouvez également vous renseigner auprès d’organismes de référence, comme le réseau CARIF OREF ou France Compétences.

Des postes à pourvoir par centaines

Il fait bon être couvreur. En effet, ce métier essentiel est très demandé, et les entreprises de l’artisanat et du BTP sont en permanence à la recherche de leur perle rare. Rendez-vous sur le site de pole-emploi.fr afin de découvrir toutes les offres qui n’attendent plus que vous ! N’hésitez pas non plus à contacter votre conseiller Pôle emploi afin qu’il vous accompagne dans votre recherche d’emploi.
Si vous vous sentez l’âme d’un artisan du bâtiment et que cette filière est à votre goût, sachez que les perspectives d’évolution sont nombreuses. En effet, les postes de Chef d’équipe ou d’encadrement de chantiers vous seront ouverts après quelques années de pratique en tant que couvreur. Vous pourrez également faire le choix de vous orienter dans la restauration d’art en devenant couvreur du patrimoine bâti. Enfin, au sein même de la filière BTP, des passerelles existent pour devenir maçon ou charpentier. Alors, en route vers de nouvelles aventures !